— Top Sites —




Partagez | 
 

 Did I see you before ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Did I see you before ?   Mar 3 Nov - 1:12

Quelque part, dans les profondeurs de la forêt, loin des villes, de la population.

Il faisait nuit noire lorsque l'étrange forme lumineuse se frappa brusquement contre les milliers d'arbres obstruant leur chemin. Le vaisseau tambourinait contre les branches et les troncs et fit plusieurs tours sur lui-même avant de brusquement se poser. Tout ce qui se trouvait autour avait été brisé, balayé. Seules quelques racines avaient survécus aux dégâts causés par la navette. Sans parler du bruit, ils avaient peut-être alarmé les habitants de cette planète à des kilomètres d'ici.

Mais Koriand'r n'avait pas le temps de se soucier de ça. À l'intérieur, les deux pilotes étaient écrasés sur le bord de contrôle, suite à une petite erreur, leur atterrissage s'était passé un peu moins bien que prévu. Mais la rouquine était encore un peu consciente lorsqu'ils furent posés, seul le second pilote avait été complètement dans le brouillard à cet instant. Ne perdant pas un instant pour aller se cacher, l'ovni se leva lourdement de son siège, détacha ses ceintures et constata que seul l'extérieur du vaisseau avait été véritablement touché. À savoir que les matériaux de ce dernier semblait bien plus résistant que tout ce qui se trouvait sur ces terres.

À l'extérieur, la rousse dodelina jusqu'à la pelouse, vacillant parfois vers l'avant, puis vers l'arrière, elle se mit ensuite à boiter vers ce qui lui semblait sécuritaire, loin du vaisseau. Plus loin, elle bascula et finit par se laisser tomber sur l'étrange surface. Elle était si douce et si accueillante qu'elle y perdit connaissance seulement quelques secondes après s'y être allongée.

***

Sortie de sommeil par un terrible mal de crâne, ses yeux se mirent à papillonner avant de s'entre-ouvrir. Elle avait une vue panoramique du grand ciel bleu et infini, déchiré par les menaçantes épines des sapins l'entourant. Elle se sentait très faible, encore secouée par tout ce chamboulement, d'autant plus qu'on ne l'avait pas nourrie depuis plusieurs jours, si bien qu'elle se demandait comment elle pouvait survivre encore.

Roulant sur les flancs, elle observa sa main, puis leva les yeux vers les traces et cratères non loin d'elle. Seulement, la navette qui allait avec le reste avait disparue. Chose qui allait compliquer les plans de notre petite alien. Un grondement sourd traversa son thorax, mais avant qu'elle ne prenne l'initiative de se lever, des craquements inquiétants faisaient échos tout près, suivit de sons qu'elle n'avait jamais entendu avant.

Son premier réflexe fut de fermer les yeux, s'immobiliser, faire la morte.

Les pas se transformèrent en présence qui, sous l'effet de choc, avaient émis des bruits de peur en remarquant le peut-être cadavre gisant sur la verdoyante pelouse. Pourtant Koriand'r refusait de bouger. Les minutes furent longues avant qu'on ne décide de la trimbaler sur un espèce de lit. On la transportait elle ne savait où, ils étaient plusieurs à la supporter, d'autres derrière chuchotaient, mais même si elle les entendait clairement, elle n'arrivait pas à comprendre un seul mot de ce qu'ils pouvaient bien se dire.

Le lit finit par se poser sur une surface beaucoup plus rigide, plus froide. Quelque chose qui lui rappelait le vaisseau dans lequel elle avait voyagé plus tôt. Mais bien que curieuse, elle n'osa pas ouvrir les yeux, pas encore. Elle éviterait d'attendre trop longtemps, au risque de se voir disséquée.


Dernière édition par Koriand'R le Dim 8 Nov - 7:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Sam 7 Nov - 22:34


Et évite de chercher des ennuis. L'une des dernières phrases de Bruce destinée à ma personne. Comme si j'avais un don pour m'attirer des ennuis. Moi, Dick Grayson. Je suis un prodige pas un foutu aimant à problèmes quand même ! Quelle drôle d'idée aussi de m'affubler moi du rôle du maladroit et inopportun jeune homme qui a le toupet de se mettre dans une facheuse situa...

- Hop pardon m'dame je regardais pas où j'allais !

Bon d'accord. Maintenant que j'avais sur ma veste le contenu de la tasse de café de cette piétonne que je venais de percuter, trop occupé que j'étais à suivre le fil de mes pensées sans regarder où j'allais, je commençais à comprendre pourquoi Bruce et ce bon vieux Alfy aimaient me rappeler à quel point j'avais un don pour me mettre dans des situations idiotes. Trop enflammé disaient-ils. Trop désordonné. Trop tête en l'air. Trop tête brûlée. Trop têtu. Trop... trop tout, je crois. Main dans les poches, l'air bougon, je remontai à présent l'avenue en agitant mes doigts autour des quelques pièces d'argent que j'avais avec moi. De quoi m'acheter quelques sucreries. Au manoir, Alfred se démène pour me nourrir convenablement. Mais je dois avouer que je préfère et de loin me bousiller les dents en rongeant des barres chocolatées. Il faut l'admettre, j'aurais toujours du mal à faire avec le luxe dans lequel je me trouvais à présent. Et les choses les plus simples et élémentaires de cette ville restent mes priorités.

Mon sac sur le dos, capuche rabattue par dessus mon visage, je pressai donc le pas, achevant ma petite marche ordonnée et paisible par un élan plus fougueux et un footing malhabile au milieu de la plèbe matinale de Gotham. Sur mon chemin, on peste, on râle, mais on ne m'arrête pas réellement. Les gens d'ici sont des robots. Ils travaillent le jour, serrent les dents la nuit. L'espoir n'existe plus vraiment. Et avec cette prison ville, les choses ne s'arrangent pas. Je songeai à m'y glisser. Avec ou sans l'accord de Bruce. Mais pour l'heure... pour l'heure j'avais envie de flâner.
Après une glissade sur une bouche d'égout, et l'aide précieux d'un pilonne electrique pour me permettre de rester debout, je m'arrêtai enfin devant une petite superette que j'avais l'habitude de visiter.

J'y ai mes petites habitudes. Deux sodas, et le reste des dix dollars que j'avais sur moi servait à acheter de quoi me carrier totalement les queunottes. Une fois payé, semant avec moi des salutations bienveillantes à l'égard du gérant de l'épicerie, je me dirigeai vers le nord, l'idée étant d'aller traîner dans les bois. Là bas, personne ne s'alarmera de me voir jouer au singe. Personne ne m'empêcher d'escalader, rouler, glisser. Mon entraînement habituel. Loin du manoir, pour évite qu'Alfred s'inquiète à chaque bond, et pour me tenir loin des grognements désapprobateur de Bruce. Un peu essoufflé par ma course, j'arrive dans l'étendue boisée, cherchant des yeux une zone utile et non visitée jusqu'ici afin de jouer un peu les explorateurs.

Avisant un monticule rocheux, je me frotte les mains, chauffants mes doigts pour me saisir d'une pierre saillante. Je me hisse alors, et profite de la hauteur prise pour observer les lieux. Les bras finalement écarté, debout sur mon promontoire de minéraux, je tourne sur moi même et ne tarde pas à remarquer un peu plus loin un mouvement. Plusieurs personnes occupées à... en porter une autre ?! Ça c'est pas normal. Mes yeux s'écarquille, j'ai l'idée idiote de m'arrêter un peu trop sèchement, et perdant l'équilibre, je suis rappelé à ma condition d'humain par la gravité qui me fait dégringoler de ma hauteur. Une chance que j'ai connu pire.

Le téléphone portable par contre, glissé dans ma poche arrière, s'est littéralement brisé sous le choc. Quatre mètre de chute et pas une égratignure. J'ai de la chance. Et assez d'entraînement pour avoir réussir à exécuter une petite pirouette pour atténuer le heurt sur le sol. Oubliant un peu la légère frayeur que je venais de me faire, je contourne le monticule, et fonce à pas feutré dans la direction où j'ai pu observer les silhouettes. Elles ne sont plus là. Forcément.

- Allez Dick. Tu peux le faire !

Jouer les détectives. C'est grisant. Je m'improvise donc pisteur, partant à la recherche de trace de pas dans le sol rendu à peine meuble par l'humidité matinal. Des herbes couchées, quelques marques dans la terre. Je tiens une piste. Plusieurs, plus exactement, comptant le nombre d'empreintes différentes tout en suivant le mouvement. Ils sont plusieurs. Un petit groupe. Des adultes. Pas spécialement envieux de cacher leur présence. Ils ne doivent pas s'attendre à ce que je sois là.

En slalomant entre les arbres, je m'arrête finalement devant ce qui semble être une petite cabane de chasse. Mais pas que. Plusieurs pick-up sont garés là à côté. Une tente blanche immaculée à été montée, comme celle qu'on peut voir dans les films de science fiction, et je remarque même un masque à gaz et une combinaison stérile à l'arrière d'un des véhicules. Glauque... Mais marrant.
Je m'avance un peu plus. Pas un chat. Je colle mon dos à la cabane, je m'assure d'être seul, et c'est avec une habileté féline que je me glisse à l'intérieur. La cabane n'est... pas qu'une cabane. L'endroit sent le renfermée, et la première pièce semble vide.

Une discussion lointain m'indique que les hommes sont dehors. Une chance pour moi que je ne sois pas tombé sur eux en me faufilant ici, tiens. Ils causent de lumière dans la nuit d'hier. De disséquer quelque chose. De matériel à aller chercher et de monter la garde autour de la cabane en attendant qu'ils retournent chercher d'autres cobayes. Bravo Dick... tu as officiellement trouvé des ennuis.
Et je ne suis pas au bout de mes peines. Bien décidé à venir fouiller un peu plus, j'avise une porte menant sur une autre pièce. Fermée à clé... bien. L'occasion de jouer les Arsène Lupin. Le crochetage est quelque chose que je maitrise bien à présent, les gonds ne me résistent pas longtemps et bientôt je me retrouve dans une autre pièce. Petite. Glauque à souhait. Médicalisé mais horriblement malsaine. Et le pire reste... la présence d'une adolescente allongée sur une vieille table d'examen venue tout droit d'un vieux film d'horreur.

- Qu'est-ce que c'est que ça...

Ni une, ni deux je prends mon téléphone. Il faut que je prévienne Bruce et rien. Téléphone cassé. Alfred va m'en vouloir. Bruce va me tuer. Bon... la fille maintenant. Je m'approche un peu.

-Dis moi que t'es pas morte s'il te plait...

J'ai déjà vu des morts durant mes sorties de nuit. Mais pas des gens qui ont l'air d'avoir mon age. Pas des gens qui ont la peau orange non plus d'ailleurs.

- Hey ho...

Alors j'ai ce réflexe parfaitement idiote. Celui de tendre mon doigt, et de venir tapoter le front de l'inconnue. D'une part parce que si elle est chaude, ça voudra dire qu'elle est vivante. Et d'une autre parce que le geste est assez désagréable pour réveiller n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Dim 8 Nov - 8:39

La civière - qui on ne va pas se mentir, n'avait pas été faite des meilleurs matériaux - laissa sa place pour un lit beaucoup plus dur et plus froid. La tête de l'alien penchait sur un côté, le visage pointait vers le mur opposé aux bandits qui grouillaient de l'autre côté. Son visage, impassible était à peine caché par son infinie chevelure ondulée. Quelques outils dont elle ne pouvait en dire le nom étaient déposés un par un sur un petit plateau rouillé tout près de la table où on l'avait allongée. Quelqu'un prit d'ailleurs le temps de couper une petite partie de ses habits, le nécessaire pour en examiner le haut du corps, mais alors en cours de production on l'interrompu pour l'amener à l'extérieur.

- Nous allons devenir riches en apportant ce corps extraterrestre à la science... Riches ! J'vous'le dis les gars.

Une étrange et âcre odeur de fumée rempli alors la toute petite pièce où on l'avait enfermée. Ses yeux lumineux s'ouvrirent sur le lugubre tableau où seule une toute petite lumière bleue arrivait à se démarquer. Se hissant sur ses coudes, il analysa la pièce en quelques secondes, avant de se laisser tomber dans un élan de panique. Quelqu'un s'apprêtait à entrer.

Quelques cliquetis avaient alarmé la tamaranienne, suivit d'un bruit de porte grinçante. Elle parvenait même à discerner la petite fente lumineuse qui petit à petit s'ouvrait sur une silhouette. Elle n'avait osé qu'entre-ouvrir un oeil très, très faiblement pour remarquer cette présence. Celle qui désormais s'approchait d'elle pour finalement poser un doigt froid sur son front et dire un charabia incompréhensible.

Brusquement, ses yeux émeraudes s'ouvrirent sur la présence qui l'abordait plus tôt. Suivit d'une grimace étirant ses petits traits. Son air était désormais grave et ses sourcils s'étaient froncés, attrapant son poignet, elle le retira et se redressa en position assise.

- ςϖφςϱ Ωσς φϕϑθ !

Sa lèvre inférieure se retroussa alors, affichant maintenant une moue interrogatrice. Impulsivement, elle attrapa le visage du garçon entre ses mains et le ramena vers elle de sorte à ce que leur lèvres se scellent pour une durée de quelques secondes, où elle échangea avec lui un vrai long baiser langoureux. Qui se sépara sur un air grave venant de la demoiselle. Dès alors ce contact, elle savait à qui elle avait affaire.

Elle savait qu'il pourrait l'aider.

- Faites-moi sortir d'ici !

D'ailleurs, la créature du cosmos pouvait à présent parler et comprendre le langage de cette planète. Mais avant qu'elle n'aille le temps de profiter de sa nouvelle capacité, les truands qui s'étaient occupés d'elle plus tôt étaient revenus, tous armés soit d'un pied de biche, d'un taser et d'une matraque.

- ...Putain, elle est en vie !

- Hey ! C'est nous qui la trouvé ! Débarrasse !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Lun 30 Nov - 18:05

Le pouvoir de l'index est un valeur sûre dans le domaine de la réanimation je crois. Preuve en est, quelques petits contacts sur le front de celle qui gisait inconsciente et immobile semble suffire à la tirer lentement des doigts ankylosant de l'oisiveté totale. Son corps ne bouge pas, mais j'ai un souci du détail assez poussé pour remarquer que ce joli minois se tord un peu. Une grimace. Infime. Un froncement de sourcils, infime aussi mais bel et bien présent. Je sais qu'elle a bougé. Mes doigts s'apprêtent à agir de manière un peu plus pro, l'idée suivante étant de venir tâter sa gorge à la recherche d'un pouls.

Mais pas le temps. Je me raidis d'un seul coup quand elle s'éveille pour de bon. Mon poignet captif de ses doigts, mes yeux grands ouverts, et je crois même que j'ai poussé un petit glapissement particulièrement ridicule. Avec un peu de chance elle n'aura pas entendu et je pourrais sauver un peu ma fierté. Fierté qui s'efface en totalité quand mes prunelles s'arrêtent sur les siennes. Elle a les yeux verts. Verts oui. Enfin non pas verts comme on l'entend. Lueur étrange, teintes intenses, contrastes qui n'avaient rien de... d'humain.
Cette fois c'est un petit rire carrément nerveux qui m'échappe.

Le charabia qu'elle me lance me fait pencher un peu la tête vers elle, plissant les yeux comme le dernier des crétins pour essayer de décrypter une sonorité connue. Mais rien. Rien de rien. Je ne suis même pas sûr que ma langue et mes cordes vocales sont en mesure de prononcer des sons comme ceux qu'elle vient de siffler dans ma direction. Si ça se trouve... ses yeux ne sont que des diodes et cette fille n'est qu'une sorte de... de droïde !

Tout doux R2D2 ! Je viens en ami ! Allez Dick... ne flippe pas trop. Tente un truc... Un salut Vulcain, pourquoi pas !

Je me tourne alors un peu vers elle, m'apprêtant à exécuter le geste quand elle me saisit au niveau du visage pour me tirer vers elle. Grosse panique.

Elle doit vouloir mon cerveau ! Vite, une pirouette. Vite vite vite grand benêt.

Et alors que j'amorce tout d'abord un mouvement vers l'arrière pour essayer de me dégager, ses lèvres se collent aux miennes. Tiens... les droïdes aussi s'adonnent à l'art du baiser langoureux ? Bon ok, je fuirais plus tard.
L'échange s'achève après quelques secondes, et c'est seulement à ce moment là que je me reprends, reculant de quelques pas en la dévisageant. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle est douée pour les ascenseurs émotionnels celle là. Je cligne finalement bêtement des yeux, mettant à plat la situation.

Une fille que je pensais morte, à la peau légèrement orangée et aux yeux verts qui parle une langue totalement bizarre vient de me rouler un patin sans aucune raison valable...
Je me demande si Bruce a conclu aussi vite, tiens !

Elle parle de nouveau. Cette fois dans une langue que je comprends parfaitement. Marrant tiens. Qu'importe. Elle veut que je la sorte d'ici. Bonne idée. Tournant lentement les talons après avoir confirmé d'un petit geste de la tête que j'étais son homme pour cette tâche je me retrouve finalement face à la porte de sortie qui s'ouvre, laissant passer trois types armés qui n'ont pas du tout l'air de vouloir nous laisser partir. À les entendre ils ne s'attendaient pas à ce qu'elle soit éveillée. Et ils ne comptaient pas la laisser filer non plus.

- Sérieusement ? Tu t'étonnes qu'elle soit en vie mais tu débarques ici avec un taser ? Tu comptais faire quoi ? Utiliser ce truc comme défibrillateur ? 

Mon regard se reporte alors vers le téléphone cassé que j'avais entre les mains, tandis que je recule de quelques pas. À l'abri des regards, j'ouvre le cellulaire, retirant la batterie afin d'attendre la puce que je retire. Refermant alors le mobile je plisse les yeux et descends doucement sur mes appuis attendant que l'un des hommes tente de faire un pas dans notre direction pour bondir dans ses jambes. Une pirouette me permet de rouler entre ses jambes, fauchant au passage sa cheville. Je profite alors de l'inertie pour me relever d'un bond et lancer le téléphone portable de toute mes forces, comme s'il s'agissait d'un Batarang, droit derrière la tête de l'homme à qui je venais de faire perdre l'équilibre.

- Sauve toi !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mar 1 Déc - 7:45

Dès leur entré, Starfire, ou celle que l'on nommait Koriand'r s'était mise à flotter hors de ce qu'on pouvait appeler un siège et se dressait désormais devant les malotrus. Les bras dirigés vers eux, muscles tendus, elle les défiait du regard les dents dévoilées et aux sourcils froncés.

Mais... À peine élevée dans les airs qu'elle retombait déjà.

Du soleil, il lui manquait, elle était restée dans le noir trop longtemps. Frigorifiée, elle s'était légèrement recroquevillée sur elle-même et cherchait maintenant à se réchauffer. Du chaud, elle avait besoin de quelque chose de chaud.

Sauf que l'un d'eux se rapprochaient déjà de la prisonnière dans l'intention de la frapper de son taser. Son premier réflexe fut d'attraper l'arme dans la paume de sa main. Pendant une fraction de seconde elle eut la sensation d'arrêter celui qui jouait le rôle du méchant, mais fut bientôt prise de spasmes tandis ce que des filets électriques la traversait de part et d'autre. Contrairement à l'humain, Starfire résista aux chocs, elle se tenait debout comme on le faisait à l'ordinaire, captant l'électriques comme l'on résistait les coups. C'était pourtant douloureux, loin d'être une expérience agréable, mais pas assez pour la faire tomber toutefois. Quelques ficelles électriques se faisaient imbiber par sa chevelure de temps à autre, qui petit à petit prenait une teinte plus vive tandis ce que Koriand'r se réchauffait, d'une façon ou d'une autre.

Dans un geste presque robotique tant il était raide, elle retira le taser et le lança au sol, il s'y fracassa mais ne brisa pas. De son poing libre, elle fit un uppercut en direction de l'estomac de celui qui l'avait attaquée et dans un puissant circuit le propulsa contre l'extrémité de la pièce, où il y sombra.

Ensuite prise de petits spasmes, elle s'agita un moment et étouffa quelques sons plaintifs, avant de secouer sa main et d'en faire sortir quelques petits courants électriques. La panique passée, elle jeta un petit coup d'oeil vers celui qui lui était venu en aide et fit un petit signe de tête, pour ensuite courir vers l'entrée. Il avait probablement finit les deux autres le temps d'en faire un pour elle. Ils pouvaient dès lors sortir et fuir vers la forêt.

Mais sa fuite ne dura pas long.

De nouveau horriblement froide, elle commençait à faiblir et s'appuya contre un arbre, s'y frottant les bras.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mer 2 Déc - 17:06

Chtonk. Ou Jtok. Ou … Pok ? J'ai du mal à identifier le bruit que fait mon lancer juste dans l'arrière du crane de ma cible. Ce que je sais, c'est que le coup a tapé pile la proéminence de l'occiput, et que visiblement, le point est le bon pour faire tomber un homme d'autre moins quatre vingt kilogrammes à la renverse. Yeux révulsés, écume au coin des lèvres. Celui là ne pas se réveiller de sitôt. Un bon KO. Bruce serai tellement satisfait de me voir faire ça... ou pas du tout en fait. Tant pis. Je me remets en garde, m'apprêtant à tenir tête au duo restant. L'un d'eux a visiblement en tête de s'occuper de la fille bizarre. Je me charge de l'autre. Sourcils froncés, je l'observe, il m'observe. Je le jauge, il me snobe, en faisant sauter sa matraque d'une main à l'autre comme un caïd des rues le ferait avec une barre à mine prête à me fendre le crâne.

Je m'apprête à bondir en le voyant se préparer à taper, mais un son attire notre attention. Sur ma droite, l'inconnue aux yeux bizarres semble découvrir les effets d'un tazer. Secouée par la décharge, elle n'en reste pas moins particulièrement vaillante malgré les volts qui la parcourent. Le spectacle est à la fois effrayant et fascinant. J'ai du mal à piger comment elle peut encore être debout. Et la suite est plus surprenante encore. D'abord elle tient bon à une décharge qui aurait pu mettre au tapis n'importe qui. Mais en plus de ça, elle riposte d'un coup de poing à l'estomac qui propulse littéralement son assaillant au travers de la pièce, le faisant achever sa course dans le mur.

Les yeux ronds, je tourne doucement la tête pour fixer de nouveau l'homme qui me faisait face. Lui aussi est aussi bluffé que moi. Peut-être même plus. C'est donc d'un coup de pied vertical que je viens écraser ses rêves de descendance. Courbé en deux, grognant de douleur, et le souffle coupé, je n'ai qu'à le saisir à la nuque pour venir écraser sa tête sur mon genou, et le repousser sur le côté en me frottant les bras, l'air satisfait. Jeu, set et match comme on dit. J'en profite alors pour récupérer mon téléphone brisé, et pour glisser dans mon sac quelques échantillons qui pourraient être utile. Des cheveux arrachés sur les trois inconscients – La batcave fourmillant d'opportunités de savoir qui sont ces dingues. Ainsi que les armes, le but étant de trouver plus tard des empreintes sur les objets.

- Fichons le camp.

Nous voilà occupés à courir dans les bois pour fuir vite et loin. Tenant d'une main la lanière de mon sac à dos, je m'arrête finalement quand mon binôme s'arrête. Elle est là, contre un tronc, visiblement frigorifiée. Il faut dire qu'elle n'a pas une tenue particulièrement épaisse. Je poste un genou à terre, je retire mon sac à dos et après une courte hésitation, je retire ma veste à capuche pour la lui tendre, et ainsi lui dévoiler en détail mon visage. Une chance que je ne portais pas l'attirail de Robin sinon j'étais cuit. Et Batman m'aurait probablement tué !

- Enfile ça, ça devrait te tenir un peu plus chaud.

Derrière nous, au loin, des bruits attirent mon attention. Des cris humains. D'autres types jetés à notre poursuite probablement. Mais aussi et surtout des aboiements.

- Oh non non non...

Gros les chiens, à en juger par les sons. Même Bruce redoute les gros chiens lors des affrontements, c'est vous dire à quel point je trouve la situation fâcheuse. Alors j'attrape l'inconnue par la main, sans lui donner plus de temps pour se remettre de ses émotions, et je l'entraîne de nouveau avec moi dans une course hasardeuse au travers des arbres.

- Ne t'arrête surtout pas. On va tout droit en évitant les arbres une fois à droite, une fois à gauche... c'est une manœuvre pour pas dévier.

Ma voix est secoué par l'essoufflement, mais je continue toujours. Vite. Aussi vite que possible. Il faut qu'on quitte ces bois. Qu'on trouve un endroit où des gens pourraient nous aider. Au loin, je ne tarde pas à remarque quelques rayons lumineux qui travers des arbres. La lisière.

- Tiens bon ! Tiens bon !

Les chiens sont là. J'entends leurs souffles rauques.

- On y est presque !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Ven 4 Déc - 5:24

Un moment elle était appuyée contre un tronc d'arbre, un autre elle courait les jambes à son cou. D'abord, l'étranger qui l'avait aidée plus tôt s'était approchée d'elle, ils étaient sortis des ruines du bâtiment où on l'avait entreposée plus tôt. Là, tout près du tronc il commença par déposer un sac qui se transportait sur les épaules. Par la suite, il retira une espèce de cape chaude qui recouvrait le torse en plus des épaules et du dos. Puis vint la mettre sur celles de Koriand'r. Lorsque retirée, le garçon dévoila son identité, présentant à Starfire son minois. Il fallait le dire, mais contrairement aux trois précédents, celui-là était d'un tout autre niveau, une charmante créature qu'elle n'avait jamais vu avant aujourd'hui. Spécialement le bleu de ses yeux, qui foudroya l'alien. Elle n'avait jamais ressentit quelque chose de similaire auparavant, pas même avec les princes des autres royaumes de sa planète. Finalement, elle ne regrettait pas le baiser qu'elle avait pu lui voler dans les ruines.

"Oh non non non..."

- Quoi ?

Mais son attention portée sur le jeune se brisa lorsqu'on la dérangea elle et son sauveur. Elle mettait encore la cape qu'il lui avait prêtée lorsqu'on la tira par la main. Forcée à prendre de la vitesse, Starfire se mit à courir en compagnie du ténébreux, profitant qu'il ne la regarde pas pour renifler le parfum imprégné dans les tissus de la cape. C'est que ça sentait bon ! Durant la course, elle lui serra également la main, même s'ils ne s'étaient pas encore techniquement rencontrés.

"Ne t'arrête surtout pas. On va tout droit en évitant les arbres une fois à droite, une fois à gauche... c'est une manœuvre pour pas dévier. "

- D'accord. Hé... Quel est... Ton nom ?

Demandait-elle, le souffle coupé par chacune de ses respirations rauques tandis ce qu'ils s'enfonçaient dans les bois, se rapprochant tranquillement d'une toute petite colline. Derrière, des créatures dont elle n'avait pas connaissance leur courait après, des animaux de leur espèce, probablement.

"Tiens bon ! Tiens bon !"

- Qui sont-ils ?

Ils arrivèrent finalement à destination, forcés par la suite à monter une petite colline. Avec l'aide de l'étranger, la rouquine se mit à grimper rapidement cette pente et l'aida par la suite en le tenant par la main. Une fois montés, ils coururent vers une grande, très grande bâtisse. C'est là bas qu'ils se réfugièrent, le temps que leur poursuivants repartent.

À l'intérieur, Starfire souffla, les mains appuyées contre ses genoux. À côté se trouvait le garçon, qui reprenait lui aussi son souffle. Elle lui jeta un petit regard, dans le noir, où seulement ses yeux étaient visibles puisqu'ils scintillaient.

- Alors... C'est ici que tu vis ? Je ne vois pas grand chose !

Ses paroles firent quelques échos dans toute la pièce, qu'elle n'arrivait pas à voir, ce qui la surprit un peu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Ven 4 Déc - 12:56

Pour être honnête, je ne sais absolument pas vers où je cours. La seule chose qui m'est certaine, c'est qu'il ne faut surtout pas qu'on se fasse attraper. Les chiens, c'est flippant. Et les types qui les accompagnent n'ont pas l'air de vouloir plaisanter. Pas du tout.
Mes poumons me brûlent, mes jambes aussi, mais je ne ralentis pas, je donne tout ce que j'ai, me remettant en tête les encouragements de Bruce pour me forcer à toujours me relever, et à ne jamais montrer mes faiblesses à qui que ce soit. Toujours paraître au mieux de ma forme, pour toujours faire croire à mon entourage que je ne me laisse pas atteindre par quoi que ce soit.

Au prix d'un effort de plus, nous gravissons une grande pente, qui nous permet de passer le vieux portail d'une bâtisse de grande taille. Mais visiblement abandonnée. Je reconnais les lieux vaguement. C'est une de ces maisons des premiers riches colons Gothamites. Plus au nord, et un peu plus en hauteur se trouvait le manoir Wayne. D'un coup d'épaule j'ouvre la première porte, et j'm'y engouffre, refermant rapidement derrière moi afin de me coller dos au montant pour reprendre mon souffle et essayer de trouver un semblant de plan pour la suite. La pièce dans laquelle nous nous trouvons est plongée dans le noir absolu. Mais quelques odeurs me font comprendre que nous sommes sûrement passés par l'aile des cuisines. De la poussière et une sorte d'odeur de levure flottent ici.

Ce qui m'étonne, c'est qu'aucun chien ne soit venu gratter à la porte. Ils semblent avoir rebroussé chemin. Peut-être pour nous coincer comme des rats ? Ou peut-être tout simplement pour attendre des renforts ? J'en sais trop rien. Et je suis trop essoufflé pour réussir à avoir des idées cohérentes. Penché vers l'avant, comme l'inconnue avec qui j'avais fuis, je reprends difficilement une respiration régulière, mes jambes me brûlent toujours un peu, et l'adrénaline les fait même trembler un peu.

- Non je vis pas ici... C'est abandonné ici. Je m'appelle R...  Robin j'allais dire. Par habitude. Parce que sous ma vraie identité, je n'ai jamais pu aider qui que ce soit. -Richard. Richard Grayson. Mais tout le monde m'appelle Dick. Et toi ?

Oui je réponds seulement maintenant aux questions qu'elle a pu me poser dans les bois. Il me fallait du souffle pour courir. Parler m'en aurait privé. C'est comme ça.
Tâtonnant le noir un peu bêtement, je finis par trouver une autre porte un peu plus loin, tirant dessus pour l'ouvrir dans une grincement strident qui me vrille un peu les oreilles. Une halo lumineux vient toutefois éclairer la pièce, laquelle nous menait dans une grande salle à manger, dévasté par le temps. Des tags un peu partout, les meubles couverts par des tissus avaient été en parti brisés par les vandales qui s'étaient engouffrés ici durant des décennies.

- Et... je sais pas qui sont ces gens. Ils avaient l'air d'en avoir après toi. Moi... J'étais là au mauvais endroit au mauvais moment. Ou inversement. Enfin... tu me comprends.

Les mains sur les bretelles de mon sac, je m'arrête net devant un tag mural qui me fait écarquiller les yeux. Tag que l'on retrouve un peu partout dans la pièce. En rouge, fait à la bombe, représentant grossièrement un symbole religieux égyptien. Une marque d'un gang que je connaissais un peu pour avoir vu Batman travailler sur leur cas.

- Oh bon sang...

Je commence à comprendre pourquoi nos poursuivants ont rebroussé chemin. Cet endroit est tenu par des gens plutôt dangereux. Heureusement pour nous, ils n'ont pas l'air d'être là actuellement.

- Faut qu'on parte d'ici... Qu'on aille chez moi.

Je recule de quelques pas, jetant un regard circulaire autour de nous.

- Aide moi à trouver la cave. Ces vieilles maisons sur les hauteurs avaient toutes des galeries pour faire fuir les esclaves et pour faire transiter des vivres pendant la Guerre de Secession. Si on trouve les galeries, on pourra les remonter, et ressortir par l'une des sorties des grottes...

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Dim 6 Déc - 23:13

- Richard Grayson. Moi je suis Koriand'r. Princesse de la planète Tamaran. Vous avez une bien drôle de planète. Enfin, tu peux m'appeler Kory.

Elle s'avançait à ses côtés, un peu craintive puisqu'elle n'y voyait rien. Ensembles, ils tâtonnaient les murs ou de quoi les maintenir en équilibre, le temps de voir où ils allaient. Puis le jeune homme finit par découvrir une entrée, dans laquelle ils y entrèrent. Plus clair, cette fois Koriand'r se déplaça plus normalement, scrutant les environs délabrés, comme où ce qu'on l'avait enfermée.

- Après moi ? Tu penses que ce sont les Psions ? Oh ! ...Ou la citadelle... Laisse tomber.

Ses propres mots la firent trembler et déjà bien nerveuse, ce Richard en rajouta une couche.

- Qui-a-t-il ? Ils sont là ?

Il lui dit qu'il fallait partir de là, le plus vite possible. Elle ne savait pas quel danger les menaçaient, mais elle ne voulait pas le savoir. Aussitôt, elle cherchait une sortie, la cave dont il avait parlé. Elle déplaçait des objets, meubles même si à plusieurs reprises elle n'avait pas la force pour les déplacer. Couverte de poussière, Kory finit par souffler.

- Ouff ! ... Je ne trouve rien.


Elle continua sa route un peu plus loin, où il faisait plus noir, puis déplaça un rideau blanc, ainsi qu'une petite table pour voir s'il y aurait quelque chose, mais rien. Se tournant, elle bascula sur une planche de bois craquée et atterrit sur une petite plaque, qui se brisa sous son poids.

- Aaaah !

Atterrissant un peu plus bas, dans un escaliers, elle se frottait les côtes en se plaignant, cherchant des yeux le garçon. Encore plus couverte de poussière.

- Je... Je crois que j'ai trouvé quelque chose ! Vite, sors-moi de là !


Elle tendait sa main à la recherche d'aide, ne supportant pas d'être entre tous pleins de débris et recouverte de saleté. Petit côté princesse qui ressortait.


Dernière édition par Koriand'R le Lun 21 Déc - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mer 16 Déc - 11:56

Elle se présente à son tour. Et forcément, je ne peux pas m'empêcher de saisir la perche tendue avec un sourire aussi large que possible et le regard rieur malgré la situation.

- Pourtant à ce que j'ai cru remarquer, t'es pas bonne pour les os !

L'entrain de ma propre réplique me navre moi même. D'autant qu'il est probable qu'elle ne comprenne pas cette blague nullissime. Mon sourire laisse place à une grimace un peu gêné, et finalement un rictus crispé sensé lui demander silencieusement pardon pour ce trait d'humour douteux que j'essaye d'expliquer.

- Tu sais la coriandre... la plante... riche en vitamine K... et la vitamine K solidifie les os... et comme t'as balancé ce type dans le mur tout à l'heure... Est-ce qu'on peut faire comme si j'avais rien dit ?

Ce qui m'arrangerait bien. Je déteste m'enfoncer et expliquer mes blagues. Et je me déteste aussi quand je tente des blagues que je suis le seul à comprendre. C'est la faute de Bruce. Ou d'Alfred. Un ado de mon age ne devrait pas savoir les vertus thérapeutique des plantes... encore moins des plantes qu'on utilise pour donner du goût à un plat.
En parlant de plat, la continuité des présentations amène la jeune femme à me parler de quelque chose qui me... fait un peu peur. Je me frotte la nuque nerveusement et ricane doucement. Elle est sérieuse avec ses histoires de planète, et tout ?

Je suis crédule. Et j'ai vu des choses carrément étrange, certes. Et je dois admettre qu'entre le charabia de tout à l'heure, la couleur de ses yeux, sa force surhumaine, et... sa tenue aussi. Je peux me permettre de penser qu'elle ne se paye pas ma tête.

- La planète Tamaran ? Je connais que Mercure, Venus, la terre, Mars, Jupiter Saturne Uranus et Pluton... quoi qu'il paraît que Pluton n'est plus vraiment une planète à présent donc...

Je m'égare. Encore...

- Tu... tu... Tu viens vraiment d'une autre planète où tu te moques de moi ?

Dans les deux cas c'est cool. Soit elle vient d'ailleurs et mon côté fan de SF saura apprécier tout ça à sa juste valeur. Soit elle se paie ma tête, et je trouverait ça marrant comme manière de briser la glace. Dans le genre mise en scène loufoque, elle aurait été loin !

- C'est quoi des Psions ? Et la Citadelle.

Et ces questions pourraient en amener d'autre. Est-ce qu'on trouve des aliens avec des tentacules ? Est-ce que quelqu'un a reçu les emissions radios de la sonde envoyée dans l'espace ? Est-ce que les sabres laser existent dans un galaxie lointaine très lointaine ?
Secouant la tête en comprenant que je pense trop, et que je me concentre peu, j'en reviens à l'observersation des lieux, à la recherche d'un trappe, ou quoi que ce soit qui pourrait...

Crack Boom Crack.

Sous mes yeux, la jeune femme vient de passer au travers du sol. Je m'empresse de m'approcher des planches brisée, et dépasse la tête de l'ouverture pour l'observer d'en haut. Bon elle a l'air d'avoir mal, mais pas au point de s'être cassé un truc. Je la rejoins avec mon agilité habituelle, m'arretant à sa hauteur en déposant une main sur son épaule.

- Bouge pas. Laisse moi voir si tu t'es pas cassé un truc, ok ?

Joignant mes mains, je m'attarde à venir palper ses côtes, afin de trouver une éventuelle fracture.

- La tête que t'a tiré... Et là, malgré toute la bonne volonté du monde, je ne peux pas m'empêcher de rire de son malheur. Pas par méchanceté. Mais quand même... avouons que c'est drôle. À l'étage, un bruit attire mon attention. Des voix, plus exactement. La maison n'était pas si vide que ça ? Sûrement un guetteur qui profitait d'un matelas à l'étage pour piquer un somme. Je me raidis un peu, et lançant un bref regard autour de nous, je fixe la galerie découverte par la jeune femme, l'abandonnant un instant pour jeter un petit coup d'oeil vers un mur de brique à deux doigts de s'écrouler. Une sortie murée. C'est avec force que j'entreprends alors de venir donner des coups de pied pour faire sauter les briques les moins bien fixées, le béton ancien et poreux me permettant de créer un trou relativement étroit. Juste ce qui devrait être nécessaire pour nous laisser passer.

-Viens vite. Passe par là... et je te suis.

Si on passe, il faudra du temps au guetteur pour nous suivre. Et dans les grottes de Gotham, on devrait pouvoir se frayer un chemin. Comme je l'avais dit un peu plus tôt, les grandes maisons de la ville sont reliées par ces galeries et servaient à faire fuir les esclaves. En suivant le bon, nous pourrions retrouver les vieilles fondations du manoir Wayne. Ou une grotte qui déboucherait pas loin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Jeu 17 Déc - 0:20

Koriand'R n'eut pas répondu aux commentaires du ténébreux plus tôt, elle avait été occupée par la situation plus ou moins urgente qui les poussaient à se barrer le plus tôt possible, puis étant donné qu'elle n'avait pas comprit cette blague, elle ne lui répondit que par un haussement d'épaules. C'est une fois tombée au sol qu'elle s'occupa de ce qu'il avait mentionné un peu plus tôt, d'abord irritée de sa situation ainsi que de son aspect général, elle se calma lorsqu'il vint à nouveau à sa rescousse.

- Pour revenir à ce que tu m'as posé plus tôt, ma planète ne vient pas de ton système solaire, il est à des milliers d'année-lumières d'ici. Tu sais, une planète grise et rose... Oh, vous n'avez peut-être pas la technologie adéquate pour voyager entre les planètes. Je me trompe ?

Elle cligna d'abord les yeux, puis lui lança un petit regard courroucé lorsqu'il se mit à rire. Tournant la tête vers Richard tandis ce qu'il la tripotait. Levant d'abord les bras pour le laisser vérifier.

- Attend de voir dès que je te brise les os à toi aussi... Affichant un sourire, elle fit passer comme message qu'elle n'était pas sérieuse, reprenant ce qu'elle avait commencé. Les Psions sont... Aahaha !

À nouveau interrompue, cette fois-ci par un rire et de petits soubresauts elle s'était mise à se tortiller entre les doigts professionnels du prodige, avant d'en retirer ces petites mains chatouilleuses qui se promenaient sur ses côtes.

- Tu... Tu me chatouill... Oh eh, j'espère que tu ne te donne pas comme prétexte de vérifier mes côtes pour pouvoir mettre tes mains sur moi, hein ?

Son rire s'était changé en un petit râle mécontent qui ponctua sa question, suivit d'une moue qu'elle exagérait pour le faire culpabiliser. Le voyant rougir, même dans cette obscurité, la princesse se mit à glousser. Il semblait à la fois expérimenté, mais si... Pur et innocent lorsqu'on embarquait dans une toute autre situation. Et après ce que la rouquine avait pu voir et vivre, ce qui se passait là ne la dérangeait pas comme elle l'avait fait entendre.

- Viens vite. Passe par là... et je te suis.

Ses lèvres se fermèrent au même moment où ses yeux s'écarquillaient, elle s'éloigna de l'entrée du trou au même moment que lui et s'enfonça rapidement dans le tunnel, où elle frissonna de froid et de peur. Un bruit sourd retentit, puis un autre beaucoup plus strident suivit de battements d'ailes. Un ombre se dirigeait tout droit vers les cheveux de Dick, mais avant qu'elle n'atteigne sa destination, Starfire lui ficha une gifle qui l'envoya voltiger plus loin. Et comme si tout avait été normal, l'alien reprit.

- ...La citadelle sont... Les pires ennemis de notre peuple, ils sont grands... Verts et... Pas très jolis. Ils sont méchants aussi, très méchants. Ils pillent les autres planètes, les détruisent et font tout ce qu'ils veulent avec leurs prisonniers. Mais ils sont pas très malins. Pas comme les psions, qui sont une race plus... Scientifique, ils torturent les autres peuples dans le but d'en connaître leur pouvoirs et leur faiblesse. C'est ce qu'ils ont fait à moi et à...

Elle prit un air outré, qui se changea vite par une petite moue triste qu'elle tentait de refouler. Heureusement, le noir cacha en partie ses expressions faciales.  

- Une autre Tamaranienne. Mais je suis arrivée saine et sauve... Tout finit bien qui finit bien ! ... À moins qu'on essaie de me torturer ici aussi... Tu vas me torturer toi ?

Ils continuèrent plus loin dans le tunnel de plus en plus étroit et de plus en plus noir. Pas même des torches avaient été allumées pour éclairer leur route.

- Où est-ce qu'on va..-AAAH !

Pas plus loin de là descendait une pente plus ou moins apique, où Kory glissa. Derrière se trouvait notre Robin qui aurait pu ne pas être victime de la pente, mais durant sa chute, elle agrippa les vêtements du garçon et le tira avec elle dans sa descente. Ils déboulèrent ensemble et s'arrêtèrent sur un terrain plus stable et plus humide. Tout juste devant une autre pente se dressait devant eux, qui les obligeraient à remonter jusqu'à la suite du chemin souterrain.

Kory avait atterrit flancs contre le ventre de l'adolescent, elle était tombée sur son coude désormais endoloris, sa main était enfouie dans sa chevelure emmêlée et sa joue écrasée contre le creux de son bras. Un moment elle prit le temps de se relever, éternuant sous la poussière envahissante.

- Aïe... Ouh... Ça... Ça va ?

Elle le scruta un moment, puis attrapa ses côtes de ses mains, un air joueur sur le visage.

- Attend, moi aussi je vais vérifier si t'es pas blessé !

Elle l'attaqua soudainement de chatouilles, piquant de ses ongles les petits coins sensibles, en guise de vengeance si on veut.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Jeu 17 Déc - 10:10

Je lui lance un regard en biais quand elle me demande si la vérification de ses côtes n'est pas un plan pour la toucher en tout impunité. Hey quoi, elle me prend pour quelqu'un qui profite des situations ou quoi ? J'affiche un sourire un peu plus large, et je me permets donc une petite réplique teinte d'une malice certaine pour lui rappeler ce qui s'était passé un peu plus tôt.

- J'te signale que tu m'as embrassé sans aucune raison tout à l'heure... alors qui profite de quoi hein ?

Satisfait, je lui décoche un clin d'oeil complice, qui dans une situation pareille prêtait un peu à confusion, et devait me donner des allures de vieux dragueur raté, avec le demi sourire idiot qui habité son faciès et dévoilait quelques dents blanches. Genre... grimace de chanteur de Boyz Band des années 90. Honte à moi.
Secouant la tête pour reprendre mon serieux, j'achève l'examen physique qui ne révèle aucune blessure sérieuse, et nous pouvons donc continuer en passant au travers d'une ouverture forcées à grand coup de pied. Derrière s'ouvraient les grottes justement. Noires. Poisseuses. Plongée dans des ténèbres relatif.

En effet, quelques ouvertures lointaines laissaient filtrer des rayons du soleil, nous permettant de ne pas être plongés dans une obscurité totale. Néanmoins, gare à nos pieds. Le sol était sec par endroit, couvert de poussière et de graviers glissants. Et en contrebas, quelques reflets brillants m'indiquaient que les roches lisses que nous finirons par rejoindre devaient aussi être particulièrement glissantes aussi.
Concentré sur mes pieds, j'écoutai donc les paroles de l'inconnue qui m'expliquait de manière sommaire les histoires de cosmos en répondant à mes questions. J'avais forcément envie d'en savoir plus, mais songeant que l'idée pourrait être chiante pour elle d'être ainsi interrogée, je me retiens et me décide à attendre un peu pour en savoir un peu plus encore.

- Ici... si des gens savent que t'es une extraterrestre les choses pourraient se compliquer pour toi, oui...

Je m'apprête à enfoncer mes mains dans mes poches quand elle vient gifler une pauvre chauve-souris qui passait par là, attiré par... notre mouvement. Grimaçant un peu, je m'approche de la bestiole, visiblement sonnée que j'attrape avec un petit sourire en coin, la laissant se suspendre à mon index. J'étais habitué à elles maintenant. Et à Gotham... disons que ce genre d'animal commence à devenir... mythique.

- Les terriens sont curieux. Mais un peu parano aussi. Ils voudront sûrement savoir si tu représentes une menace pour notre monde. Se renseigner sur le tien... et comme toujours certains voudront aussi faire du commerce pour essayer de s'enrichir... gratter des technologies... Les plus mesquins pourraient être tenté par la recherches d'éventuelles... particularités chez toi et si ton existence venait à se savoir... j'ai peur que tu finisses enfermées dans une bulle de verre pour servir de cobaye... Désolé...

Je suis pas spécialement fier de mes semblables.

- Ouais... on est vraiment pas le meilleur des peuples du cosmos, je crois … Regarde cette ville. Elle est sans dessus dessous uniquement à cause de la présence d'une mystérieuse chauve-souris géante qui attaque les criminelles.

Une mystérieuse chauve-souris géante, et son fidèle accolyte ! Il est important, l'accolyte. Mais trop insister pourrait être louche, mieux valait taire les détails.
En m'apprêtant à enfourner mes mains dans mes poches, j'écarquille les yeux. Nouvelle chute de la jeune alien qui... m'entraîne avec elle dans sa glissade. Cabrioles, roulades, rebondissements. Je me retrouve en contrebas avec le souffle coupé, le dos en vrac, des coupures dûes au frottement avec la roche. Mais plus de peur que de mal dans le fond. Et avec mes sorties nocturnes, je suis habitué à des blessures bien plus sérieuses.

- Outch... je crois que t'es officiellement la personne la plus maladroite que je connaisse...

Pas le temps de dire ouf qu'elle s'était décidé à son tour à vérifier si j'étais blessé. Ce qui vira vite à... des chatouilles. Franchement ? Cette fille est dingue. Roulant comme une anguille, je tente de me soustraire à cette torture en me tortillant comme je le peux avant de la saisir fortement dans mes bras, bloquant ses épaules et donc ses bras dans une prise de l'ours.

- Hey... si j'avais eu une côte pété, rire et me tortiller comme ça... ça aurait pu me perforer un poumon !!

Bon... c'était marrant au moins. Relâchant la rousse aux yeux bizarres, je tente de me relever, et regarde avec un soupir la pente qu'il ne reste à gravir. Voilà qui va vite devenir barbant...

- T'es douée en escalade j'espère. Il faut qu'on remonte... et qu'on suive cette direction.

Haut les cœurs ! Je me redresse, me frotte les genoux, tirant un peu sur mes vêtements qui avait quand même salement pris cher avec toutes ses aventures, et je m'avance vers la pente, que je monte lentement, mais sûrement. Le sol est assez dense et pas trop glissant. Quelques prises permettent de prendre appui pour grimper. J'arrive donc en haut sans trop de problème.

- Qu'est-ce que je dois dire aux gens chez moi au juste ?

La question peut paraître bizarre, c'est vrai. Il faut bien que l'on aille s'abriter au manoir Wayne, mais la réaction de Bruce et Alfred devant l'arrivée d'une... alien. Et je ne peux vraisemblablement pas me permettre de la cacher.

- Genre... Salut... j'ai ramené une copine qui vient de l'espace. J'l'ai aidé à échappé à des mecs qui voulaient probablement la disséquer ? Ils sont ouverts d'esprit... mais j'sais pas ils vont encaisser ce coup là...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Ven 18 Déc - 8:40

- La chauve-souris géante ? ...C'est quoi, une chauve-souris géante ?

Kory se relevait avec son nouvel ami, scrutant ses genoux s'ils ne s'étaient pas ouverts. Heureusement, pas de blessures majeures, juste quelques égratignures. Elle prit plus sérieusement le temps d'observer Dick, voir s'il ne s'était pas réellement blessé lui aussi, parce qu'on sait jamais.

- On peut pas vraiment se briser une côte à cette hauteur, mais peut-être que vous avez des os fragiles ?... En passant, j'aurais très bien pu faire autre chose... Pour apprendre ton langage.

Elle ne prit pas la peine d'expliquer ce qu'elle avait voulu dire, à lui de voir ce qu'il voulait comprendre. Tout ce qui enchaîna ce petit sous-entendu fut un soufflement qui envoya la touffe rouge voler dans les airs, pour retomber sur sa petite moue. Si ça se trouve elle parlait de lui pondre des œufs dans le cerveau.

- Ça veut dire quoi, "parano" ? Et puis je ne suis pas une menace ! Je suis gentille, promis ! Je sais faire à manger aussi !... Mais je fais quoi alors si je veux pas me faire découper, je reste cachée pour toujours ? C'est absurde !  

Le petit brun à ses côtés, elle grimpa à son tour, glissant ici et là sans vraiment avancer. Le sol était trop mou et instable pour elle et, contrairement au garçon, elle n'était pas aussi habile. La situation la rendit un peu ronchonne, ce qui la poussa à s'arrêter le temps de voir ce qui pouvait l'aider à grimper. Des racines poussaient à travers le gravier, certaines étaient sèches et mortes tandis que d'autres plus résistantes avaient prit de la longueur sans perdre de couleur. Ces même racines permirent à Korry de grimper et d'en monter la pente.

- Wow ! Je ne refais plus jamais ça.

Lorsqu'on savait voler, escalader ça servait à rien. Non ?

- Qu'est-ce que je dois dire aux gens chez moi au juste ?


- Heh bin...

- Genre... Salut... j'ai ramené une copine qui vient de l'espace. J'l'ai aidé à échappé à des mecs qui voulaient probablement la disséquer ? Ils sont ouverts d'esprit... mais j'sais pas ils vont encaisser ce coup là...

- Je suis sûre qu'ils comprendront ! ... N'est-ce-pas ? J'ai pas l'air méchante...

Ils continuèrent leur route et heureusement, le souterrain qu'ils avaient empruntés semblait continuer en ligne droite, ce qui rendait le tout un peu plus simple, surtout que la dernière chose que Koriand'R avait besoin, c'était des complications. Somnolente, elle se rentra la tête dans le creux de ses épaules, se réchauffant de la veste qu'on lui avait prêté et renifla par la même occasion le parfum de ce dernier. Ses yeux se plissèrent un moment, avant qu'elle ne les rouvre brutalement en secouant la tête pour se réveiller.

- On arrive bientôt ? J'ai très faim...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Sam 19 Déc - 17:49

Sa question me fait arquer un sourcil. Je ne vois pas comment lui expliquer en détail ce que je viens de lui mentionner, à dire vrai. Une chauve souris géante... elle devra essayer de se faire avec cette idée là. Lui donner des détails pourrait trahir mes connaissances un peu trop poussé au sujet du vengeur masqué de Gotham, et je ne tiens vraiment pas à mettre Bruce dans l'embarras. Sans compter que je suis aussi son binôme lors de certaines sorties. Mieux vaut donc éviter de mettre nos secrets en péril en vendant par hasard un détail qui ne devrait pas l'être. Question de bon sens. Le silence est d'or donc et je me contente de confirmer qu'une chute comme la nôtre aurait effectivement pu blesser l'un de nous. Les humains sont fragiles.

- Je ne connais pas la solidité des os de ceux de ton peuple mais... disons que nous, les humains, sommes plutôt sensibles oui.

Marquant une pause, je jete un petit regard vers elle en comprenant à retardement qu'il y avait probablement un sous-entendu un peu étrange en guise de conclusion à sa première phrase.

- Un autre moyen d'apprendre ma langue tu dis ? Google Trad ?

L'idée me fait rire. Mais il est probable qu'elle n'ait aucune idée de ce que pouvait être Google. Si son peuple est capable de voyager dans l'espace pour finir ici, je doute fortement qu'un moteur de recherches internet puisse attirer son attention. Elle s'étonnera plus facilement des étrangetés de notre planète et aura autre chose à faire que d'essayer de comprendre mes blagues pas si drôle que ça.
Plus sérieux quand Kory me questionne sur la paranoïa, et sur ce qu'elle va devoir faire dans le futur pour éviter les problèmes, mon visage se fige dans une grimace sincère mais désolée. Elle devrait pourtant comprendre mieux que quiconque ce qui se passe quand un peuple trouve une technologie supérieur : il cherche à se l'approprier et à la comprendre. En somme... si la nature exacte de la jeune femme est découverte, la pauvre risque de passer un très mauvais moment.

- Si... tu vas devoir vivre cachée j'en ai peur. Ou bien... on trouvera un plan pour te dissimuler parmi nous. Je sais pas encore comment on va pouvoir faire ça par contre...

C'est peut-être là justement qu'il faudrait faire entrer Bruce en lice. Lui, il aura sûrement une idée. Les déguisements, ça le connait. Tout le monde ignore encore qui il est réellement après tout. Grimaçant un peu à cette idée, je lorgne de nouveau vers l'alien et tente un petit sourire en coin.

- Pourquoi venir sur Terre au fait ? Il doit y avoir des tas de planètes plus cool dans les galaxies nan ?

Ou alors j'ai trop regardé de films et mon amour pour la science fiction risque d'être synonyme de déception quand je découvrirais de visu l'espace. Si je vis assez longtemps pour pouvoir voir quoi que ce soit à ce niveau, bien entendu...
Tenant les lanières de mon sac à dos, je m'enfonce un peu plus dans l'obscurité grandissante des cavernes, suivant la route entre les rochers en me contentant de garder un cap dans la direction qui me semblait la bonne alors que j'écoutais la demoiselle derrière moi qui ignorait vraiment chez qui je vivais. Connaissant Bruce, il est probable qu'il décide de mettre la jeune alien sous une cloche de verre blindé pour s'assurer qu'elle n'était pas dangereuse...

- Tu n'as pas l'air méchante mais... avouons que si tu viens d'une autre planète... tu as peut être amené avec toi des organismes que notre planète ne connait pas, par exemple. Regarde comme tu es forte... imagine que les bactéries venues de chez toi aient des propriétés similaires... ça pourrait être catastrophique par exemple.

Et inversement maintenant que j'y pense. Son corps n'est peut-être pas fait pour assimiler la biologie terrestre. L'idée me fait grincer des dents et je tourne lentement la tête vers elle, un peu inquiet tout d'un coup. Manquerait plus que ça... qu'elle tombe malade tiens ! Ce n'est pas comme si j'avais des antibiotiques fonctionnels sur les natifs des autres planètes...

- Je ne sais pas dans combien de temps on va arriver.

Je m'arrête toutefois, passant mon sac devant pour l'ouvrir et fouiller un peu. Avant d'aller dans les bois, j'avais été acheter quelques friandises après tout. Pas le repas le plus consistant du monde, mais elle devra s'en contenter. Sortant l'une des barres chocolatées, je la tends vers elle, avec un petit sourire en coin.

- Tiens. C'est pas terrible pour les dents, mais c'est la meilleure chose au monde. Du chocolat. Du caramel. Des noisettes. Tu trouveras pas meilleurs !

Je garde le reste en réserve. Des fois qu'elle soit prise d'une autre fringale. Moi, je suis habitué à me priver. Je suis orphelin. Je suis entraîné par Batman à contrôler mon corps pour être plus fort, plus endurant, et plus rapide que mes adversaires. Ne pas manger ne m'handicapera pas dans l'immédiat.

- Dis moi... tu accepterais de... de rester enfermée quelque part quelques temps. Juste pour convaincre quelqu'un que tu es digne de confiance... et que tu n'es pas dangereuse ? Je resterais avec toi le plus longtemps possible, le temps de ton enfermement, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Lun 21 Déc - 8:41

- Qu'est-ce que "Google Trad" ou...Ou "Parano" ? Je ne semble pas comprendre vos expressions, pourrais-tu m'éclairer ?

Elle prit un air un peu plus sérieux, cherchant à définir les expressions qu'empruntait le terrien. Parlant de terriens, elle se tourna soudainement vers Dick, soudainement très intriguée par la planète sur laquelle elle s'était posée.

- Quel est le nom de cette planète ? Je l'ai peut-être entendue quelque part... Mais alors je jure ne l'avoir jamais vue avant aujourd'hui.

Puis alors Dick confirma ses doutes. Concernant le fait qu'elle devra se cacher le temps de trouver une façon de sortir au grand jour... Sans qu'on ne cherche à faire de quelconques tests, à la disséquer ou qu'on se mette à la battre et à l'enfermer. Son regard d'ailleurs s'illumina lorsqu'il supposa qu'il y aurait un moyen de la faire sortir sans qu'on ne cherche à lui faire du mal. Ce qui la fit sourire sans qu'elle ne puisse se retenir.

- Un plan ? ... Si tu pouvais m'aider à rester ici, j'en serais très reconnaissante.

Son air jovial se perdit lors des dires de Richard, baissant le menton pour ne pas trop afficher les yeux tristes qui menaçaient de perdre de leur eau. Sa lèvre inférieure se mise à trembler, heureusement qu'encore, le noir prenait soin de ne pas laisser voir la peine qui traversa Koriand'r à ce moment.

- Bien...

Mais celle-ci perça dans sa voix.

- Je crois qu'il m'est désormais impossible de retourner chez moi à présent. Ça amènerait la citadelle. Ils me cherchent, c'est certain. Je dois rester ici et me faire oublier pour que mon peuple soit tranquille. Ils ne viendront pas chercher ici. Votre planète est bien trop petite, elle n'attire pas l'attention.


Elle échappa un petit soupire, comme cherchant à dégager toute l'angoisse qui l'étouffait. Affichant de nouveau un petit sourire.

- J'en suis consolée, car si je dois vivre ici, il est inévitable pour moi que je m'attache à votre espèce. Et pour rien au monde je ne voudrais que l'on vous fasse du mal par ma faute.

Cherchant de sa main dans le noir, elle finit par toucher la sienne et y glisser ses doigts pour les entre-croiser avec ceux de Dick. Chez les Tamaraniens, ce genre de contact n'était pas aussi intimes que chez les terriens, donc Kory ne semblait pas gênée par ce genre de rapprochement et ne se dérangea donc pas à savoir si ce qu'elle avait fait avait été bien ou non.

- Tu voudrais dire que si je vous apportais des microbes ils pourraient vous tuer ? ... Hmn, eh bien c'est plausible, mais si tu veux savoir ce qui tue les bactéries, je peux te montrer ! Il faut faire du feu, puis tu mets ta main dedans et tu verras, elle sera très propre ! ... Après je ne sais pas si vous faites comme ça ici pour tuer vos bactéries. Puis moi je ne suis pas tombée malade dans la citadelle.

Kory s'arrêta avec lui lorsqu'il se pencha pour fouiller dans son sac, haussant les sourcils tout en le scrutant pour en savoir ses intentions. Lorsqu'il se redressa, elle se mise à fixer la petite barre tendue vers elle, un peu hésitante avant d'attraper la friandise. D'abord, elle la déballa légèrement, puis en renifla son odeur sucré.

- ... Oh, ce parfum ! Je n'en ai jamais sentis de similaire avant.

Dans la hâte, elle croqua à pleine dent la barre chocolaté, pour qu'en bout de ligne elle l'engloutisse.

- Hmmm... C'est excellent ! Vous en avez beaucoup de ces choses ?

Tandis qu'elle mastiquait le chocolat, les noisettes et le caramel, elle jeta un petit regard perplexe vers Richard, ralentissant son pas avant de complètement s'immobiliser.

- Tu... Veux dire que l'on va m'enfermer ?

Encore ?

- Qui est ce quelqu'un ? ... Hmn, je... Je veux bien me laisser faire, mais je... Je ne veux simplement pas de conflit.

Ou de se faire battre. Évidemment.

- Et pourquoi resterais-tu avec moi ? Tu n'en as pas le devoir... Le fais-tu parce que tu m'aimes bien ?


Pendant un instant, elle eut un petit brin d'espoir. On voulait l'enfermer à nouveau, elle n'était pas prête à se retrouver dans une cave remplie de boue et de débris. Ou du moins dans un bocal sur un plancher métallique et froid.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Lun 21 Déc - 12:16

Je lui lance un petit regard en coin quand elle me demande des explications. Oui... Parano et Google Trad. Forcément, ma blague va vite être beaucoup moins drôle si elle me demande de l'expliquer à haute voix ! Tant pis. C'est ce qu'il en coûte, je crois, d'essayer de blaguer avec une forme de vie extra-terrestre. Enfournant mes mains dans mes poches, je cherche un moyen de lui expliquer mes paroles, en me murant dans un silence qui en disait long. Hey oui, c'est pas simple d'ouvrir de nouveaux horizons à quelqu'un qui doit avoir des milliers d'années d'avance sur nous...

- Parano c'est... les gens qui sont persuadés que tout le monde leur en veut. C'est une méfiance extrême, et pas toujours logique. Et Google Trad heu... c'est un programme qu'on utilise. Qui permet de traduire une phrase ou un mot d'une langue à une autre.

Sortant mes mains de mes poches, je m'amuse de sa question. Quelle planète hein ? L'idée me fait rire dans le fond. Je ne crois pas que j'aurais tenté un voyage interstellaire sans avoir une vague idée de la planète sur laquelle je comptais me poser, à dire vrai.

- Ici, c'est la planète Terre... une planète sur laquelle la quasi totalité des gens pensent que la vie n'existe pas forcément ailleurs. Et quand ils y croient, c'est en étant persuadé que les formes de vie extérieurs se déplacent en soucoupe volante pour kidnapper des gens, leur faire des tests assez dégradant, et les abandonner dans un champs au milieu d'un Cercle de Culture. 

Oui... nous, les humains, on est pas des flèches. Mais ça, elle aura tôt fait de le constater par elle même dans les jours à venir. La pauvre risque d'être vite dépaysée. Ou pas... puisque quand j'écoute sa méthode de guérison, je ne peux m'empêcher de frissonner et de la regarder avec un air totalement ahuri. Alors oui... cotériser une plaie par le feu, ça j'ai déjà vu faire. Mais là, elle pousse le concept un peu loin, à mon sens.

- Heu... nous on prend des remèdes pour aider nos systèmes immunitaires à combattre les bactéries... évite d'essayer de te cramer un bras devant des gens sur Terre... tu vas finir dans un asile psychiatrique si on te voit faire ! lançais-je avec un petit rire. Bon dans le fond, la scène aurait un côté un peu amusant. Mais... pour son bien, mieux valait qu'elle ne s'y risque pas.

En parlant de risque, la conversation nous mène finalement là où j'aurais aimé qu'elle ne nous mène jamais, justement : face à un dilemme moral que j'ai à affronter. Mon choix est simple : soit je la ramène au manoir et j'essaye de la faire passer pour une fille tout à fait normale. Soit je l'amène dans la Batcave, afin que Bruce prenne lui même des décisions à son sujet.
Dans le premier cas, je sais que la supercherie ne fonctionnera pas. Dans le second, j'ai peur que cette fille qui, même si elle vient d'ailleurs, est carrément sympa, perdre toute confiance en moi, et en l'humanité.

- Ouais... la seule solution viable que j'ai à te proposer c'est... de t'enfermer. Je grimace un peu, en me tournant vers elle, l'air sincèrement désolé. - Mais ce sera pas pour toujours. Et... si tu arrives à convaincre cette personne que je vais te présenter. Alors on pourra vraiment t'aider à rester parmi nous, et à te cacher sans que tu aies à subir quoi que ce soit d'autre.

Je réajuste les sangles de mon sac, déviant lentement de ma route. Nous aurions pu remonter, et escalader une paroi de roche qui menait visiblement vers l'extérieur. Pourtant, c'est droit vers une cascade que je me rends, tendant la main pour me tremper un peu la paume avant de me racler la gorge, mon autre main tenant toujours celle de la demoiselle qui avait, un peu plus tôt, mêlé ses doigts aux miens.

- Tu vas sûrement avoir peur. Tu vas sûrement pas aimer être enfermée non plus. Et tu seras probablement en colère et frustrée pendant un petit moment parce que... parce qu'Il va sûrement pas être tendre avec toi. Mais dis toi que c'est une sorte... d'épreuve à passer. Et dis toi que je vais aussi prendre un sacré savon en faisant ce que je m'apprête à faire... Alors heu... prête ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mar 5 Jan - 8:08

Peu avant qu'il n'embarque dans le sujet sur ce qui allait se passer chez lui, le jeune homme fit mention d'un traducteur, d'une machine. Chose qui à la fois surprit et fit rire l'étrangère, parce qu'évidemment qu'en étant soi-même un traducteur sur pattes, il était drôle que d'autres races vivantes utilisent des machines. Bon, enfin, elle se souvenait qu'ils n'étaient pas les seuls, les citadeliens n'avaient pas, eux non plus, cette capacité bien étrange. Aussi Korry préféra ne pas réagir et le laisser parler.

Puis vint le moment où il détailla la terre, planète où elle s'était échouée. Sur le radar de la navette dans laquelle elle était arrivée, pas de nom n'avait été écrit, ni sur le système solaire, ni sur la planète. Seule la distance parcourue avait été indiquée.

- Tu sais, sur les... Les soucoupes volantes, ce n'est pas totalement faux. Enfin, ce ne sont pas des "soucoupes", mais des navettes, des vaisseaux. Mais ça je crois que tu le sais déjà. D'énormes engins que les Psions ont créées, pour la plupart. Ils sont très, très développés niveau technologie. Mon peuple à moi est encore très primitif, nous usons de nos pouvoirs pour survivre sur notre planète. De ce que j'ai pu constater lors de mon voyage sur la Citadelle et dans les vaisseaux Psions... Je dirais que votre population en est à mis-chemin...  

Dit-elle en levant le menton vers tout ce qui pourrait prouver ses dires.

- ... Je crois ?


Les traits en disaient long sur l'incertitude qui la rongeait désormais.

- Oh... Pour les tests, ce n'est pas totalement faux. Principalement les Psions, si vous avez des capacités qu'ils ne possèdent pas...

Un épaule se haussa, venant toucher à sa joue tandis ce que sa tête balançait en angle. Puis presqu'aussitôt son air se changea, s'assombrit lorsqu'il lui répondit concernant l'enfermement. Ses sourcils se courbèrent dans une moue triste et incertaine. Pourtant elle ne chercha pas à s'éloigner, ni à fuir. Se soumettant plutôt à ce qu'il attendait d'elle. Peut-être qu'il avait raison, si elle faisait l'effort de ne pas se rebeller, il y avait des chances qu'ils soient de son côté.

- Va-t-il me faire du mal ?

Elle rentra la tête dans le creux de son cou, puis se mit à gonfler les joues, les yeux à demi-fermés. Elle ne savait pas si tout ça était une bonne idée, mais il ne semblait pas y avoir d'autres solutions, elle ne pouvait pas non plus fuir et espérer trouver un abris en plein forêt. Surtout qu'elle n'était pas en état de courir - encore - pour sa vie.

- ...Oui...Oui je suis prête.

Un hochement timide appuya les dires de la rouquine.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mer 6 Jan - 11:48

Navettes, soucoupes, vaisseaux, ou capsules spatiales... tout me paraît plausible dans le fond. J'aurais bien interroger Kori sur les détails concernant leurs vaisseaux, mais elle s'attarde surtout sur les Psions et le moins qu'on puisse dire, c'est que je n'avais vraiment pas envie de les voir débarquer sur terre. De source télévisuelle, je savais que toute espèce plus avancée qu'une autre se fait toujours un plaisir d'annihiler la plus faible pour profiter de leurs mains d'oeuvre et de leurs ressources. Hollywood a peut-être sérieusement attaquer ma confiance en l'univers maintenant que j'y pense. Bref, croisant les bras, je me mure dans un sérieux complet.

Il est maintenant temps de laisser à la jeune femme la possibilité de décider de la suite. Ce qu'elle compte faire. Partir, et aller se cacher. Dans ce cas là, je lui désignerais simplement l'ouverture, quelques mètres plus haut qui permettait de s'extraire de la roche. Le chemin que nous avions parcouru sous terre nous a guidé loin des bois, sur les hauteurs de Gotham. En suivant la route, elle se retrouvera facilement en ville et à condition qu'elle arrive à rester discrète, il y a peu de chance que les dingues qui voulaient la découper puissent la retrouver au milieu des millions d'habitants.
L'autre choix étant de me suivre et de mettre sa vie entre mes mains. Vie que je mettrais moi même entre les mains de quelqu'un de bien moins avenant que moi. Seulement, je faisais confiance à Bruce dans le fond. Bien que je savais que les choses pourraient être un peu... compliquées au début. Sûrement que je me ferais salement engueuler. Et sûrement aussi qu'il se montrera particulièrement froid et tranchant avec elle, comme à son habitude. Après tout... il a toutes les raisons du monde d'être paranoïaque.

- Te faire du mal ? Je ne pense pas. Te faire peur... ça c'est très possible oui.

Je penche un peu la tête. Songeur. Ma phrase peut sembler bizarre.

- C'est... compliqué.

Je me frotte un peu la tempe. Il faudrait que je lui explique au moins les bases, pour qu'elle comprenne. Mais j'avoue hésiter un peu. J'ai peur qu'elle fasse une gaffe et qu'elle lui explique que je lui ai raconté plein de trucs, ce qui pourrait m'amener à avoir encore plus de problèmes. Déjà que Batman refuse la plupart du temps que je sorte intervenir avec lui...

- Ici, c'est Gotham City. Une ville qui... qui craint vraiment on va pas se le cacher. Les criminels ont toujours tout dominer. Et les forces de l'ordre n'arrivent pas à reprendre les quartiers. La justice est corrompue. Le crime est partout. Celui qu'on va voir... disons qu'il a décidé de remettre de l'ordre, en ignorant la justice. Il fait en sorte d'utiliser la peur pour vaincre ceux qu'il affronte. Il est pas spécialement... sympathique. Pas drôle. Pas très causant non plus. Mais il fait tout pour aider.

Voilà qui devrait, je l'espère donner une base solide pour permettre à Kori de comprendre ce à quoi elle va bientôt faire face. En me raclant un peu la gorge, je m'approche d'un grand rocher, un peu plus plat que les autres. Je crois que j'ai l'air d'un crétin, planté ainsi devant une pierre. Et pire encore quand je m'adresse à elle.

- Robin.

Un seul mot. Dans une aspérité rocheuse, un faisceau de lumière bleuté vient me parcourir des pieds à la tête. Ce rocher n'en est pas vraiment un. Il est truffé de technologie de sécurité et de camouflage tout droit sorti de chez Wayne Tech. Quand la lueur a terminé de me parcourir de la tête au pied, une voix féminine et robotique se fait entendre.

- Entrée autorisée.

Dans un bruit pneumatique, métalique et mécanique, la roche pivote, laissant apparaître un couloir d'acier, d'alluminium et de composites sombres éclairés par quelques néons. Par habitude je m'y engage, tirant Kori par la main pour l'entraîner avec moi dans ce sas d'une des entrées de la Batcave. Derrière nous, la porte dérobée se referme rapidement. J'avance alors d'un pas lent. Quand nous quittons le couloir, nous nous retrouvons finalement sur l'une des plateformes de la batcave. Un peu plus loin, dans l'obscurité, je distingue d'emblée la silhouette de Batman. Il n'a pas manqué notre arrivée, visiblement et est déjà préparé à nous accueillir.

- Grayson...

Oulà, ça présage rien de bon

- Elle... c'est Kori. Elle vient... heu... ben pas d'ici. Il s'est passé un truc dans la forêt. Des types voulaient la disséquer et tout et...

J'ai beaucoup moins de facilité à expliquer ce qui m'a poussé à la ramener ici maintenant que je suis face à lui. Il doit me prendre pour un idiot.

- Les radars et les scanners ont confirmés la présence d'un appareil technologiquement au point ayant traversé notre atmosphère pour achever sa course ici.

Alors il me croit ? Je le fixe avec des yeux ronds.

- Et si ce que tu dis est vrai... elle doit être mise en isolement.

Je me tourne vers la rousse, et lui offre un petit sourire, comme pour me vanter de ne pas m'être trompé à ce sujet. Forcément qu'il allait l'enfermer pour s'assurer qu'elle n'était pas dangereuse.

- Et tu as été en contact.

Je baisse les yeux vers ma main toujours accroché à celle de la demoiselle avant de revenir fixer mon mentor.

- Tu seras aussi mis en quarantaine. Tu sais où sont les biocellules...

Je grince des dents et jette un regard vers Kori, avant de baisser les épaules et de traîner les pieds un peu plus loin, vers les fameuses cellules. Encastrées dans le mur de la batcave, ces zones de détention étaient assez solide pour tout retenir. Du plomb pour les ondes. Plusieurs centimètres de blindages pour éviter les évasions. Enfin, la façade était conçu dans une toute nouvelle fibre de chez Wayne Tech. On pouvait faire varier l'opacité de ce verre de synthèse, quant à sa solidité, elle dépassait sans problème le verre pare balle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mar 12 Jan - 3:53

- Donc... Il protège votre ville sans l'aide de personne. Et personne n'essaie de lui venir en aide en échange ?

Sa propre voix fit écho dans ce fond où est-ce que le tunnel les avaient amenés. Chacun de ses pas étaient ponctués du bruit de semelles frottant sur le gravier. Puis d'un coup le sol fut plus lisse, étrangement droit et à peine sale comparativement à sur ce qu'ils avaient marché plus tôt.

"Robin"

Ses yeux s'arrondirent un brin lorsque Dick se mit à parler à... Un rocher. Elle se croyait dingue par moment, mais ne sut pas quoi penser exactement lorsqu'il la surprit. Puis une voix, pas humaine, ni alien s'était mise à lui répondre, mettant Kori en doute concernant sa folie.

Puis au fur et à mesure que la scène s'écoulait, les choses devenaient de plus en plus bizarres, au point où ils traversaient maintenant un tunnel des plus poisseux pour un laboratoire dément similaire à ceux des Psions. L'extraterrestre écarquilla de plus belles les yeux et examina vite fait la pièce, mais surtout son hôte, qui était dressé devant eux, imposant, impassible, comme une ombre qui surveillait nos deux aventuriers depuis le début. Un frisson traversa la rousse, qui serra un peu plus fort la main du garçon qui probablement devait être l'un des proches de celui qui les accueillait, son fils, peut-être.

Bien sûr, elle n'osa dire un mot, déjà bien au courant qu'un seul grain de sel pouvait virer la situation en catastrophe, c'est ce que la citadelle lui avait enseigné, en tous cas. Aussi la seule chose qu'elle se permit fut de suivre Dick jusqu'aux cellules.

***

- ... C'est ton père ?

Koriand'r restait tout près de l'ouverture pour entendre mieux Dick et avec un peu de chance, se faire entendre également. Elle flottait de temps à autre, énergisée un minimum par la lumière plombante de la cellule. Elle se promenait par ci et par là pour faire passer le temps, faisait quelques petites flammèches de ses paumes ou encore jouait avec ses longs cheveux.

- On va rester encore longtemps ici ?

Elle échappa un petit soupire, puis écrasa sa joue contre la paume de sa main, trouvant le temps long, enfermée dans ces cages, comme si ce qu'elle avait vécu sur la citadelle n'était pas déjà assez. Sa planète, sa famille, son monde lui manquait, là, tout d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mar 12 Jan - 18:01

C'est avec un soupir las que je me laisse tomber au cœur de la cellule que Bruce me réserve après ce tête à tête avec la rouquine venue d'ailleurs. L'endroit n'est pas inconfortable, c'est tout ce que je peux en dire. Pour le reste, ce n'est que du métal, des fibres et des objets plus fonctionnel qu'utile. Je sais que nous ne manquerons de rien. Que les capteurs présents dans la pièce vont mesurer avec une minutie incroyable – et un peu gênante – la totalité de nos fonctions vitales durant les jours à venir. Mais je sais aussi et surtout que je vais grandement m'ennuyer. Plus loin, Batman ne s'est pas attardé à rester avec nous plus longtemps que ça. Il a d'autres chats à fouetter. Il sait aussi probablement que Alfred veille sur nous, et dans tous les cas maintenant que nous sommes enfermés, il y a peu de chance pour qu'on s'en aille. Inutile pour lui de perdre plus de temps. Je le sais parce que je connais son fonctionnement. Je sais comment il pense. Je ne suis pas forcément d'accord, mais son pragmatisme est utile dans ce qu'il fait.

Je me contente alors de m'asseoir sur le lit médical présent dans la pièce. Un meuble tout droit sorti d'un film de science fiction. Mon regard lui, s'attarde sur les détails de la pièce et je remarques au plafond, au sol et sur les murs, quelques petites billes noires incrustées dans les parois. Des capteurs. Je suis sûr qu'il y en a tout autant du côté de Kori. De quoi analyser l'air qui l'entoure, capter ses émanations, comprendre et repérer ce qu'elle peut bien être en train de faire. Comment son corps réagit.
Focalisé sur les détails, je remarque aussi que les lumières qui éclaire mon compartiment sont communes. Légèrement jaunes, tandis que le halo lumineux de la pièce de la rousse semble plus clair. Ou un peu bleuté. Des UV. Je suis déjà persuadé que Bruce a une petite idée du fonctionnement de la peau de la jeune alien et qu'il tente de démontrer ses hypothèses en la soumettant à diverses lumières pour comprendre comment son corps se renforce.

Dans cette pièce, je perds la notion du temps. Il faut dire que je n'ai jamais été de nature patiente. J'ai essayé de suivre les enseignements de mon mentor. Assis en tailleur sur le lit, les yeux clos, les mains sur les genoux. J'ai tenté de méditer un peu. De réfléchir. De m'ouvrir. De comprendre. En vain. Je ne suis pas du genre à aimer rester sans bouger. Alors... très vite c'est vers l'activité que je me suis penché. Utilisant le lit comme un tremplin, tout avait commencé par quelques mouvements pour sautiller sur place, avant que, pris par l'ennui, je ne me surprenne à essayer de tenter des cabrioles. Bondir du lit jusqu'à la table de chevet comme un chat agile. Tenter une roue pour revenir d'où je venais. J'aurais pu y parvenir si dans la cellule voisine, la voix de Kori ne s'était pas élevée. Sa question me surprenant intégralement, voilà que je loupais lamentablement ma roulade pour me retrouver à tomber, ma tête achevant sa course contre la paroi vitrée dans un « ploc » sonore assez ridicule.

- Yaoutch...

Je me relève, je m'agite, je me frotte le visage et je m'approche de la zone d'où venait le son de la voix de la jeune femme. Nous ne pouvions pas nous voir, mais le système de ventilation et de tri atmosphérique de nos deux compartiments permettait visiblement de communiquer. Isolation purement gazeuse, mais pas sonore donc. Parfait.

- Mon père ? Ouais... on peut dire ça.

Je m'éloigne un peu, et dans un bruit métallique, me voilà occupée à traîner mon lit médicale jusqu'à côté de l'endroit où nous pouvions échanger nos messes basses. Ainsi... et bien je pourrais causer tout en restant assis ou allongé.

- Il finira par nous laisser sortir. Je sais pas quand mais ça dev...

Devant noir, dans l'obscurité de la batcave, la silhouette de Bruce se détache un peu, à peine visible. Je plisse les yeux, et me tait, croisant simplement les bras en attendant qu'il parle. Ce qu'il ne fait bien entendu pas. Comme à son habitude, il préfère observer et nous laisser mijoter. Peut-être que Kori a des confidences à lui faire ? J'en doute. Derrière lui, des pas se font aussi entendu. La démarche assurée et discrète d'Alfred. Pas un mot non plus, c'est assez rare.
Le chevalier noir se décide finalement à approcher, sans m'accorder le moindre regard, il s'arrête devant la vitre blindée de la cellule de Kori, et croise les bras, toujours aussi assurément sévère dans sa manière de se tenir.

- J'ai plusieurs question à te poser et des choses à te dire.

Fronçant les sourcils, je colle mon oreille à la paroi pour ne rien louper de la conversation.

- Cette cellule est chargée de capteurs. Nous avons enregistré les activités biologiques de ta zone de quarantaine. Les scanners ont fait subir à ton corps plusieurs balayages de rayons. Tu es morphologiquement construite comme nous. Les relevés confirment aussi que tu ne véhicules aucune pathologie particulière et les germes que nous avons pu découvrir lors des scanner sont tout à fait terrestres. Nous pouvons en déduire que tu n'es biologiquement pas une menace pour les habitants de la Terre.

Et ça, c'est une victoire. Bon, je n'étais pas inquiet à ce sujet, mais quand même. Cerné d'un fin sourire, j'écoutais toujours ce qui pouvait bien se dire.

- Néanmoins, je me suis permis de pratiquer à ton insu quelques expériences. Ces lumières sont des lampes à UV. Depuis que tu es soumise à cet éclairage, ta peau semble s'être gorgée d'énergie. Est-ce quelque chose de commun chez les tiens ? Il me faut aussi des détails concernant cette capacité à... planer... et une description minutieuse des capacités dont tu es pourvue.

Capacité ? Planer ? C'est vrai qu'un peu plus tôt, je l'ai vu se faire tazzer sans tomber comme n'importe qui aurait du tomber. Peut-être qu'elle est capable de cumuler l'énergie ? Intéressant.

- Enfin... il semble que ton système immunitaire soit assez semblable à celui des humains. Peut-être que les UV le feront varier et le renforceront ça... c'est quelque chose que je ne pourrais pas vérifier. Néanmoins, j'ai besoin d'un échantillon de ton sang. Tu n'es pas un danger pour la Terre. Mais il est probable que la Terre soit un danger pour toi. Cet échantillon servira à préparer des vaccins afin de préparer ton corps à résister aux pathologies humaines. Si tu es d'accord avec ça... Dick se chargera du prélèvement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Mer 13 Jan - 8:06

Pendant le lourd silence, la rouquine en avait profité pour s'asseoir un peu, reposer ses jambes et constater qu'elle était monstrueusement sale, couverte d'ecchymoses, de coupures et éraflures. Elle prit d'ailleurs la peine de passer une main sur sa jambe, du mollet au genou et dans une grimace, elle comprit qu'elle avait été vachement battue. Le seul fait d'y passer les doigts lui avait arraché un petit frisson de malaise et le fait de s'y concentrer rendait le tout pire. En revanche, la lumière qui plombait au dessus de sa tête redonnait à Kori les recharges nécessaire pour guérir ses plaies, mais pas suffisamment pour qu'elle le fasse rapidement, par contre. Au bout de quelques minutes plantée à attendre, son corps semblait avoir imbibé le max de rayons qu'il en avait la capacité et elle sentait sur le bout de ses doigts quelques picotements.

***

Le bruit sonore du choc entre la tête et la vitre retentit jusqu'à la cellule de Kory, qui petit à petit se mit à glousser. Parce que voir ou entendre quelqu'un se frapper la tête - particulièrement lorsque ça en faisait un bruit pareil - c'était toujours bien comique. Puis même si c'était une nature gentille, la princesse était du genre coquine, à rire un peu de tout le monde quand les occasions se présentaient.

- ... Ça va ?

Sa joue était à présent collée contre ce qui s'appelait une vitre, essayant de voir le résultat de la chute de notre acrobate.

- Tu n'es pas très doué, es-tu maladroit ?

Un autre rire la secoua de petits soubresauts. Elle se décolla du vitrage et bondit sur le lit dans un grincement qui fit écho à la cellule voisine. Étonnant qu'ils possèdent ce genre de meuble, quand tout le reste étaient à la fine pointe de la technologie. À la fin de son bond, Kory ne laissa flotter dans le reste de la pièce, jusqu'au petit capteur qu'elle avait remarqué entre-temps. De son index elle le toucha à mainte reprises, essaya de le gratter jusqu'à perdre intérêt. Contrairement à Grayson, Koriand'r arrivait à s'amuser avec le peu qu'elle trouvait, à un point où tripoter un oreiller devenait un moment fou de sa vie. Reposant les pieds au sol, la rousse se jeta sur le mur séparant les deux cellules et s'y colla, étirant un petit sourire niais tandis ce qu'elle discutait avec son nouvel ami. Son pouls se mit à accélérer au même moment où elle ouvrait la bouche.

- Tu sais Richard... J'ai bien aimé lorsqu'on s'est...

Sa voix se perdit dans un murmure tandis ce que son rythme cardiaque diminuait, écoutant plutôt ce qu'il avait à dire, suivit du petit silence malaise qui s'ensuivit. Elle ne comprit pas avant un moment qu'on les observait, mais le réalisa assez vite en voyant la silhouette ombrée qui se présentait maintenant à sa cellule. Les deux mains à plat contre le mur la détachèrent de celui-ci en vitesse, faisant face au visage sévère du papa Grayson. Ses yeux s'arrondirent et ses mains s'entrecroisèrent, jouant avec ses doigts pour faire passer le nouveau stresse qui vaguait désormais dans sa tête.

"J'ai plusieurs question à te poser et des choses à te dire."

- ... Oui.

Un clignement ou deux, elle fixait maintenant le visage qui la fixait à son tour, seulement et contrairement à l'homme, le regard de la Tamaranienne n'était pas aussi certain et impassible, plutôt fragile et angoissé de son côté.

"Cette cellule est chargée de capteurs. Nous avons enregistré les activités biologiques de ta zone de quarantaine. Les scanners ont fait subir à ton corps plusieurs balayages de rayons. Tu es morphologiquement construite comme nous. Les relevés confirment aussi que tu ne véhicules aucune pathologie particulière et les germes que nous avons pu découvrir lors des scanner sont tout à fait terrestres. Nous pouvons en déduire que tu n'es biologiquement pas une menace pour les habitants de la Terre."

Un petit sourire fleurit sur les lèvres discrètes de Kori.

"Néanmoins, je me suis permis de pratiquer à ton insu quelques expériences. Ces lumières sont des lampes à UV. Depuis que tu es soumise à cet éclairage, ta peau semble s'être gorgée d'énergie. Est-ce quelque chose de commun chez les tiens ? Il me faut aussi des détails concernant cette capacité à... planer... et une description minutieuse des capacités dont tu es pourvue."

Mais disparu pour une mine un peu plus sérieuse.

- ... Planer ? ..Heu, oui... Oui bien sûr.

Ses pieds décollèrent comme plus tôt et elle se mit à monter jusqu'à se frapper le haut de la tête, la forçant à s'arrêter.

- Ouille !

Suivit d'une grimace, elle se frotta vigoureusement la tête de sa main, puis remit les pieds au sol en s'excusant du regard auprès de ses spectateurs.

- Désolée...

Elle bascula la tête et vint coller sa joue contre son épaule, avant de la redresser à nouveau.  

- Tous ceux qui n'ont pas d'handicape ont la capacité de planer comme je l'ai fait. Pour ça il faut adsorber la lumière du soleil. Donc les rayons UV, comme vous le savez déjà... Je... Je peux aussi comprendre un langage en... Ayant un certain contact avec son hôte.

Ses joues rougirent un peu en repensant à cette première rencontre avec Richard.

- Et... Il y a aussi mes... Rafales, mais le tester serait dangereux. Je.. Je préfère ne pas les utiliser ici.

Son menton se pencha un peu.

- Je ne veux blesser personne.


Dernière édition par Koriand'R le Ven 15 Jan - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Ven 15 Jan - 18:02

Je ne sais pas trop comment réagir à présent. Batman a l'air d'être étrangement serein. Pour quelqu'un qui risque de voir son identité découverte par une fille venue de l'espace, le tout à cause de moi et de mon incroyable talent à m'attirer des ennuis... Parfait donc ! Croisant les bras, je me contente de faire les cents pas, sans savoir ce qui se passe exactement à côté. Je reste quand même curieux devant cette histoire de planage. Je n'ai pas vu Koriand'r s'élever dans les airs. Et dans le fond je me dis que ça aurait pu être pratique de savoir qu'elle était capable de voler. Notre évasion de la forêt aurait été grandement simplifié si j'avais été au courant de ce petit détail la concernant. Mais tant pis.

Leur conversation continue. J'apprends donc que je vais devoir me charger moi même d'un prélèvement sanguin. Bruce sait que je n'ai aucune formation dans le domaine médical et qu'une prise de sang risque d'être plutôt douloureuse si je suis celui qui la pratique ? Ou bien c'est peut-être l'une de ses épreuves dont il a le secret. Ce genre de moment où il préfère me faire agir plutôt que réfléchir. Il n'a pas tort dans le fond. On apprend mieux à nager quand on nous pousse dans le grand bassin sans notion de brasse, qu'en pataugeant dans un mètre d'eau.

Devant moi, la paroi de verre finit par s'ouvrir. Puisque la jeune femme n'est pas contagieuse, je ne suis moi même pas infecté. Conclusion : je suis libre. Sortant comme un chat sauvage nouvellement relâché, je fais quelques pas dans la batcave avant de me planter aux côtés du chevalier noir, regardant la jeune femme au travers de sa cellule d'isolement en lui offrant un discret petit sourire en coin. Complice, amical, inquiet aussi. Dans le fond, elle était toujours en cage alors que moi, je retrouvais assez rapidement ma liberté en fin de compte.

- Tes rafales ?

Je m'interroge un instant avant de froncer les sourcils, essayant de me remettre en tête les événements que nous avions vécu.

- Il y a le coup du tazzer aussi... l’électricité ne l'a pas mise KO comme sur n'importe qui d'autre. On aurait dit qu'elle a... absorbé l'énergie et la chaleur pour la renvoyer. Hein ouais ?

J'ai un sourire un peu plus large, satisfait de ce souvenir. C'est qu'on a formé une bonne équipe à ce moment-là. Deux ados contre des brutes épaisses... la victoire était loin d'être assurée. Qui plus est, eux étaient armés, nous non. On a carrément bien géré mais... je préfère éviter d'en parler à Bruce dans l'immédiat. J'ai pour ordre de ne pas m'attirer de problème et concrètement, en allant jouer les sauveurs d'alien je n'avais pas vraiment respecté ce qui m'avait été ordonné.

- Nous testerons ces fameuses rafales dans quelques temps. Grayson... fais les prélèvements et lance les analyses. Quand ce sera fait... rends toi à la passerelle d'entraînement. Simulation de rang 5.

Sans un mot de plus, Batman disparaît, probablement pour retourner oeuvrer dans Gotham. Je soupire simplement, et laisse mes épaules s'affaisser un peu avant d'aller chercher le matériel nécéssaire. Par chance, un pistolet à serum est mis à ma disposition. Parfait pour prélever un peu de sang. Il suffit d'appliquer sur la peau, de presser la petite gachette et l'aiguille fait le reste d'elle même. C'est plus simple à manier qu'une serringue. Attrapant l'objet, je me plante devant la cellule de la jeune femme, et applique ma main sur le capteur qui scanne mes empreintes et fait doucement coulisser la paroi de verre. L'alien peut s'échapper si elle le souhaite, mais j'espère qu'elle ne le fera pas.

- Bon... ça va piquer un peu. Mais c'est pour ton bien... et sans ça, il voudra probablement pas te laisser sortir donc... t'as tout à y gagner.

Je tends ma main libre vers elle, l'invitant simplement à me donner son bras. Je ferais vite, et aussi bien que possible. Un petit flacon de sang, et le tour sera joué.

- Après... je devrais te laisser seule ici un petit moment. Il faut que j'aille m'entraîner. Mais je serais pas loin.

D'un signe de la main, je désigne la plateforme un peu plus loin sur laquelle se déroulaient ce genre de tests. Une panoplie d'engins mécaniques étaient disposés selon la difficulté de l'entraînement, chacun devant simuler des attaques. Le but était clairement de me faire esquiver et contrer autant que possible afin d'affûter mes reflexes. Rang 5... ce serait pas de la tarte. Sûrement une petite vengeance sournoise de Bruce.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Ven 15 Jan - 21:33

Cet homme, suite aux explications de l'enfant soleil, demeura muet comme une carpe. Laissant un moment de doute dans la tête de notre fille venue d'ailleurs. Heureusement pour elle, Dick, son éternel sauveur, ce héros, apparut en arrière plan. Ses dents blanches et son regard nuancé de bleu et de gris brillaient dans l'ombre. Comme venant contrasté avec son père qui, à côté lui faisait de l'ombre. Ils étaient à la fois différents et complètement similaires. Richard était le soleil et son tuteur, la lune.

Et Koriand'r n'avait pas besoin d'expliquer son amour pour le soleil.

L'homme de la nuit finit par les laisser seuls, même ce vieil homme qu'elle n'avait pas vraiment remarqué jusqu'à maintenant finit par s'évaporer, laissant seuls le joli ténébreux et elle-même. Son sourire s'accentua à mesure qu'elle approchait le jeune prodige, quittant bientôt la cellule lorsqu'on le lui permis.

- Dick !

Sa voix teinta de joie, son pouls s'accélérait et son souffle se coupait lorsqu'elle fut suffisamment près de celui qui l'avait sauvée dans l'espoir de pouvoir l'enlacer. Au lieu de quoi elle dû offrir son bras et jeter un coup d’œil incertain sur l'engin qui, de ce qu'elle avait pu comprendre, lui extirperait de son sang. Ses lèvres se serrèrent et elle envoya un petit message à Dick de son regard brillant émeraude.

Toutefois, elle ne broncha pas et suivit les vouloirs du jeune homme, patientant le temps qu'il s'installe, soudainement traversée par l'idée qu'il n'était pas à l'aise avec ces bidules là. Kory échappa ensuite un petit hoquet à la surprise qu'avait causé cette petite douleur, comme un pincement. Pas très douloureux, mais très étrange. C'est lorsqu'il eut finit que Kori se jeta sur lui, l'empêcha d'aller nul part ailleurs qu'entre ses bras. Elle ne voulait plus se sentir ainsi séparée de lui, mais ne comprenait pas pourquoi elle le ressentait avec autant de passion.

C'est à contre cœur que la princesse du feu finit par relâcher Richard et le laissa filer à ses corvées. Tirant sa lèvre inférieure à l'extérieur pour afficher une moue désapprobatrice. Avant que cette moue ne se transforme en un malin sourire, défiant un peu l'autorité qu'on lui avait affligée. C'est qu'elle se sentait vachement rebelle, rien qu'à y penser.

Richard plus loin, Kory se mit à flotter jusqu'à lui, tout juste derrière sa tête en l'observant tête en bas tandis ce qu'il commençait son entrainement. Elle attendit qu'il se tourne vers elle pour lui envoyer un énorme sourire.

- Je peux peut-être t'aider.

Ses longs cheveux venaient s'enrouler jusque dans les pieds du garçon et plus loin sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Richard J. Grayson


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Sam 30 Jan - 13:39

- C'est la première fois que je fais ça... mais ça fait pas mal tu verras.

Concentré, je vise au mieux la veine et presse sur la gâchette du pistolet-serringue pour aspirer aussi rapidement que possible le sang de la jeune extra-terrestre. Ceci étant fait, il n'y a plus qu'à retirer le petit flacon à l'arrière, et à l'étiqueter soigneusement afin que Bruce puisse plus tard faire les analyses qui conviendraient. Me voilà débarrasser d'une tâche particulièrement déplaisante. Je m'en fiche des aiguilles, des lames ou même du sang. Mais uniquement quand ça me concerne moi. Devoir piquer quelqu'un d'autre, c'est tout un programme ! Et je ne suis clairement pas le mieux placé pour ça.
Tout en inscrivant les informations classiques sur l'étiquette de la fiole, je lançais quelques mots à la rousse aux yeux verts.

- Finalement, ça n'a pas été si compliqué que ça avec Batman. Je m'attendais à ce qu'il soit plus... sévère.

Oh ça oui. On s'en tirait bien. Un peu d'emprisonnement. Quelques questions. Une prise de sang pour elle. Une séance d'entraînement éprouvante pour moi. On s'en sortait vraiment très bien. Batman m'avait déjà fait faire bien pire pour des broutilles. Une mauvaise blague lors d'une sortie nocturne suffisait parfois à me condamner à de longues heures à aller boxer, par exemple.

Bref, sans un mot de plus, je dois m'éloigner, pour rejoindre la platerforme dédiée à l'entraînement. Contraîrement aux autres, elle est bien plus épaisses et large. Des mannequins itech se trouvent ici et là, et un ordinateur permet de lancer une simulation de close combat. Un peu plus loin, des agrées divers et variés sont aussi présents, offrant la possibilité de méditer, ou de tester ses limites acrobatiques via un chemin fait de barres horizontale, de trapèze et de corde.
Mon entraînement à moi sera purement martial. Rang 5 avait-il dit. Et pas moyen de tricher. Même s'il n'est pas là, Bruce enregistre toujours méthodiquement les entraînement et le super ordinateur traite les informations pour générer des comptes rends très précis. Force des coups, vitesse d'esquive. Les caméras de Wayne Tech vont jusqu'à être en mesure de reconnaître certaines techniques principales issus des arts martiaux les plus courants. C'est dire...

Craquant un peu ma nuque, je m'éclipse donc pour me changer. Hors de question de pratiquer en jean. Tenue de sport oblige, me revoilà en shirt et en tshirt, à sautiller un peu pour échauffer mes mollets avant d'aller pianoter sur le clavier pour préparer la simulation. Quand je me retourne, Kory est là, face à moi … et pas dans le sens que j'imaginais. Je m'étonne un peu de la prouesse, et finit même par me marrer un peu. Pratique la lévitation !

Je croise les bras et désigne d'un petit mouvement de la tête, différent petit piliers d'acier aux coins de la plateforme octogonale.

- Y a des caméras tu sais...

J'ai toutefois une petite idée, me tournant de nouveau vers le clavier de l'ordinateur, pour purement et simplement annuler la simulation de combat contre les automates, qui se replient pour dégager la piste et en faire une grande zone plate et fonctionnelle.

- Batman veut que tu montres ce que tes pouvoirs peuvent faire non ? Si tu sais les gérer et que tu promets de pas me tuer... on peut profiter de l'entraînement pour se faire un petit combat ! Il aura ses informations. J'aurais fait mon entraînement... et tu auras bougé un peu. J'imagine que te dépenser ça devrait pouvoir t'aider. Qu'est-ce que t'en dis ?

Je tente un petit sourire en coin, en me décalant un peu d'elle pour me placer à une petite dizaine de mètre de là, armé d'un petit sourire en coin, la défiant un peu dans le fond. Je sais que ça peut être très douloureux, à ce que j'ai pu voir tout à l'heure. Mais au moins... ça nous défoulera tous les deux ! Contrairement à Batman, je n'ai jamais affronté, même pendant un entraînement, des adversaires ayant des capacités hors du commun. C'est l'occasion parfaite de me faire un peu d'expérience dans le milieu des pouvoirs, des mutations et tout ce qui va avec !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Je suis
Invité


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   Lun 7 Mar - 4:38

La rousse aux attributs lointains prit un temps à réaliser ce qu'il pointait. Des caméras ? C'était quoi, des caméras ?

- Je crois pas que ton papa m'ait défendu de voler. L'a-t-il fait ?

Elle voltigea un peu plus loin, allant même jusqu'aux caméras qu'elle regarda de tout près, un drôle de spectacle qu'elle offrit à Alfred par la même occasion. S'éloignant des engins, elle se mise à tripoter les outils d'entraînements, les trapèzes et cordes. Puis brusquement, elle se tourna vers Dick, séparant la distance qu'ils avaient en quelques mouvements.  

- Te faire du mal ?

Le malaise se transmit dans son petit regard bizarre d'extra-terrestre. Tandis qu'il se mettait en position, la rouquine effaça son air de bambi pour un plus costaud.

Attend, un type qui se cassait les os à un mètre de haut voulait se battre avec elle ?

Un sourire fleurit à ses lèvres, sourire qui s'affichait un peu dangereux. Pas qu'elle avait dans l'idée de lui briser la gueule, mais lui montrer qu'on l'avait entraînée à la dur, aux coups de fouets, coups de poings, coups de...

- Tu m'arriveras jamais à la cheville. Littéralement.

Elle décolla ses pieds du sol afin d'en définir ses propos. Non parce que c'était vraiment le cas, hein. C'est les bras croisés qu'elle se déposa sur la plate d'entrainement sophistiquée. À son tour, elle se mise en position, les poings fermés, elle lui fit signe d'approcher et, en réponse à sa petite provocation, prit un air prédateur, carrant la mâchoire.

- J'suis gonflée à blocs ! Les rayons UVs m'ont fait du bien.

Elle pourrait même éventuellement l'impressionner avec quelques lancés de ses rayons. Pourrait-elle ?

- Dis, heu... Tes murs, là, ils sont résistants à quoi, spécifiquement ?

Dit-elle en désignant du pouce derrière elle les murs qui entouraient nos jeunes héros.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Je suis
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Did I see you before ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Did I see you before ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Chronicles - RPG BATMAN :: 

 :: Iles & Périphérie
-