— Top Sites —




Partagez | 
 

 Why do we fall, Bruce ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Why do we fall, Bruce ?    Sam 3 Déc - 0:06

L'air aussi sévère que d'habitude, le Chevalier noir réajustait lentement ses gants couvert de sang et de salive. Autour de lui gisaient une demie douzaine d'homme aussi sombrement habillé que lui. Visages couverts, torses protégés par un gilet tactique. Katanas, Ninjatos et dagues éparpillés aux quatre coins de la zone de combat laissaient deviner la violence de l'affrontement qui venait d'avoir lieu. Dans un claquement de cape, le Justicier fait volte-face, et tend à se diriger vers la sortie. Ici, il semblait bien que personne ne pourrait lui donner la réponse qu'il cherchait à tout prix à obtenir : Où se trouve Ra's Al Ghûl ?
Talia n'avait rien dit à ce sujet, mais il semblait évident qu'elle connaissait les dons de son père pour la résurrection. Ou la mise en scène de décès. La simulation de la mort. Bruce avait pourtant parfaitement vu l'homme tomber dans le vide, et son corps se mutiler dans les piques forgés du portail. Personne n'aurait pu survivre à une telle chute. Seulement... Ra's n'est clairement pas une personne ordinaire.

« Il n'est pas là. Cet endroit est vide » grogne-t-il à l'attention de Alfred. « Est-ce que Batgirl a avancé dans son enquête sur ce nouveau venu en ville ? »

Pas de réponse. Comme souvent quand quelqu'un n'avait pas avancé dans quelque chose. Tant pis. Il n'avait pas le temps de préparer un nouveau sermon pour que Barbara fasse preuve de plus de sérieux. Du reste, elle n'était pas Dick. Il ne cherchait pas à l'amener elle à devenir son double.
Repliant les pants de sa cape sur lui, le Chevalier Noir s'apprête à ouvrir la porte de bois par laquelle il s'était glissé quand un son attire son attention derrière lui. Un bruit de bois qu'on heurte sur le sol. Un homme prêt à en découdre à nouveau ?

Il fronce les sourcils, tournant la tête pour observer la pièce. Vide. Toujours aussi vide. Du moins en apparence. Il secoue un peu la tête, s'apprêtant à reprendre sa route vers l'extérieur quand un mouvement attire son attention. Il n'a pas le temps de réagir qu'une ombre fond sur lui, le percutant au torse de plein fouet. Le choc est si violent qu'il traverse la porte de bois de la petite chapelle et s'en vient rouler dans les débris de bois sur l'herbe du vieux cimetière.
Il se relève vivement, accusant le coup en attendant de voir son adversaire.

Derrière lui, un éclair zèbre le ciel, rendant les vieilles tombes plus inquiétante que jamais. Il est en périphérie de la ville. Ses pistes l'ont conduit à venir fouiller une vieille chapelle à l'écart de Gotham même. Une vieille église servait à la Ligue. Ou du moins au sessionnaire. Bruce s'en est vite rendu compte, il existe à présent deux Ligues des Ombres distinctes. L'une est toujours aussi bien équipée. Plus difficile à débusquer que jamais. Mais un autre groupe peine à se faire discret. Des dégnérés lobotomisés. Des gens pétris d'illusions. Ceux là n'ont pas la fortune et l'appui nécéssaire. La conclusion est assez simple à tirer. Talia est devenue officiellement leader du gros de l'ordre. Le reste... le reste se raccroche au souvenir de Ra's. Ou à Ra's lui même. La preuve que le gourou n'était pas mort...

Serrant les poings, Bruce attend de voir son opposant sortir de l'ombre. Mais ce dernier se fait attendre. De nouveau, il y a ce son. Toc. Toc. Toc.
Il a du mal à comprendre, mais ce n'est qu'en voyant la silhouette se détacher de l'obscurité qu'il comprend. Un bâton, utilisé comme canne d'appui. L'homme est plutôt petit, voûté. Son crane tondu brille presque sous la lune, bien que sa longue moustache et sa barbe blanche argentée captivent plus l'attention. Il est habillé d'un kimono de couleur bordeaux, agrémenté de motif cousus dans un fil doré. La Ligue, c'est certain. Ce style oriental est bien trop présent pour que cet homme vienne d'un autre milieu.

« Où est Ra's Al Ghûl » grogne le justicier.

Le petit homme continue son avancée, avant de s'incliner simplement.

« Fais demi-tour, Chevalier Noir. Tu n'as pas à mourir ce soir, mais en insistant, c'est vers la tombe que tu te diriges... »

Bruce ne réagit pas, se contentant de rester en place.

« Réponds-moi. »

En guise de réponse, le petit homme se contente d'envoyer un moulinet avec son baton, droit vers le sol, envoyant une gerbe d'herbe de terre et d'eau droit vers le visage du justicier qui lève la main pour éviter d'être éclaboussé. Grave erreur. D'une manière que Bruce ignore, ce vieillard vient de réduir à néant l'écart qui les séparait, profitant de la posture du Justicier pour venir lui donner un coup d'estoc particulièrement violent au niveau du foie, lui coupant littéralement le souffle malgré l'armure qu'il portait.

Il grimace, tombe même à genou, mais se relève. La riposte ne tarde pas ; Il envoie quelques batarang et se lance dans l'affrontement. En vain. L'homme est ancien, mais il sait comment esquiver avec une facilité déconcertante. Chaque coup manqué amène une contre attaque des plus vives. En quelques secondes de combat, Bruce doit à nouveau faire une pause. Surpassé.

« Fais demi tour, Batman. Dernier avertissement. »

Un avertissement qu'il n'écoute pas. De nouveau, il fonce sur le vieillard, bien décidé à le vaincre. Cette fois, le Senseï perd patience. Quand le poing de Batman frôle son visage, il coince son bras dans une clé aussi rapide que parfaite. Une pression vers le haut, et le coude du justicier se retrouve plié dans le sens contraire de l'articulation dans un bruit de craquement sinistre. Lachant un cri de douleur autant que de surprise, Bruce ne peut que constater l'état de son coude. Et le Sensei n'a pas terminé. Mettant la surprise de son côté, il se contente d'un tour sur lui même pour venir amener son baton à l'horizontale, afin de venir asséner un nouveau coup d'estoc au Chevalier noir. Cette fois-ci en utilisant le bout pointu de son arme qui perfore le ventre du Chevalier noir sur quelques centimètres. Un coup de pied circulaire l'envoie valser un peu plus loin, le laissant sonné, blessé, le coude démis.
Claudiquant, le vieillard tourne alors les talons, repartant à petite allure tandis que deux hommes de la ligue, sans doute les adversaires que Batman avait vaincu mais qui avaient repris leurs esprits, revenaient vers lui en brandissant leurs armes.

« Tuez le » lance la voix lointaine du Sensei. Batman lui, se tient là, un genou à terre, tenant de sa main valide son bras tordu. Le souffle lui manquait, tandis qu'il scrutait l'écoulement de son propre sang.

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mar 27 Déc - 22:10

Why do we fall, Bruce ?
Reprendre les choses là où elles en étaient ne fût pas une chose facile, en fait, Selina avait même hésité à lâcher le costume.

La femme-chat qui scrutait les toits depuis quelques temps à la recherche de quelqu’un commençait vraiment à comprendre que Gotham n’était plus tellement le terrain de jeu d’antan et que n’importe qui pouvait te planter sans remords et sans raisons. C’était un peu par dépit qu’elle avait choisi  de finalement rester dans la course mais, bizarrement, suite aux événements d’Arkham City, Selina se sentait étrangement plus proche de la justice que du crime. Peut-être une prise de conscience tardive quant à ses réels désirs ? Peut-être que de toute façon, elle n’avait rien d’autre à faire ? Peut-être que juste voler pour redonner ne suffisait plus ? Dans tous les cas, Selina avait décidé d’être plus sérieuse et d’éviter les frasques inutiles, d’autant plus que sa dernière blessure qui avait faillit lui coûter la vie lui avait fait prendre conscience qu’elle partait trop au quart de tour, elle se blessait trop facilement, être presque immortel ne faisait pas tout hélas et, Selina se doutait bien que ses coups de chance à répétition n’allait pas continuer éternellement.

La personne qu’elle cherchait était justement un justicier plutôt reconnu et reconnaissable dont elle n’avait pas eu de nouvelles depuis un petit moment. Ce n’était pas vraiment qu’elle s’inquiétait pour lui -quoi que- après tout il l’avait juste droguée deux fois de suite. Une fois pour faire elle ne savait quoi et une autre fois pour… il va de soi, la sauver d’une mort certaine et, Selina est ce genre de personne qui aime remercier les autres en face à face. Puis ils avaient des conversations à avoir tous les deux. Une conversation sérieuse qu’elle ne pouvait avoir avec personne d’autre que lui.

Son regard se posa sur deux jeunes femmes en jupes courtes, elles lui firent un signe, la faisant descendre de son perchoir dès aussitôt, se cachant dans l’ombre de la nuit, derrière les deux jeune femmes. « Ne cherche pas ici, il a été vu se dirigeant hors de la ville. » Murmure l’une. « Du côté du vieux cimetière abandonné, c’est vers là qu’il a été vu la dernière fois. Il y a à peine dix minutes, il faudra lui dire d’être plus discret la prochaine fois. » Selina esquisse un sourire « Je lui ferai passer le message. » Puis elle disparaît, la périphérie de Gotham est grande, mais elle voit très bien vers où est situé ce vieux cimetière dont ont parlé les filles, y aller à pied prendra une bonne trentaine de minutes. C’était la seule solution, elle pressa donc sa course, filant sur les toits faisant son possible pour ne pas être aperçue.

La jeune femme arriva rapidement dans un petit chemin non loin du cimetière ou une petite chapelle abandonnée se trouvait. Le temps était orageux et des éclairs zébraient le ciel. La nuit aidant, Selina se faufile à travers les bois, avançant rapidement jusqu’à la chapelle, discrètement, elle monte sur le toit et passe par une légère ouverture pour se glisser à l’intérieur.
Ici se trouve des corps gisants, elle écoute, pas de bruits, regarde à droite et à gauche, pas un chat, elle s’avance donc auprès des personnes à terre et les observe. Ils ne sont pas morts, juste sonnés. Il n’y a qu’une personne qui ne peut pas tuer ses victimes, c’est justement cette personne qu’elle recherche. Cependant, alors qu’elle se relève, Selina tique sur l’équipement de ces gens. Ils sont de la Ligue, il n’y a pas de doute. La jeune femme serre les poings, elle devait absolument le retrouver. A peine fût elle retourné que des bruits de bagarres se font entendre, la jeune femme se cache prêt de la porte fracassée de la chapelle et lance un bref regard à l’extérieur.

C’était lui, visiblement en train de se faire laminer par… un petit vieux ? Selina fronce les sourcils et esquisse un sourire mesquin. Décidément, Batman s’empâte. Mais apparemment, c’était encore la Ligue. Le vieux revient sur ses pas, Selina se cache dans la chapelle et n’entend qu’un « Tuez-le. » qui la conforte dans son idée première : ce soir, c’était à elle de sauver le justicier.

Sans attendre, la femme-chat sort du bâtiment en retombant sur le vieil homme, l’assommant sur le coup, elle continue sa course en envoyant son fouet dans les visages des hommes de la Ligue, les griffes et les coups de pieds fusent, ils ne s’attendaient pas à se faire attaquer par derrière. Les griffes de Selina balafrent le visage de l’un, son pied dans celui de l’autre. Elle les envoient se fracasser contre le mur d’en face de la chapelle et profite qu’ils soient un poil sonnés pour attraper le Chevalier Noir par le bras, le forçant à courir, n’hésitant pas à le tirer pour fuir dans les bois. « Cours ! » Crie t-elle, mais le justicier semble bien trop faible, elle s’arrête, haletant et se pose au sol, mettant la tête du jeune homme sur ses cuisses.

La femme-chat tremblotte, il n’était vraiment pas en bon état et la pluie n’aidait pas. « Ca va aller. » Murmure t-elle en caressant son visage. Elle l’examine brièvement, son bras est complètement retourné, il a une plaie vraiment méchante au ventre, tiens, ça lui rappelle quelque chose. Premièrement, il fallait qu’elle lui remette le bras dans le bon sens, c’était déjà un bon début. « Ça va faire mal, mais au point où tu en es… » Clac. Elle ferme les yeux. Ça c’était fait. Pour la suite, elle n’avait rien sur elle pour panser une blessure pareille et… ce n’était pas la seule. Il fallait qu’elle le ramène chez elle, quitte à le foutre dehors une fois qu’il aura ouvert mieux repris conscience. Mais le chemin est trop long et le danger trop proche.

« Écoute. »
Reprend-elle. « Il va falloir qu’on se planque quelque part et trouver une solution, car ces cinglés de la Ligue ne vont pas tarder à revenir et… » Elle prend une mine désolée, s’attendant à ce qu’il bronche, elle ne cache pas non plus le fait qu’elle connaisse la Ligue, de toute façon, il le saura tôt ou tard. « Je ne te sens pas en bonne condition pour les combattre et, je ne pourrais pas le faire seule. »
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 4 Jan - 0:12

Le Chevalier Noir relève lentement les yeux vers son bourreau, son regard s'attardant un instant sur le fil aiguisé de la lame que l'agent de la Ligue s'apprêtait à lever pour l'abattre. Il se redresse lentement, se tenant à genou, mais aussi droit et fier que possible devant sa mort imminente. Il tomberait en ayant tout fait pour Gotham, et en ayant redonné espoir à ses habitants. D'autres prendraient sa place. Il avait confiance en Barbara pour continuer la lutte, autant qu'il ne doutait à aucun instant du fait que Dick finirait un jour ou l'autre par faire un nouveau Batman tout à fait valable. La mort pouvait venir.

Il ferme finalement les yeux, presque en paix et...

Rien. Rien qu'un bruit de choc. Quand il ouvre à nouveau les yeux, l'homme est étendu de tout son long, KO. Le Chevalier Noir lui, est finalement entraîné en arrière, motivé par une voix féminine qu'il reconnaît relativement rapidement. Catwoman ?!
Il grogne, il râle, il se relève, et il se traîne aussi difficilement que possible en retenant d'une main son sang qui coulait encore tandis que son bras salement tordu ne lui répondait qu'à moitié.

La douleur et la blessure l'épuisent. Ils atteignent un coin boisé, en retrait. Son dos s'appuie sur un tronc et il reprend péniblement son souffle. La Voleuse quant à elle, a l'air de vouloir le ménage. Ça va aller. Il se contente d'un regard assez peu convaincu dans sa direction. La plaie est profonde. L'attaque est passée au travers de sa cuirasse qui cache la gravité de la plaie. Il sent, entre la combinaison et sa peau une belle quantité de sang en plus de celui qui dégueule abondamment de plaie.

« Qu'est-ce que tu fais ic...»

Il s'arrête net quand elle lui remet le bras en place. La douleur est si vive et intense qu'au cumule de la blessure, il se sent presque pris d'un vertige qu'il tempère en quelques grandes bouffées d'air. Les plans de la Féline sont alors énoncés et... ils ne semblent pas vraiment viables, pour être franc.
« Ils nous rattraperont dans tous les cas. » Et effectivement, le combat semble être une très mauvaise idée. Il sait que Selina sait se défendre. Mais au point où lui en est, il ne sera qu'un handicap en cas d'affrontement. « Ils sont entraînés. Ils me pisteront sans aucun problème. »
Inutile d'être doué d'un sens particulier pour ça. Il suffisait de suivre les traces de sang qu'il laissait ici et là sur son passage. Un scénario digne du petit poucet.

« Ces agents de la Ligue ne sont pas les mêmes que ceux que j'ai pu croiser en ville. Ils n'ont pas accès à la même technologie. Le jour du protocole 10, leur Leader est mort... ou s'est fait passé pour mort du moins. Quelqu'un a repris les rennes, mais d'autres doivent savoir que le vrai dirigeant est toujours en vie. Ils le vénèraient comme une divinité... assez pour former une faction dissidente. Ce sont des tueurs zélés, mais il est plus que probable qu'ils ne prendront pas le risque d'éveiller des soupçons sur eux. Si nous rejoignons Gotham, ils ne nous suivront probablement pas jusque là. Ils risqueraient de dévoiler leur existence aux yeux de ceux qui ont prêté allégeance à leur nouveau maître... »

Talia Al Ghûl aura donc une utilité ce soir. Celle de faire suffisamment peur aux séparatistes ralliés aux côtés de son père et de ce vieillard qui venait de vaincre Bruce.
Lentement, le chevalier noir se relève, glissant une main à sa ceinture pour pour attraper quelques gadgets qu'il lance un peu partout. Des pièges. De quoi ralentir leurs poursuivants. Et de quoi leur donner à eux de précieuses informations quant à la distance qui les sépare de leurs poursuivants.

Un pied devant l'autre, il s'enfonce donc dans la forêt, dans la direction la plus directe pour rejoindre Gotham City. Il ne sait pas encore comment ils s'en tireront par la suite. Chaque chose en son temps. Fuir la ligue d'abord. Trouver une planque pour appliquer quelques soins à cette méchante blessure qui risquait clairement d'avoir sa peau dans les heures à venir si elle n'était pas correctement soignée.
Il songeait déjà à abandonner son costume dans un coin, et à tituber jusqu'à l'hopital en simulant une agression. Bruce Wayne est une cible de choix en ville, après tout...

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Lun 9 Jan - 23:54

Why do we fall, Bruce ?
A vrai dire, Selina ne savait pas si elle devait avoir pitié de lui ou juste trouver qu’il est courageux pour qu’avec le bras tordu, balafré de partout et au bord de la mort il trouve le temps de lui raconter ce qu’il sait de la Ligue. La jeune femme ne l’écouta qu’à moitié, simplement parce qu’elle en savait déjà une bonne partie et aussi parce que sa priorité était de les sauver tous les deux. Comme l’avait dit le Chevalier Noir, les agents de la Ligue n’allaient avoir aucun mal à les pister s’ils restaient ici, le sang, les traces de pas, tous les trahissaient et il en fallait peu à des personnes sur-entraîné comme les personnes de la Ligue pour retrouver quelqu’un.

« Écoute. »
Ajoute-elle. « La première bonne idée pour qu’on s’en sorte c’est que tu la boucles. » Il lui racontera ses milles et une connaissance sur la Ligue une autre fois, quand il pourra lui lancer mille merci pour l’avoir sauvé. Il n’y avait qu’une seule solution envisageable : rejoindre Gotham le plus rapidement possible et se fondre dans la masse en civil, se planquer quelque part était une mauvaise idée, trop suspect, il allait falloir paraître normal. Personne ne savait qui était Batman sous son masque, enfin, c’est ce que pensait Selina et, de son côté, elle était officiellement morte. Personne ne pourrait faire le lien entre ses deux identités après tout, une dégénérée aurait très bien pu reprendre le costume.

Seulement, le plus dur était de quitter ce coin perdu où il n’ y avait personne et rapidement. Personne. Selina s’arrêta de marcher, soupira et attrapa son téléphone. « J’ai une idée. » Chuchote t-elle en tapotant un numéro avec une mine amusée. « Elle ne va certainement pas te plaire mais, vu dans l’état dans lequel tu es, disons que tu es… à ma charge pour ce soir ? » La personne qu’elle appelait était une personne spéciale, qui justement avait son QG dans le coin, une petite maison abandonnée un peu louche dans laquelle il ne vaut mieux pas entrer, la personne en elle-même est plutôt sympathique, nous dirons que ce sont ses activités qui sont douteuses. La jeune femme se met un peu plus loin, guettant d’un œil son assisté. « Allô ? Oui, c’est moi. J’ai énormément besoin d’aide, je suis sur l’île, tu pourrais passer me chercher avec un ami pour m’emmener à Gotham ? Oui on a des malades au cul. On est dans une forêt, prêt d’une chapelle. Ah, tu vois où c’est ? Des tombes ? Ok on y va. » Sans le ménager, Selina attrape le justicier par le bras qui techniquement n’est pas douloureux et le traîne jusqu’à l’endroit que lui a indiqué son ami.

« Aie confiance, tu seras juste poli et fait un petit sourire si possible, ça m’éviterait des explications. » La personne était du genre à a-do-rer les mecs baraqués, Selina ne doutait même pas une seconde que la personne tenterait sa chance avec Batman, elle priait juste pour que vu son état, cette sympathique personne soit trop prise par ces nombreux discours anti-violence. Ils étaient enfin à l’endroit du rendez-vous, comme prévu, il y avait un fourgon garé là, les feux éteints, couleur verte, rideaux aux vitres. « Suis-moi. »

La jeune brune tape à la portière, une jeune femme ouvre la fenêtre, observe Selina et lui fait signer d’entrer.
Sans lui dire, la jeune femme pousse le justicier dans la camionnette et referme la porte, c’est ainsi qu’il pu découvrir la personne, entourée de trois jeunes femmes légèrement vêtues.

« Selinaaaaaaa ma chérie qu’est-ce que tu fais dans un endroit pa... »
Monsieur Love. Proxénète. Vends des demoiselles pour divers sortes de clients. Selina a travailler pour lui. C’était son dernier employeur. Monsieur Love est un travesti. Légèrement obèse, chauve, manteau en fausse fourrure léopard, grosses créoles aux oreilles, rouge à lèvres rose un peu dégoulinant, fard à paupière bleu, fausse mouche sur la joue, mascara effet œil de biche conseillé par Selina il y a plus de trois ans, porte actuellement sous son manteau une petite culotte rose en dentelle rose fushia de très mauvais goût. Chaussettes et tongs. « C’est qui ce beau garçon qui a jouer à la bagarre ? » Le regard langoureux du proxénète s’arrête sur le justicier, Selina prend rapidement la parole afin qu’il ne s’énerve pas.

« Oh, un ami comme je te l’ai dit mais… il n’est pas très intéressé par… »
Elle roule des yeux. « Tout ça, si tu vois ce que je veux dire. » Les canapés de l’intérieur son rose, les trois filles ne bougent pas, clignant des yeux de temps en temps, elles doivent être ses préférées. « Oh je vois. Monsieur est un timide ! Joli costume en tout cas tous les deux, je retiens l’idée pour nos soirées BDSM haha ! » Selina esquisse un sourire légèrement gênée, ce genre de conversation ne la gêne pas d’habitude. Mais devant quelqu’un qu’elle connaît brièvement, c’est plus délicat.

« Hum, du coup vous voulez qu’on vous dépose où ? Allons ma chérie je ne vais pas vous laisser à n’importe quel coin de rue, je peux faire un petit effort pour mon employée qui me manque le plus ! »
Ca, Selina aurait préféré évité que le jeune homme qui se tenait prêt d’elle ne le sache pas. Trop tard et Monsieur Love était inspiré. « Oh, allons Selina tu ne vas pas rougir ! Tout le monde le sait ici, tu étais ma pré-fé-rée ! Ce n’est pas que tu es celle qui m’a le plus rapportée, mais j’aimais tellement nos sorties shopping quand tu volais les cartes bancaires de tes clients ! Oh oh oh. J’espère que ce n’était pas un petit secret entre vous, je veux dire, tu pourrais sûrement nous le décoincer Don Juan ! Oh aller mon joli, me dit pas qu’elle est pas mignonne ma Selina ? Toute jeune toute fraîche, mais attention elle ne fait que dans le luxe ! » Selina lance un regard entre les gros yeux et le sourire coincé à son ancien employeur, le message semble être passé.

« Mais monsieur préfère peut-être les hommes. »
Enfin elle pensait.

« Si tu pouvais nous déposer du côté de Crime Alley, tu serais un Ange. »
Passer chez elle, le soigner, se changer et re-disparaître le temps de la nuit pour brouiller les pistes. Quitte à parler de la Ligue, autant le faire autour d’un verre. D’ailleurs, Selina captait tout juste que leur sauveur l’appelait par son vrai prénom depuis le début, si Batman savait sa vraie identité, ce serait pas très joli joli.

La camionnette était enfin arrivée aux abords de Crime Alley, Monsieur Love écrasa ses lèvres sur les joues de Selina et de Batman, la femme-chat aida son camarade à monter les étages jusqu’à chez elle.

« Désolée mais… c’est tout ce que j’avais pour nous sortir de là. »
Elle retira son masque, de toute façon, au point où ils en étaient il allait devoir faire de même. Elle attrapa ses compresses, de quoi désinfecter, du fil au cas où une couture soi nécessaire et s’approcha calmement du Chevalier Noir.

« Déshabille-toi que je te soigne ça, je ne suis pas médecin mais, si ce n’est pas trop grave je devrais pouvoir faire quelque chose sinon, nous iront à l’hôpital. »
Alors qu’elle préparait son matériel, une question lui vint à l’esprit. « Que faisais-tu là-bas ? Te confronter seul à la Ligue, je crois qu’il n’y a que toi pour être assez bête pour y penser. » Ajoute-elle sur un ton amusé. La Ligue. Même si elle affichait un semi sourire quelque peu gêné suite aux douces révélations de son ancien employeur, Selina était toujours énervée quand elle entendait ce mot, c’était une organisation qu’elle ne comprenait pas, à sa plus grande tristesse.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mar 10 Jan - 0:56

Le chevalier noir se contente d'un regard de travers vers la voleuse. Remettant sa cape en tâchant de se redresser, il ne tarde finalement pas à finir à nouveau à genou, la douleur étant bien trop intense pour qu'il puisse en être autrement. La suite semblait particulièrement désespéré pour lui, pour être franc. Mieux valait que Catwoman s'en aille. Mieux vaut un cadavre que deux, après tout. Et le temps que les agents de la ligue ne le trouve et ne le tue, elle aura sûrement eut l'opportunité de mettre suffisamment de distance entre elle et eux pour ne pas être mise en danger. Du moins pour ce soir.
Bruce le savait, ils ne se risqueraient pas à aller en ville. Talia ne permettrait pas que des agents dissident ose fouler Gotham. C'est elle qui était aux commandes maintenant. Et elle ne pourrait pas se permettre de laisser des séparatistes venir sur son territoire. L'inverse serait une marque de faiblesse. Et tout le monde savait que Talia Al Ghûl est tout, sauf faible.

« Je peux les retenir si tu pars maintenant. »

Elle n'écoute pas. Elle est au téléphone. Il grogne peste un peu et arque finalement un sourcil quand elle lui annonce qu'elle a un plan pour qu'ils puissent partir. Un plan monté par téléphone. Ça ressemblait à une très mauvaise idée. Une très très mauvaise idée, même.
Il n'a pas tellement le temps de formuler ses doutes, attiré par Selina vers la direction souhaitée. Il titube, il peine à rester debout, mais il fait le chemin aussi rapidement que possible, en retenant le sang d'une main et en pressant la plaie.

La route lui semble interminable, mais il ne se plaint pas. Il se contente de fixer le fourgon qui les attend d'un très mauvais œil. Une mauvaise idée, oui. Et il n'avait pas encore été poussé à l'arrière.
La situation est grotesque. Catwoman, Batman, des filles de joies et un mac-drag-queen dans une fourgonette. Bruce s'estime heureux d'avoir mal, il se sert de ça pour occulter ce qui se dit, se contentant de quelques regards en biais vers Catwoman, comme s'il cherchait à comprendre dans quel bourbier elle avait cru bon de le traîner.

Lorsqu'il sort du véhicule, il se permet d'amener sa main à sa ceinture, pour en sortir une petite fiole qu'il ouvre et qu'il vient copieusement verser sur les traces de sang présente dans le véhicule. De quoi altérer le tout pour ne pas que son ADN soit retrouvé dans une voiture pareille. Ce genre de situation finit toujours par se compliquer. Le milieu de la prostitution est loin d'être tout rose. Et qu'on retrouve l'ADN de Bruce Wayne à côté d'une prostitué probablement pas majeure morte d'overdose à l'arrière d'une camionnette... mieux valait éviter.

« Tes amis ne doivent en aucun cas retourner rôder là bas. »

Il titube un peu, marque une pause en regardant Crime Alley, et il finit par la suivre à nouveau. Ce n'est pas ce soir qu'il ira rejoindre ses parents.
Il est silencieux le reste du trajet, passant la porte de l'appartement dans lequel elle l'invite à entrer avant de finir à nouveau à genou, étalant du sang sur le mur dans sa chute mal réceptionnée. Catwoman a l'air décidée à le soigner, il lance toutefois un air assez peu convaincu sur le matériel médical dont elle disposait. C'est sûr qu'elle n'avait pas accès aux derniers gadgets de chez Wayne Medical, ici...

« J'ignorais que tu avais travaillé dans la rue. » explique-t-il simplement en venant se mettre assis et en défaisant sa ceinture, de laquelle il sort tout de même plusieurs petite seringue. Il vient en planter deux, l'une après l'autre dans sa cuisse, et tend la troisième à Catwoman.

« La douleur va me faire tomber inconscient. Utilise cette seringue si je ne me réveille pas dans la demie heure qui suit. » Mécaniquement, il s'arque un peu en deux, tirant sur les deux côtés du trou de la cuirasse pour agrandir le tout, laissant une quantité de sang effrayante dégueuler par l'orifice ainsi ouvert mais offrant à Selina l'accès complet à la plaie.

« Il faut aussi suturer les chairs profondes, avant de refermer en surface. Tu sais faire ça ? »

En somme, l'idée était de « recoudre par strate, avant d'en arriver à refermer la peau. La plaie n'était pas mortelle, mais elle était large, et profonde malgré tout. Sans soin, il ne s'arrêterait jamais de saigner. Ses consignes données, il se contente ENFIN à répondre à la tirade de la voleuse.

« Disons que tu n'es pas la seule personne qui revient d'entre les morts. Je cherchais à retrouver quelqu'un de particulièrement dangereux. Je ne savais pas qu'ils étaient aussi nombreux. La vraie question est : pourquoi TOI tu étais là-bas ? »

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mar 10 Jan - 1:42

Why do we fall, Bruce ?
Selina arque un sourcil et ne répond pas. Après tout qu’avait-elle de plus à dire ? Travailler dans la rue était finalement un passage de sa vie qui lui avait beaucoup servi, elle avait appris ses talents d’actrice, de tentatrice et une partie de ses capacités de voleuse grâce à ces activités peu reluisantes.

« J’ai commencé vers seize ans et il y a peut-être deux trois ans que j’ai arrêté, quand j’en ai eu marre de me prendre des coups dans la figure parce qu’ils avaient payés et que je me rebiffais. Ça causait trop de soucis à mon employeur. »
Elle attrape la seringue que lui tend le justice et ajoute : « Ça paie bien les loyers et, ça permet de manger un peu. » Gênée, Selina repose son attention sur les blessures de son invité, elle écoute attentivement ses dires, elle grimace un peu à la vue de la plaie et prend son courage à deux mains. Elle prend de quoi nettoyer la blessure.

« Ne t’en fais pas, j’ai eu régulièrement une personne qui avait de grosses blessures à panser, je devrais pouvoir y arriver. »
Évoquer Tobias n’était pas de son habitude, elle soupira, la situation était encore compliquée. Alors que la jeune femme commençait sa minutieuse opération, voilà que son patient de fortune la questionnait sur la raison de sa venu ce soir, devait-elle lui dire la vérité ? Devait-elle attendre patiemment qu’il tombe juste dans les vappes en priant pour qu’il ne se souvienne de rien ? En tous les cas, la femme-chat arqua un sourcil. Il savait qui elle était. Cette révélation la stoppa net. Elle aurait voulut repartir de zéro, voilà qu’elle apprenait que ses petits mystères n’étaient plus. La situation était tendue, devait-elle plutôt le laisser mourir pour préserver son secret, après tout ils ne jouaient pas dans le même terrain ou, s’écouter et l’aider, lui faire confiance ? Elle s’arma de quoi recoudre la plaie.

« Je suppose que si je te dis que je me promenais par là, tu ne me crois pas, hum ? »
Elle soupire. « Je te cherchais. Ce ne fût pas difficile, tu n’es pas encore assez discret pour moi Batman. » Elle se souvint du message que les jeunes filles qui lui avaient dit où il était lui avait dit de lui faire passer. « D’ailleurs, mes informateurs te conseille d’être plus discret, ça ne les amusent même plus. » Selina esquisse un sourire en coin, la vue de tout ce sang ne la met pas vraiment à l’aise, parler en même temps n’aidant pas.

« Je te cherchais car ça faisait un moment que je ne t’avais pas croisé et que je n’avais pas entendu parlé de tes bonnes actions. J’étais… inquiète ? » Elle grimace un peu, ce n’était pas vraiment ce qu’elle voulait dire. « Enfin, je… je voulais surtout te remercier pour la nuit du Protocole 10, sans toi je serai certainement morte. » Elle fronce néanmoins les sourcils, elle avait énormément de questions à lui poser à propos de ce soir là.

« Pourquoi tu m’as sauvée ? »
La plaie semble enfin ressembler à quelque chose d’à peu près propre. « Je suis une criminelle, il y avait plus important. » Puis, il y avait une autre personne clairement identifiable qui, d’après ce qui s’était passé ce soir, était un ennemi. « Et… et cet homme qui m’aidait, il… il était de la Ligue, tu le savais. Pourquoi ne l’as tu pas arrêté ? » Elle ne savait pas vraiment si dans cet état, le Chevalier Noir pouvait lui donner des réponses concrètes, mais toutes ces questions, elle les gardaient profondément en elle depuis bien trop longtemps, elle détestait ne pas comprendre.

« Ce sont eux qui ont déclenché ce massacre, ils étaient derrière tout ça et… tu ne l’as pas arrêté. Ces cinglés ont tués une grande partie des détenus d’Arkham City pour des raisons peu valables, ils ont utilisé ce taré d’Hugo Strange pour mettre en place leur petit génocide et... »
Elle soupire. « Dis-moi que tu n’étais pas au courant et que c’est pour ça que tu n’as rien fait ? » Elle ne comprenait pas, elle n’était pas encore vraiment au courant de ce qui s’était passé en dehors des égouts. Selina s’était mise à l’écart, le temps de reprendre des forces et d’occulter ses souvenirs de cette nuit tragique.

« Je te cherchais car j’ai toutes ces questions sans réponse mais, aussi parce que j’avais peur. »
Elle pose enfin les ustensiles, il ne restait plus qu’à panser les plaies superficiels. « J’ai l’impression que le crime ici est passé à une vitesse supérieure, loin des petits vols à l’étalage ou aux petits gangs qui traficotent je ne sais quoi, cette Ligue est effrayante et, je ne sais pas comment la combattre. Je n’arrive même pas à la comprendre. » Selina prend la main du justicier entre les siennes et esquisse un sourire peu convaincant, cette histoire la tracasse.

« M’enfin, je pense qu’il faudrait que tu te reposes. Ce serait déjà pas mal. »
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mar 10 Jan - 13:45

Batman écoute la réponse de la voleuse, sans sembler réagir. Seize ans, se lancer sur les trottoirs. C'était plutôt triste. Relativement inquiétant aussi. Lui n'a jamais connu la difficulté financière après tout. À cet age là, il avait d'autres priorité. Il vivait déjà en véritable ermite chez lui, à ne vivre qu'avec le nez dans des livres de criminologie et à s'épuiser continuellement à exécuter des tâches toujours plus épuisante afin de se préparer à ce qu'il faisait actuellement.

« Désolé »

C'est tout ce qu'il trouve à dire. Et le ton suinte toujours cette espèce de distance émotive qu'il avait. Comme si rien ne pouvait l'affecter et que ses réponses étaient purement mécaniques. C'est un peu le cas, après tout.
Il opine lentement de la tête lorsqu'elle lui annonce finalement qu'elle était habituée à devoir soigner des blessures qui ne tenaient pas de la bobologie de base, sans qu'il ne comprenne précisément ce à quoi elle faisait référence. Vu ses fréquentations, il ne s'étonnait pas vraiment qu'elle ait eut à rafistoler un bon paquet d'amis à elle. Et pour une fois, il ne tenait à ne pas être trop intrusif. C'était assez rare pour être notable.

En la voyant prête à agir, il se contente de se caler correctement en arrière, repliant son bras pour lui donner un accès plus aisé encore à la plaie tandis qu'il surveille du coin de l'oeil ce qu'elle pouvait être en train de faire. Sans anesthésie ça allait faire mal. Mais il avait connu bien pire. Ainsi, il bronche à peine lorsqu'elle commence à s'éxecuter, semblant à peine ressentir la douleur. Il écoute ses paroles. Elle prend son temps pour en arriver à l'essentiel. Pourquoi était elle là bas ? Elle mentionne d'abord ses amis qui l'ont vu lui. Elle commente sa discrétion, et elle trouve relativement rapidement une réponse.

« Je ne cherchais pas à être discret. Parfois, les gens doivent me voir. »

S'il n'y a pas de rumeurs, alors sa légende ne s'alimente plus. Et si elle ne s'alimente plus, la peur qu'il fait naître chez les criminels décroît. Si la peur n'est plus, alors ils seront à nouveau tenter d'agir. Et ça, il ne pouvait se le permettre. Gotham est déjà suffisamment au fond du gouffre comme ça. Mieux valait continuer à effrayer les petites frappes autant que possible.
Il a une petite grimace de douleur finalement, mais pas un son ne perce ses lèvres. Selina quant à elle, embraye déjà sur les raisons de sa présence. Elle est inquiète ? L'idée à de quoi amuser un peu le justicier. Elle devrait au contraire, trouvait ça plus... viable de ne plus craindre d'être prise en flagrant délit par un justicier.

Des remerciements s'en suivent. Il ne commente pas, se contentant d'un petit mouvement de tête. Mais Selina a des questions à ce sujet. Pourquoi l'avoir sauvé ? Et pourquoi ne pas avoir tenté d'arrêter l'homme avec qui elle se trouvait. Effectivement, il savait qu'il était de la Ligue. Et il l'avait déjà croisé une première fois avant ça.

« Je t'ai sauvé parce que dans ton cas, il y avait encore un espoir pour que tu survives. Quant à l'homme qui était avec toi... sans lui tu n'aurais pas pu atteindre la sortie. Ta survie dépendait de sa liberté. »

Mécanique comme toujours. Trop, en fait. Il grogne un peu de douleur, et finit tout de même par confier quelques mots de plus à ce sujet.

« Et il y avait dans les égouts, un peu plus loin, un homme-crocodile cannibale occupée à faire un festin avec les fuyards. Je ne pouvais pas me permettre d'arrêter ton ami. Il était bien trop occupé à t'aider pour être une menace immédiate pour la population... »

Du reste, elle aussi semblait avoir un problème avec la Ligue. Elle avait l'air un peu choquée de cette découverte. Et elle en savait finalement beaucoup plus que la plupart des gens à ce sujet. Le Batman la fixe un petit instant, avant de secouer la tête de gauche à droite.

« Je savais que la Ligue se tenait derrière tout ça. J'ai essayé de mettre fin au Protocole 10 le plus rapidement possible. D'autres m'ont aidé. Mais nous n'avons pas été assez rapide pour tout empêcher. Quand je suis venu te trouver la première fois, pour que tu m'aides à remonter la piste des marchands d'armes dans Arkham City... c'était pour éviter ça. »

Les confessions de Selina vont finalement un peu plus loin. Elle formule ses craintes. Le crime qui se montre de plus en plus inquiétant. L'essor des nouveaux criminels avait de quoi faire peur, concrètement. Mais il fallait continuer la lutte. S'adapter et les surpasser, tout simplement.

« La Ligue n'est pas compliquée à comprendre. C'est un groupe de tueurs entraînés à tuer ceux qu'ils jugent indignes de vivre : les criminels. Le Protocole 10 était un moyen d'éradiquer d'un trait tous les criminels de Gotham. Quant à la combattre... mieux vaut que tu évites. Je me charge d'eux. »

Bien que dans l'immédiat, il n'avait absolument pas l'air d'être apte à les vaincre. Au contraire.  Et comme si de rien était, il la désigne d'un petit signe de la tête, l'avertissant d'un simple : « La serringue. » avant de sombrer dans l’inconscience. L'adrénaline ne suffisant plus à ce qu'il reste éveillé, son corps n'avait pas eu d'autre choix que de lâcher momentanément.

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 11 Jan - 0:57

Why do we fall, Bruce ?
La jeune brune écoute attentivement les réponses du justicier, elle ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, elle ne s’attendait à rien de précis. Peut-être plus de détails ? Et encore, disons qu’elle était habituée aux réponses vaseuses et suspicieuse, mais venant d’un type dans un état aussi pitoyable, elle était consciente qu’il ne lui fournirait pas des réponses détaillées. Bien, elle reviendra dessus quand il sera en forme, ou pas.

Elle lui aurait bien demandé où était son intérêt de sauver une voleuse, mais va, elle resta silencieuse, c’était facile mais elle acquiesça avec une mine des moins convaincue. Cependant, d’après les dires du capé, ce dernier en savait énormément sur la Ligue. Selina se tendit, fronçant les sourcils. Allait-il partager ses informations ? Après tout elle l’avait bien fait pour lui. Mais elle le savait, ce type là se la jouait solo, néanmoins ils étaient tout deux dans le même panier. Traqué par la Ligue, car après l’avoir sauvé, elle savait qu’elle était maintenant dans la ligne de mire de ces psychopathes. Car c’est ce qu’ils étaient, de dangereux psychopathes qui au final, ne valait pas mieux que le Joker ou même… non, elle ne voyait pas quel criminel était pire que ça. Pire que la Ligue des ombres.

Sa réaction ne fût pas étonnante, elle se crispa, pensant à sa relation avec Tobias qui en faisait parti. Ses poings se serrèrent, devait-elle lui en parler ? Au fond d’elle, il restait un semblant d’espoir qui pensait le résonner et le sortir des griffes de ces fous. Tout cela l’attristait. Le choix était cornélien : possiblement aider Batman en lui confiant ce qu’elle savait, notamment en lui parlant de ce qu’avait dit son compagnon au sujet de récupérer le sérum que le justicier lui avait injecté le soir du lancement du protocole et ainsi, balancer son petit ami mais peut-être sauver la ville d’un possible futur carnage ? Ou rester silencieuse et tenter de raisonner Tobias ? Les deux choix étaient risqués, surtout si comme il l’avait dit, le Chevalier Noir souhaitait continuer seul.

« Je… j’ai peut-être des informations import... »
Selina fût coupée par le petit signe de son invité. Paniquée, elle attrapa la seringue et la lui planta violemment dans le bras. « Hey, réveille-toi ! » Elle ne savait pas quoi faire, elle lui tapota la joue, le secoua, mais rien. Etait-il mort ? Elle posa son oreille sur son torse. Visiblement non. Mais il n’était pas vivace non plus et, il n’avait pas vraiment le droit de mourir.
Nerveusement, pensant qu’il manquait peut-être d’air, elle se pressa d’ouvrir une fenêtre. Rapidement elle se pencha sur le corps visiblement sans vie du justicier. Devait-elle retirer son masque ? Peut-être qu’il étouffait là dessous ? Elle hésita. Puis finalement, le lui retira délicatement avant de se trouver complètement abasourdie.

« Bruce Wayne ?! »
Elle s’attendait à tout le monde, elle aurait même plus cru au vendeur de kebab du coin, mais alors le milliardaire de la ville… jamais.
Selina resta plusieurs secondes à le regarder, si elle y croyait ? Pas vraiment. Néanmoins, elle soupira et se concentra de nouveau à le faire revenir parmi les vivants. Elle le secouait, le pinçait, elle se mis à califourchon sur lui pour lui tapoter la joue et finalement lui balancer de grandes gifles. « Allez, réveille-toi ! » Elle continuait de lui en coller des belles, jurant tout ce qu’elle pouvait. « Je t’ai pas sauvée, risqué ma vie et en plus m’être inscrite sur leur nouveau menu pour ce soir pour que tu crèves comme un con dans mon salon ! » En plus de la choquer, il la mettait dans un sacré pétrin s’il mourrait. Elle lui donna une dernière gifle puis posa sa tête contre lui en soupirant.

« Tu me fous dans la merde, Bruce. » Peut-être qu’elle pourrait négocier la dissolution de la Ligue des Ombres si elle leur apporte le corps de Batman ? Au point où elle en était, sans le justicier et avec la Ligue au cul, elle ne pouvait que prier pour être réellement immortelle et devenir leur gourou, elle aussi.
Ne sachant quoi faire, elle se releva, faisant les cents pas dans la salle, esquivant les chats qui voyaient en ce cadavre de luxe un lit plutôt sympathique, elle ne s’arrêta même pas pour les faire partir. Trois milles questions lui vinrent à l’esprit.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter à Tobias si ces potes lui disent qu’ils m’ont vu te sauver, toi ? » Persuadée qu’il était à présent rendu rejoindre ses parents et, totalement en panique, elle réfléchissait à voix haute à tout ce que cette soirée allait lui coûter en ennui. « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire contre eux, seule ? » L’envie de retourner sur lui pour lui redonner des gifles était de plus en plus présente, elle hésita un instant.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Sam 14 Jan - 23:42

Quand Bruce revient à lui, il est momentanément piégé dans son corps. Son cerveau est éveillé. Son corps non. Il entend au loin la mention de son nom de la voix stupéfaite de Catwoman. Elle lui a probablement retiré son masque. Ne restait qu'à espérer qu'elle sache tenir sa langue. Étrangement, il lui faisait confiance. Les petits secrets, elle avait l'air de savoir les garder. Il ne pouvait pas faire autre chose que lui faire confiance, de toute manière. Le seul moyen de la faire assurément taire n'étant pas dans ses méthodes, la situation s'avérait... épineuse. Tant pis.

Elle lui grimpe dessus, elle le gifle. Il le sent mais ne peut pas revenir à lui. Qu'elle lui laisse le temps. Il ne lui avait pas parlé d'une dizaine de minutes ?
Quoiqu'il en soit, elle a l'air paniqué, et l'entendre penser à haute voix à tout de même un côté un brin inquiétant. Elle a l'air beaucoup moins sûre d'elle actuellement que lorsqu'elle se retrouve sur les toits ou sous le feu des Tyger, étrangement.

Par chance pour elle, sa frayeur ne dure pas plus longtemps. Le corps du justicier s'anime finalement. Il reprend vivement un grand bol d'air en se redressant brutalement, faisant, dans la manœuvre, valdinguer un des chats qui avait cru bon de s'installer sur son torse. Clignant des yeux, il réfrène les élans douloureux d'une migraine terrible, avant de répondre à ses dernières paroles d'une voix aussi calme que d'ordinaire. Comme si se réveiller d'une perte de consciente dû à la douleur et post-blessure semblait... normal.

« Qui est Tobias ? »

Il fronce les sourcils. Il ne tardera pas à faire de lui même le rapprochement entre ce prénom, qu'elle lie à la ligue, et à l'homme qu'il avait vu dans les égouts lors du protocole 10. Et quand ça fait tilte, il se contente d'un petit mouvement de la tête pour lui signaler qu'elle n'a pas besoin de répondre.

« Ceux qui t'ont vu aujourd'hui... ce n'est pas la Ligue ordinaire. »

Si ça pouvait la rassurer. Elle avait l'air de s'inquiéter des conséquences de sa décision. À juste titre, bien entendu. Mais inutile qu'elle soit si alarmiste. Pour l'heure, elle s'était faite remarquer par un groupe non officiel, de taille probablement restreinte à Gotham. Un groupe qui n'agissait pas sous l'égide de l'actuelle tête de Démon : Talia.

« C'est un groupe de séparatiste en marge de la Ligue originelle. Ils sont moins bien équipés, et se tiennent loin de la ville, parce qu'ils n'ont pas envie de croiser la vraie Ligue.»

Alors non, Selina devrait pouvoir s'en tirer et éviter d'être poursuivie par ces hommes-là... à une seule condition. Le regard de Bruce se fait un brin plus songeur. Il s'attarde à fixer la brune, la désignant d'un petit mouvement de tête.

« Est-ce que tu sais vers qui va l'allégeance de ton ami de l'autre soir ? »

Non il ne l'appelle pas par le prénom mentionnée par la jeune femme un peu plus tôt. Il ne tient pas à ce qu'elle s'attarde plus longtemps sur la pensée qu'il avait si vite fait le lien entre le Ninja des égoûts et le prénom prononcé par la voleuse. Même si l'évidence était frappante. C'est un climat de confiance qu'il cherchait à construire ici. Il n'avait pas d'autre choix. La confiance, c'est ce qui maintiendrait le silence de la voleuse. Que la ligue sache que Bruce Wayne est le Batman est une chose. Qu'une voleuse ayant des liens sincères et réels avec les bas fonds de Gotham en était une autre. La ligue ne divulguerait pas le nom du Chevalier Noir. En revanche si Catwoman le faisait, et que la rumeur de son identité arrivait des bas fonds de la ville... alors là oui, ça pourrait devenir particulièrement compliqué.

« Quoi qu'il en soit, tu n'es pas seule contre eux. »

Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle savait à présent exactement qui contacter en cas de besoin... tout le monde à Gotham sait où se trouve le manoir Wayne après tout.

« Dis moi une chose. »

Il tâtonne un peu la plaie, cherchant à aviser sa capacité à résister à la douleur. Pour le moment, il est inutile de dire que tenter de bouger serait une très mauvaise idée. Il allait sûrement devoir appeler Alfred pour qu'il passe le prendre. Il ne se pensait pas capable d'aller jusqu'au manoir par ses propres moyens. Il serait aisé de le suivre. Aisé aussi de l'attaquer. Mieux valait éviter d'attirer l'attention ce soir.

« Comment une voleuse comme toi en arrive à se sentir autant concernée par ce que la Ligue a bien pu faire ?»

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mar 24 Jan - 19:25

Why do we fall, Bruce ?
Alors qu’elle s’apprêtait à appeler Holly pour lui dire qu’elle avait Batman et Bruce Wayne, qui s’avéraient être la même personne, dans son salon mais mort, pour lui demander quoi faire, Selina put observer un semblant de mouvement de la part du justicier. Ah. Il était pas mort. Merci Dieu. Dès aussitôt elle se pressa de se remettre près de lui, posant sa main sur son torse, si seulement il pouvait parler elle serait encore plus rassurée, mais c’était déjà un bon début. « Bat...Erm. Bruce ? » Non elle n’en revenait toujours pas et le pire, c’est qu’elle allait devoir garder ce secret pour elle et, ça allait être très dur.

Après plusieurs minutes, le justicier semble retrouver un semblant de vie, Selina se presse de trouver un verre d’eau et de le poser près de lui espérant que c’était une bonne intention. Ce n’était pas tous les jours que des gens venaient mourir chez elle, la dernière fois, c’était elle-même. Malheureusement les premiers mots de capé est le prénom de Tobias. Dès aussitôt, Selina se raidit, devait-elle tout lui dire et trahir son petit ami qui lui, lui avait caché bien trop de choses à son goût ? Ou ne rien dire et trahir celui qui l’avait sauvée l’autre soir, alors qu’elle était tout le contraire de ce qu’il sauvait d’habitude ? Tous les deux avaient une bonne raison pour qu’elle les aide, Tobias avait toujours été là pour elle et ce, même après qu’elle ai été récupéré à moitié morte dans les rues et même si techniquement il aurait dût la tuer durant la Protocole 10. Quant à Batman, il ne lui avait jamais porté préjudice et il s’avérait qu’il se trouvait bien trop souvent à la sauver.

Qu’est-ce que voulait vraiment Selina ? Même elle ne le savait pas. Ses mains tremblaient un peu, la situation était délicate. Elle n’écouta que brièvement ce qu’il disait à propos de la Ligue, Tobias lui avait rapidement dit tout ça mais elle était sceptique. En fait, elle ne comprenait rien.

« J’ai des choses à te dire. »
Tranche t-elle d’une voix glaciale avant de se diriger vers la fenêtre et de la fermer. Elle attrape le justicier par la main afin de l’aider à au moins se poser sur le canapé, elle le rejoint très vite, les mains liées, ne sachant par où commencer.

« Il va falloir que tu tiennes ta langue Bruce, je garde tes petits mystères sur ton identité si tu te tais sur la provenance de ce que je vais te dire, je n’ai pas vraiment envie d’être égorgée demain matin. » Elle soupire longuement avant de finalement reprendre. « Tobias est un membre de la Ligue, je l’ai rencontré lors d’un cambriolage au Musée d’Histoires Naturelles et… disons que c’est bien passé entre nous. » La sensation qu’elle ressent, c’est celle de quelqu’un qui sait qu’il fait une connerie en la faisant. « Il m’a avoué faire parti de la Ligue peu de temps après, mais m’a soutenu qu’il n’y avait rien de mal dans cette organisation, je l’ai cru jusqu’à l’autre soir. Là j’ai compris qu’ils étaient des cinglés, je me suis demandé ce qu’il faisait là ce soir et j’ai vite compris qu’il était là pour faire comme les autres… nous tuer, nous les prisonniers d’Arkham. » Elle ravale ses larmes, prenant peu à peu conscience de la dangerosité de cette organisation malfaisante.

« Puis j’ai appris que la Ligue était des potes à Strange, que ce Protocole 10 c’était juste leur idée. »
Elle soupire de nouveau. « Tout ce que je sais, c’est qu’il était très intéressé par le sérum que tu m’as donné, il a dit a des gens de la Ligue contre lesquels nous nous sommes battus qu’il me gardait pour récupérer ce sérum dans mon sang et l’étudier. » Elle relève les yeux vers Bruce tristement. « Je… je croyais que c’était quelqu’un de bien enfin, il est si gentil que je ne pensais pas qu’il était capable de… ça. »

La jeune brune finit par se taire quelques minutes, essuyant ses yeux avec le revers de sa main, elle n’a même pas pris le temps de se changer.

« Je suis concernée par la Ligue simplement parce qu’ils ont voulut me tuer comme les autres Bruce, mais aussi parce qu’eux et les TYGER ont massacré plusieurs jeunes femmes qui étaient à Arkham City pour prostitution, malheureusement pour eux je suis prête à tout pour venger ces filles. » Elle finit par lever les yeux au ciel. « Je n’ai plus d’intérêt pour voler, pour répondre à des commandes bateaux pour gagner de l’argent. J’ai juste envie d’aider les autres contre ces dingues. » Les derniers événements l’avait bouleversée, elle avait même hésité à quitter la ville.

« Je veux les arrêter, je n’ai pas envie qu’un autre génocide soit fait et surtout… que des amis à moi en soit acteurs. J’ai essayé de le résonner mais… rien, c’est pire qu’une secte. Je ne sais pas de quel côté il joue, mais dans les deux cas, ils ont tué des gens innocents.» La chose qu’elle craignait le plus, c’était d’un jour avoir Tobias a dos, il connaissait toutes ses techniques et ses faiblesses, il pouvait la tuer d’un coup.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 25 Jan - 0:44

Bruce reste impassible devant la demande de la jeune femme. Il ne confirme rien. Elle promet de tenir sa langue ? Bien. Mais si les informations qu'elle s'apprêtait à lui donner étaient capables de lui donner une opportunité de frapper fort la Ligue, quitte à la mettre un peu en danger, il prendrait le risque... tout en s'assurant de couvrir les arrières de la voleuse par la suite pour lui épargner toutes ripostes vengeresses de la part des agents d'éradication de l'organisation meurtrière et fanatisée que représentait la Ligue des Ombres.
Ses confessions, il les retient donc... au sens plus que strict du terme. Amenant discrètement sa main à son avant bras pour presser la petite touche tactile afin d'enregistrer la conversation entière. Il sait qu'il est blessé, et il sait qu'il pourrait passer à côté d'une information primordiale au fil de cette discussion, après tout.

Silencieux, il se contente d'opiner lentement du chef pour confirmer ses dires lorsqu'elle parle de secte. Il fronce un peu les sourcils – et c'est déjà beaucoup lui demander – pour se donner un air compatissant alors qu'elle parle des filles tuées, et lorsqu'enfin elle achève sa longue tirade, il la fixe un petit instant sans dire un mot. Le temps d'assimiler tout ce qu'elle venait de dire. Et aussi pour trouver un moyen de répondre sans passer pour le dernier des goujats. Cette histoire la touchait de prés. Ce Tobias n'était pas une simple connaissance pour elle. Elle même l'avait sous entendu sans affirmer d'une quelconque relation, mais la voir au bord des larmes suffisait à deviner à quel point elle avait pu être déçue. Du reste, tout n'est que déductions et suppositions, mais c'est assez pour se faire un semblant d'idée.

« Le Protocole 10 et Arkham City ne sont pas le coup d'essai de la Ligue... » explique-t-il simplement. Pas pour lui faire comprendre que ça n'allait pas se reproduire. Mais au contraire, parce qu'elle devait avoir conscience de l'ennemi qu'elle s'apprêtait à affronter. Si elle voulait leur tenir tête, mieux valait qu'elle sache dans quel guêpier elle s'apprêtait à se fourrer.

« J'ai enquêté sur eux, sur leur méthode. Ce sont des assassins de l'ombre, formé pour traquer et tuer des cibles dangereuses. Des criminels, des seigneurs de guerre, des chefs tribaux. Ils considèrent que les criminels sont la lie de l'humanité, et qu'ils doivent nécéssairement être tués. De plus, et aussi étrange que ça puisse paraître, j'ai trouvé des traces de leurs actes jusque dans l'antiquité. Babylone à l'apogée de sa corruption aurait été brûlée suite à leurs manigances pour purger la ville des criminels qui y vivaient... Le saccage de Rome aussi. »

Lui même avait eu du mal à croire ça possible pourtant...

« Le protocole 10 est une idée de leur leader : Ra's Al Ghûl. D'après ce que j'en sais, Ra's serait devenu fou et ce génocide visible résulterait des décisions prises dans son état de folie mais j'en doute... Sa fille, Talia, était l'une de ses tueuses les plus redoutables. J'ai pu lui imputer par moins d'une centaine de meurtres de personnalités de haut vol dans le domaine du crime mondiale ou des guerres éthniques. Je suis sûr de n'avoir découvert que la partie visible de l'iceberg, et je ne doute pas un seul instant que les autres Agents de cette organisation ont des palmares similaires. »

Ce Tobias mentionné ne devait certainement pas déroger à la règle. N'est pas agent de la ligue qui veut. Et s'il était là, durant le protocole 10, c'est que d'une manière ou d'une autre il avait déjà fait ses preuves par le passé... on se demande comment.

« Le soir du protocole 10, je suis allé confronter Ra's Al Ghûl pour qu'il arrête. Durant le combat, il m'a effectivement semblé... fou. En échouant à me tuer, il s'est mis sa fille à dos... avant de se suicider en essayant de me tuer. Je suis convaincu que Talia a à présent pris la tête de la Ligue... mais aussi étrange que ça puisse paraître... son père n'est pas... resté mort. Tout à l'heure, je suivais une piste afin de le retrouver. J'ai remarqué qu'il y a deux factions dans la Ligue à présent. La première possède tout un arsenal et des moyens presque infinis. L'autre est plus discrète et traditionnelle. Ils n'ont rien, et se tiennent à l'abri des autres. Je suis sûr que Ra's Al Ghûl est à leur tête et qu'il guette dans l'ombre un moyen de renverser sa fille pour reprendre le pouvoir. »

Deux questions perdurent : comment a-t-il pu échapper à la mort. Et comment confirmer qu'il est bien derrière tout ça ?

« Il faut savoir qui ce Tobias soutient. Si c'est Talia ou si c'est Ra's. »

Ce serait un bon début. Bruce aimerait bien lui tendre une embuscade. Mais même en cas de victoire, il avait vu de ses yeux la loyauté des agents de l'Ombre. Même sous la torture, les chances pour que cet homme divulgue quoi que ce soit étaient nulles. En fait, la seule personne pouvant lui arracher des informations était Selina. Il lui avait déjà parlé de la Ligue, après tout. Pourquoi n'irait il pas plus loin dans les confessions ?

« Pour ce qui est du serum, l'analyse de ton sang ne pourra pas permettre de retracer quoi que ce soit. Ton corps a altéré les différents composés. Ton foie a filtré le gros des toxines. Ils isoleront au mieux quelques opiacés et psychotropes déjà connus. Si ça peut te rassurer, ils ne pourront pas se servir de ça pour nuire à qui que ce soit. »

Inutile qu'elle s'inquiète de l'idée de voir débarquer des Super Agents de la ligue, drogués et boostés par le stimulant conçu par Lucius Fox en somme. Même si l'usage d'un dopant de combat avait prouvé son utilité dans ce cas précis.

« Quoiqu'il en soit, tu ne pourras pas le raisonner. Essayer de le faire ne servira à rien. J'ai vu comment ils sont endoctrinés. Ils sont tous prêts à mourir sur ordre de leurs Leaders. Tous formés à tuer. Sans exception. Et je compte bien mettre un terme à tout ça. »

Avec son aide, puisqu'il semblait évident qu'une collaboration était primordiale pour ce projet. Dans l'histoire, Bruce n'avait pas grand chose de plus à perdre de toute manière. Il avait au moins une alliée contre eux. Quelqu'un qui pourrait lui fournir des informations qu'il ne pourrait pas avoir autrement. Quelqu'un qui, qui plus est, a accès à des ressources qui lui sont méconnues. Celles de la rue. Critiquables, certes, mais nécéssaire pour tenir tête à la Ligue.

« D'ailleurs... les effets indésirables du Sérum n'ont pas été trop problématiques ? »

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 25 Jan - 1:53

Why do we fall, Bruce ?
Le regard perdu, les mains crispées sur ses genoux, Selina se prend dans les dents tout ce que Bruce sait sur la Ligue. Si elle s’attendait à tout ça ? Pas du tout. Tout ses espoirs se réduisent peu à peu en fumée et son souffle se coupe. Ne sachant quoi penser, elle reste désespérément silencieuse, autant pour avaler tout ce qu’elle venait d’entendre mais aussi pour trouver un semblant de solution ou au moins, un peu d’aide. Elle savait que le jour de la confrontation arriverait et, même si elle aimait Tobias, le choix entre lui et son éthique ne pencherait pas en sa faveur. Elle ne pouvait juste pas concevoir d’avoir ainsi vécu une idylle passionnée avec un tueur en série,  car c’était ce qu’il devenait à ses yeux. Elle aurait aimé qu’il soit là, pour trouver des excuses ou des explications, l’aurait-elle cru ? Elle ne savait même plus à vrai dire, mais le justicier ne semblait pas être en train de lui raconter une blague de mauvais goût. En fait, il n’a jamais l’air d’un mec qui raconte des blagues. En fait, elle n’avait même pas encore fait le parallèle entre sa vraie identité frivole qui crapahute avec  Vicki Vale et d’autres nanas. Elle fronce légèrement les sourcils mais les vrais questionnements lui revienne rapidement à l’esprit.

Ce qui la perturbait plus qu’autre chose, c’était de ne jamais l’avoir deviné. Elle avait fréquenté beaucoup de tueurs, de psychopathes et autres cinglés du genre et elle finissait toujours par les griller. Mais Tobias ? Non. Certes, elle avait eu des doutes le premier soir, mais il avait réussit à l’entourlouper. Elle se sentait faible et sale, elle soupire longuement sans jamais que son regard ne quitte le coin de la table basse qui est face à elle.
Savoir qui Tobias soutient ? Ça voulait dire qu’elle allait devoir continuer à le voir malgré tout, tout en restant assez distante pour coopérer avec Batman. La tâche était lourde et elle ne se sentait pas capable d’y arriver.

Mais les paroles du capé sont dures mais semblent réalistes, Selina n’arrivera jamais à le résonner et ce, même si elle y donne toute sa volonté.

Malgré sa mine déplorable et ses lèvres glissantes de plus en plus vers le bas, la jeune brune réagit à la dernière question de Bruce, esquissant un sourire difficile.
« M’en parle pas, c’était une horreur. »
Répond t-elle légèrement amusée. « Je crois que j’ai faillit tuer mon ami au moins une dizaine de fois et il a dût vouloir me quitter au moins... » Et bim. Elle venait de balancer comme une grande la nature de leur relation. « Au moins autant de fois. »

Une relation amoureuse est différente d’une relation amicale, Selina le savait, elle avait accès à plus de secrets, plus de détails sur la personne mais vraiment, elle n’aimait pas jouer avec ça et elle le sentait venir, le justicier allait forcément lui demander d’aller à la pèche aux infos. Avant qu’il ne daigne dire quelque chose, la jeune femme se retourne vers lui et reprend :

« Écoute, je sais ce que tu veux de moi. Tu veux que je retourne auprès de lui et essayer de lui tirer quelques informations à propos de savoir à qui il est rallié, savoir ses techniques de combat, leurs plans… »
Elle passe sa main dans ses cheveux, ne sachant plus vraiment quoi dire. « Tout ce que je peux te dire c’est que, s’il ne m’a pas menti sur son passé et ses actions actuelles en tant que civil, il n’est pas vraiment mauvais. Notre relation est forte et, il m’a sûrement confié des choses que personne d’autre ne sait, il me confiance et… » D’un autre côté, il lui avait menti, menti sur des choses affreuses. « Oh, je ne sais pas quoi faire, quoi penser de tout ça. »

Elle glisse sa tête entre ses doigts, se masse les tempes et relève finalement la tête. Quitte à être dans la merde, y avoir mis un bras, une jambe et deux trois doigts, autant y plonger en un plat magnifique. La brune se relève finalement, attrape une bouteille de whisky et deux verres, elle les remplis et se rassoit dans le canapé poussiéreux qui témoignait de son peu de temps passé ici. Elle temps un verre à son invité ajoutant « T’en veux ? Il vient de chez toi.»  Elle esquisse un sourire bref. « Troisième étage de la Tour Wayne, vous avez eu refaire une fenêtre il y a trois quatre mois… il faut dire que niveau qualité il y a mieux, mon métier de cambrioleuse m’a fait apprendre plein de chose sur les fenêtres, tu pourrais avoir besoin de mes conseils avisés. »

Mais ce n’était pas ses talents de connaisseuse en explosage de fenêtre qu’elle allait proposer, c’était quelque chose qu’elle allait encore plus regretter. Non sans élégance, Selina avale son verre de whisky cul-sec, grommelant juste après un « Demande-moi tout ce que tu veux Bruce, j’essaierai de l’obtenir. » Ah, ça y est elle pariait déjà sur comment elle allait mourir d’ici une semaine et deux jours. « Des informations dont tu aurais besoin, des trucs que je serai en capacité de pouvoir savoir. » Elle soupire longuement, posant sa tête sur l’épaule du justicier. « Je te demande juste trois choses en échange : de venir me sauver comme dans les films au cas où ça tourne mal, de venir jouer à comment je vais mourir cette fois et, si je me fais tuer, enterre-moi dans ton jardin et mets des lys, j’aime bien les lys. Puis tu dois avoir un fichu jardin bien sympa. »
Derrière son humour bancal, Selina tentait tant bien que mal de cacher sa peur de se confronter de nouveau à son petit ami tueur.

« Tout ce que je peux te dire déjà, c’est que face à lui je ne tiens pas cinq secondes en combat. Il connaît toutes mes techniques car il m’a réapprit à me battre quand j’étais mal il y a quelques mois. »
Sûrement à cause des nerfs, Selina finit par se mettre à rire en pensant à ce qu’il s’était dit juste avant.

« Oh mon Dieu, je suis en train de planifier comment je vais trahir mon petit ami génocidaire qui peut me craquer en deux comme une biscotte à cause d’un mec que je connais à peine que je viens de faire promener dans une camionnette à putes et qui en plus. En plus est Bruce Wayne, le type que je prévois de cambrioler tous les quatre matins. » Manquait plus qu’il soit adepte des prostituées de luxe dans sa vie de civil et leur destin était tout tracé.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 25 Jan - 13:53

Le multi-milliardaire secoue lentement la tête de bas en haut quand elle explique vaguement les effets secondaires et ce qui aurait pu arriver et elle vend d'elle même la mêche concernant sa relation avec l'agent de la ligue confirmant à peu prés toutes les suppositions faites par le Detective. Cette liaison pouvait être à double tranchant, il le savait. Mais Catwoman avait l'air de vraiment vouloir tenir tête à la ligue, et à mesure que la conversation avançait, il semblait évident qu'elle avait déjà choisi un camps. Quitte à devoir trahir son petit-ami. Louable comme choix. Bruce se doutait bien que ce n'était clairement pas facile pour elle. Seulement, il le fallait. Elle qui semblait vouloir revenir dans la lumière et qui souhaitait opter pour la justice – bien qu'à l'entendre son envie de punir la ligue semblait plus proche de la vengeance- devrait se confronter aux difficultés qui en découlent.

Elle devine rapidement ce que le Chevalier Noir a derrière la tête. Cette fameuse trahison et la pêche aux informations. Il sait qu'elle allait avoir du mal à assimiler l'idée. Seulement c'était la seule et unique condition pour réussir à obtenir plus d'informations sur la Ligue. Bruce en avait déjà beaucoup, pour être franc. Il avait rencontré Ra's. Il avait plusieurs fois affronté Talia. Il avait vu de l'intérieur comment fonctionnait l'organisation, au point que Ra's avait décidé de l'incorporer à leurs rangs à condition qu'il tue au moins une fois. Grave erreur de sa part... Mais Catwoman elle, aurait probablement des informations plus personnelles sur un membre de cet ordre d'Assassins. Un moyen de pression aussi.

« Tu ne peux pas arrêter ton jugement à ce que tu sais de sa vie civile. Les gens ont toujours un profil plus appréciable qu'un autre. C'est ce profil qu'ils montrent aux gens. Mais la face cachée doit aussi compter dans la balance. »

Après tout, officiellement, Jonathan Crane est un psychiatre de renom, respecté par ses pairs. Officieusement, l'homme est un fou dangereux. Un psychopathe et tortionnaire psychologique doublé d'un savant fou cherchant à atteindre ses cobayes via la peur qu'il peut leur inspirer via les toxines qu'il fabrique et manipule.

« Rappelle toi que c'est quand les gens biens n'agissent pas que les mauvais peuvent prendre le contrôle. » rajoute-t-il quand elle emet à haute voix ses doutes et sa perte de repère. Forcément, ça n'allait pas être simple pour elle de faire un choix définitif.

Relevant les yeux vers elle quand elle bouge, il suppose qu'il a probablement trop insisté. Haussant les épaules avec une certaine désinvolture, il s'étonne de la voir revenir, avec une bouteille de scotch qu'elle confie sans pudeur avoir volé dans la tour Wayne, il y a de ça quelques mois. Il esquisse un maigre sourire qui disparaît dans la seconde qui suit. Et il confirme d'un petit signe de la tête qu'un verre ne lui ferait pas de mal. Ce n'est pas ce soir qu'il retournerait se battre, de toute manière.

« L'alcool n'est pas vraiment accepté au travail. Je doute fortement que la personne à qui tu as volé ça ait décidé de se plaindre. Je ne savais pas qu'il y avait eut un intrusion dans la tour, cela dit. J'étais enfermé à Arkham City. Qu'est-ce que tu as pu voler d'autre ? »

Aucune remarque sur la sécurité toute relative de l'endroit. Le troisième étage n'est pas l'endroit le plus sécurisé il faut dire. Et puis, Selina ne devrait pas sous estimer Lucius Fox. Si une fenêtre lui a permis de se faufiler à l'intérieur de la tour, c'est bien parce que le génie de Fox avait prévu une parade. Peut être des caméras pour identifier l'intruse ? Ou bien une manœuvre plus habile encore ? Fox sait ce qu'il fait, c'est indéniable.
Qu'importe. Ils en reviennent finalement à leur discussion originelle. La Ligue. Catwoman a fait son choix, elle est prête à lui donner des informations s'il en a besoin. Parfait.

« J'ai plusieurs jardins... dans plusieurs pays du monde. » rétorque-t-il avec un sérieux désarmant comme s'il prenait sa blague au premier degré. L'humour pince sans rire de Batman n'a pas un grand succès... et il est rarement compris, de toute manière.

« J'ai déjà battu des agents de la Ligue. Je connais les méthodes qu'ils emploient. Je n'ai pas besoin que tu te risques à éprouver les compétences de ton ami et que tu te mettes en danger en tentant de le mettre à terre. Mais si tu veux une certitude : tu ne le battras jamais en employant contre lui des techniques qu'il t'a lui même appris ou réappris. Voilà pourquoi tu perds facilement contre lui. »

Ils en étaient déjà venus aux mains tous les deux. Et Catwoman lui avait paru être une adversaire tout à fait capable à la galerie d'art. Elle avait ce qu'il fallait pour tenir tête aux agents de la Ligue. Rapide, imprévisible. La cantonner à lui faire utiliser des techniques apprises n'avait, d'après lui, qu'assez peu de sens. Tout chez elle tenait de l'animal. Du chat, justement. C'est à l'instinct qu'elle devait fonctionner, et non à la méthode stricte.
Sa dernière tirade le fait sourire un peu plus largement. Elle n'a pas tort dans sa réplique.

« Vois le bon côté des choses. Toi au moins, tu n'as pas été blessée sévèrement par un vieillard. »

Si un nouveau sourire germe sur son visage, ce n'est que pour quelques secondes, tout au plus. Le voilà très vite à nouveau parfaitement sérieux et austère.

« Quoiqu'il en soit, tu as raison sur un point. J'ai besoin des informations que tu peux obtenir sans te compromettre. Tout est bon à prendre. »

Il la fixe un petit instant, songeur, avant de daigner lui offrir une sorte de... contrepartie.

« En retour, tu n'auras qu'à passer au manoir Wayne quand tu auras le temps. J'ai aussi des informations sur la ligue et leurs méthodes qui pourront éventuellement t'aider. Il faudra que tu simules un cambriolage pour venir, toutefois. Ils savent qui je suis. Une visite de politesse risque d'attirer l'attention et d'amener ton ami à vite comprendre ce que tu manigances. »

© Thorfin le Chevalier au Pancréas


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 25 Jan - 16:09

Why do we fall, Bruce ?
Selina commençait tout juste à regretter les trois quarts des choses qu’elle avait promise, que ce soit d’aider Batman, que ce soit de trahir Tobias, tout. En fait elle regrettait même d’avoir bougé ce soir pour aller sauver Môssieur. Finalement, elle aurait mieux fait de séjourner à la prison de Blackgate, car oui, entre se mettre dans un pétrin pareil qui relevait du suicide et supporter les blagues et autres agressions des détenus de la prison, le choix était vite fait. Elle préférait casser la gueule à un petit assassin, un gentil violeur et un dealeur plutôt que de se confronter à Tobias. Elle se mettait même à psychoter, à le craindre et, c’était vraiment pas une bonne chose.

Au final, Selina est tirée de ses sombres pensées grâce à la question de Bruce quant à ses vols chez Wayne Entreprise. Oh. S’il savait.
« Hum, pas grand-chose ma foi, j’ai trouvé cette bouteille, des cigares et… une petite culotte. »
Elle bat des cils, la mine aguicheuse. « On s’amuse bien chez vous apparemment. » Mais visiblement, Wayne est bien plus branché pour mettre Catwoman dans son jardin que dans son lit. C’est ainsi que les profonds désirs de millier de personnes, les ship et autre demande de fan s’écrasent contre une vitre : Désolée Oliver, tu n’auras pas ton instant fesse dans cette réponse.

Puis voilà que notre grand justicier semble vouloir faire croire à la somptueuse féline qu’elle était capable de vaincre son assassin de petit ami. Elle répond en s’étouffant dans son deuxième verre de whisky, elle se laisse finalement rire quand il lui rappelle qu’il s’était fait mettre par terre par un vieux à la limite en nécessité de déambulateur. Cependant, elle se calme rapidement quand le justicier lui rappelle ce qui lui pend au nez : devoir jouer un rôle qu’elle n’aimait pas. Elle soupire.

« Je sais. » finit-elle par répondre. Puis vient une invitation qui peut-être était censée lui redonner espoir. « Je passerai, un de ces quatre. » Assure t-elle. Tout ce qu’il lui fallait, c’était de ne pas finir par retourner sa chemise, ça allait être dur, mais elle avait donné sa parole. Ne souhaitant pas faire par de ses doutes, Selina se love un peu plus contre Bruce ajoutant :

« Je ne sais pas ce que j’aurais choisi entre me faire tabasser par un vieux et me faire tuer par un psychopathe qui chante. » Elle esquisse un sourire discret, soupire et fini par se redresser. « Tu peux rester là pour la nuit si tu veux, ce serait même un conseil. Ne t’en fait pas, Tobias ne passe plus depuis la soirée qui a dégénéré. » Elle glisse finalement du canapé pour avancer jusqu’à la pièce voisine, elle se retourne lançant naturellement un « Oh et, si tu as froid sur le canapé, tu peux me rejoindre au lit, ou si tu as peur du noir ! » Elle savait pertinemment qu’il n’allait pas venir, mais lancer des vannes ça l’empêchait de psychoter.

Trois jours plus tard, 4 heures du matin.


Perchée sur le toit du Manoir Wayne, Selina observait le jardin avec un certain intérêt. Le buisson au fond, à droite, il était sympa. Après plusieurs quart d’heure à avoir fixé les moindres recoins pour savoir où le grand Bruce Wayne allait pouvoir l’enterrer, peut-être à côté de son premier caniche ? Son dernier hamster ? Non, il ne lui ferait pas cet honneur, c’était trop. Elle espérait au moins sous l’arbre au fond… là-bas. Loin. La cambrioleuse toute de cuir vêtue se glissa le long de la façade et entra, dans ce qui était d’après ses plans et ses suppositions hasardeuses la chambre de son hôte. Il faisait nuit, elle distingua brièvement un lit et, quelqu’un visiblement assoupi. Naturellement, la lady dans toute son élégance s’approcha à pas de loup, se pointant au chevet.

Tout sourire, Selina approcha son visage de celui de la personne qui dormait et chuchota « Salut beau brun, c’est ton rencard de la soirée. » avant d’étaler ses lèvres rouges sur la joue de l’homme dans le lit. Étonnée qu’il ne réagisse toujours pas, sachant que le justicier capé était du genre h24 sur ses gardes, Selina étira encore plus son sourire mesquin, glissant ses mains gantées et crochues sous le drap essayant au moins de poser sa main vicieuse sur le magnifique derrière du milionnaire. Elle savait qu’il allait sûrement mal réagir et au moins essayer de lui en coller une, mais lui flanquer le canon d’un revolver entre les yeux en l’espace de deux secondes, elle se sentait encore plus proche du fond de jardin.

« B… Bruce ? » Selina fait deux pas en arrière et quand l’homme en question allume la lumière présente sur le guéridon en lui hurlant qu’il allait lui exploser la cervelle, Selina constate que ce n’était pas Bruce Wayne. Non. Elle venait de peloter les fesses de son majordome. Elle se crispa un instant avant de filer à toute allure dans les couloirs, poursuivit par un vieux avec la marque de son rouge à lèvre sur la joue droite. Il était vivace pour un retraité, elle fila à toute allure jusqu’au rez-de-chaussé, manqua une marche d’escalier, fût plaqué par ce fichu rugbyman-ninja qu’était ce vieux.

Le visage collé contre le carrelage, Selina essayait tant bien que mal de se débattre.
« Je suis une invitée, monsieur. C’est comme ça qu’on vous apprend à accueillir les dames ? En les flanquant par terre ? » Décidément, tout allait mal en ce moment. Même les vieux lui en voulait.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 25 Jan - 16:59

Il faut dire que Alfred était du genre nerveux ces derniers temps. La Ligue des Ombres, ce Joker, Crane, une femme plante, un homme crocodile, des mafieux, des membres de gangs. La liste d'ennemis du Batman était à présent impossible à définir convenablement et le majordome avait toujours en tête l'entrée par effraction de Talia Al Ghûl.
La main fermement accroché à la crosse de son revolver, le Britannique habituellement flegmatique et calme venait de démontrer en quelques instants à peine des réflexes plus que surprenant pour un homme de son age.
Reculant de quelques pas, toujours en pointant l'arme sur l'inconnue, il écoute à peine ce qu'elle a à dire, se contentant d'aller décaler l'un des nombreux tableaux présent derrière lequel se tenait un petit boîtier de sécurité.

« Nous allons voir ça. »

Il pianote à l'aveugle, tout en tenant toujours la voleuse en respect devant le canon de son arme. Nul doute qu'il devait être un tireur redoutablement adroit.

« Monsieur... j'ai bien peur que nous ayons de la visite. » lance-t-il à destination du petit appareillage lorsque ce dernier émet un petit son. La réponse ne tarde pas à venir.

« Je sais. Amenez-la ici Alfred. »

D'un geste un peu vexé, le majordome remet de l'ordre dans son pyjama à carreau, baissant son arme qu'il range comme il peut en tâchant de se redonner la prestance du à son rang ici. Fait difficile, du fait de sa tenue, de ses quelques cheveux dressé sur le côté droit de sa tête du fait de son saut du lit, et de la marque des lèvres de la féline cambrioleuse sur sa joue.

« Navré mademoiselle. On est jamais trop prudent... Si vous voulez bien me suivre. »

Il s'éloigne déjà. Non il ne l'aidera pas à se relever. Et il ne s'excusera pas davantage. Représentant des Wayne ou non, elle l'a quand même tiré de ses rêves en venant lui toucher les fesses. Ce n'est pas très urbain ! Et c'est aux antipodes des règles de bienséances que le serviteur de sa Majestée aime exécuter à la lettre.
Prenant un peu d'avance sur la brune tout en restant dans son champs de vision, il slalome dans les couloirs, descendant les marches du hall somptueux du manoir, pour s'enfoncer dans les dédales de salles gigantesques du rez de chaussée jusqu'à atteindre le grand salon.
Il joue un air improbable sur le piano, tire un livre sur l'étagère et presse un bouton sous la tête d'un buste en bronze afin de déverrouiller l'une des portes dérobées menant au monte charge de la Batcave.

« Nous y sommes presque. »

Il se tient dans un coin du monte-charge, attendant qu'elle s'y trouve elle aussi pour presser le bouton afin d'activer le mécanisme qui les enfonce dans l'obscurité des grottes situées sous le manoir.
Bientôt, ils émergent dans la tanière de l'homme Chauve-Souris.
Des gigantesques mezzanines d'acier se superposent ici et là au dessus du vide des grottes. Chaque niveau est aménagé pour une utilité. Des établis, de gigantesques zones d'entraînement, le tout centralisé autour d'une platerforme centrale sur laquelle se trouvait le gigantesque ordinateur principale. Dans une parois d'acier, derrière des cylindres de verre se trouvaient diverses armures de combat, au couleur de Batman, mais aussi la célèbre tenue bariolé de Robin ainsi que la première Batsuit de Barbara Gordon.

Fidèle à lui même, Bruce se trouvait à l'écart, occupé à scruté sur une tablette tactile des tas de graphiques et de statistiques au beau milieu d'une plateforme couverte de débris de métaux et de restes de mannequins d'entraînement qui avaient visiblement été pulvérisé par une arme sur rampe posté un peu plus loin.

« Alfred, je crois qu'il va falloir modifier l'indice de perforation des munitions anti-émeute. Caoutchouc ou non, ces projectiles sont létaux... » annonce-t-il simplement en revenant vers le binôme, sans s'alerter outre mesure de la marque de rouge à lèvre sur la joue du majordome. Du reste, il ne prend même pas le temps de saluer Selina Kyle, se contentant de presser l'une des touches de sa tablette tactile pour faire s'afficher, sur les dizaines d'écrans présents au niveau de l'ordinateur, toutes les images de son entrée sur le domaine. Il savait qu'elle était entrée. Qu'elle était restée sur le toit, et qu'elle s'était finalement faufilé à l'intérieur.

« Vous devriez retourner dormir Alfred. » rajoute-t-il simplement devant la mine ensommeillé du majordome qui ne se fait pas prier pour disparaître. Attendant son départ, Bruce se contente de croiser les bras pour fixer la voleuse. « Des nouvelles ? »

© Thorfin le Chevalier au Pancréas
[/quote]


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Mer 25 Jan - 19:29

Why do we fall, Bruce ?
Selina se relève péniblement, frottant sa joue. Elle lance un regard mauvais au majordome, commençant déjà à regretter son partenariat avec Batman. Ce n’est pas comme ça qu’on accueil sa taupe préférée voyons, elle ne manquerait pas de lui dire. Alors que le majordome pianote sur elle ne savait quoi, la jeune femme en profite pour analyser rapidement les lieux, au cas où elle aurait besoin de revenir sans se faire frapper par ce vieux.

Il finit par s’excuser un tout petit peu et filer un peu plus loin, elle le fusille de nouveau du regard. L’aider à se relever n’aurait pas été de trop, elle soupire et retire son masque avant de le fourrer dans une poche de sa combinaison, libérant sa crinière noire qui tombe naturellement le long de son dos. Craignant de perdre le vieux ninja des yeux, Selina presse le pas sans prêter attention à toutes les manipulations qu’il a besoin de faire pour aller là où il souhaite l’emmener.

« On arrive bientôt ? » Demande t-elle d’un ton mauvais. Pas de réponse, elle s’avance dans le monte-charge toujours en lançant un regard des plus malfaisants au majordome. Sa vengeance sera terrible. Elle se voyait déjà squatter ici avec deux trois chats, chouinant sans arrêt qu’elle a bien trop peur de retourner chez elle au cas où son petit ami revienne. Et elle serait aussi capricieuse qu’une femme enceinte.

Le regard de la femme-chat se balade un peu partout dans la pièce, elle fronce les sourcils quand son invité se présente enfin, même pas un bonjour, rien. Finalement, elle allait se rallier à la Ligue pour ce manque de convivialité. Ses yeux perçants fusillent autant le justicier que le majordome qui fuit pour retourner dans son lit. « Je reviendrais. » murmure t-elle avant qu’il ne parte.

Simple menace bien peu effrayante. Mais elle en avait besoin. Elle s’avance finalement, passant devant le capé pour aller s’installer sur son fauteuil, jambes croisées, elle observe les lieux avant de rétorquer :
« Mon petit copain de la Ligue, lui au moins il sait m’accueillir dignement. » Elle soupire, son sourire se brise dès aussitôt et son regard fuit en direction du sol. « Aucune nouvelle, je ne l’ai pas recontacté et je ne l’ai pas fait recherché par mes camarades. » Même si elle lui en voulait terriblement, Selina se sentait vraiment inquiète pour Tobias.

« Il n’a été vu nulle part et, j’ai pensé que lui envoyer un message ou aller à lui directement serait peut-être… une mauvaise idée ? »
En réalité, c’était plutôt parce que … « J’ai surtout peur de tout faire foirer, de m’énerver comme d’habitude et de briser notre relation. Je ne sais pas comment l’approcher en gardant mon calme. » Sa voix devient plus tremblante, elle joue machinalement avec un stylo chapardé sur un bureau pendant sa course contre le vieux.

« Peut-être… peut-être qu’ils ont su. »
Même s’il y avait de faibles chances pour que la Ligue ai été mise au courant, Selina commençait à douter. Elle passe sa main dans ses cheveux. « Je n’ai rien vu dans les journaux et, vu sa notoriété s’il était mort on le saurait. » Ah oui. Elle n’avait jamais vraiment fait part à Bruce de l’identité complète de l’assassin, elle esquissa un sourire défait. « Hum, ça se trouve tu le connais en plus. » Elle laisse sa tête basculer en arrière, soupire et finit par cracher son nom.

« Tobias Cooper. Un brillant trader. Un peu dans le même genre que toi niveau réputation, quoi que, un peu moins coureur de jupons. »
Elle n’en pouvait plus de soupirer. Elle connaissait également son vrai nom et vrai prénom, mais ça, elle lui avait promis de ne jamais le mentionner, elle resta silencieuse à ce sujet.

« Il… il est très protecteur envers moi, tu as pu le voir le soir du Protocole 10. Je ne sais pas s’il était en mission ou si me sauver faisait parti de son plan mais, si c’est le premier cas il a tout arrêté pour moi. »
Une once de remord anime la jeune femme qui se mord les lèvres. « Peut-être que si j’allais le voir et que j’essayais de le résonner, j’arriverai à quelque chose ? » La gêne s’installe peu à peu. « Tout ce que je sais, c’est que je peux faire quelque chose dans cette histoire, je ne sais juste pas quoi. Essayer de le raisonner ? Le piéger ? Ça ne me plaît plus vraiment... » Trop de questions lui vienne à l’esprit. Nonchalamment elle s’étire ajoutant finalement :

« Et toi, quelque chose de ton côté ? »
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Sam 28 Jan - 13:47

C'est toujours avec ce calme olympien que Bruce écoute la jeune femme. Sa petite blague concernant l'accueil ne trouve aucune réponse. Heureusement d'ailleurs. Les seuls commentaires qu'auraient pu faire le milliardaire n'aurait rien eu de... sympathique. Il se contente d'un petit regard entendu, histoire de lui faire comprendre qu'entrer masquée et le visage camouflé dans une résidence attirerait nécéssairement la non-sympathie de ses occupants. Et ce même s'il était convenu qu'elle entre. D'autant qu'à en juger la tête de ce pauvre Alfred, elle lui avait fait dieu sait quoi. Pauvret...

Il s'attarde un peu plus sur la suite. Elle n'a pas recontacté son petit ami de la ligue. Et elle a peur de le faire pour une raison qui pourrait sembler viable à n'importe qui. Sauf à Bruce qui se contente d'hausser les épaules une fois de plus, lâchant, comme si ça tombait sous le sens, quelques mots :

« Je ne pense pas que tu feras tout rater en t'énervant. En revanche si tu restes calme, là... ça peut être compliqué. »

Pourquoi ?

« S'il te connait, il connaît nécessairement ton côté impulsif. Et il devinera sans mal l'état psychologique dans lequel tu devrais te trouver. Si tu es calme et mesurée, il comprendra que tu prends sur toi et que tu veux te contrôler pour arriver à quelque chose. Laisse toi aller, reste toi même. »

L'homme s'attarde un instant à contempler ce qu'elle avait dans les mains. Un stylo personnalisé, très probablement hors de prix à n'en pas douter et de très bonne qualité bien entendu. Inutile de dire qu'elle l'avait volé quand elle était à l'étage. Et dire qu'elle critiquait l'accueil alors qu'elle même ne savait pas être reçue...
La brune continue quoiqu'il en soit, ses explications et émet quelques suppositions, allant finalement jusqu'à donner un nom. Un tradder doublé d'un assassin... amusant.
Improbable aurait il pensé, si lui même n'avait pas été Bruce Wayne et Batman à la fois. En fait, la couverture de requin de la finance était parfaitement habile.

« Tobias Cooper... » répète-t-il en ignorant royalement la mention de sa réputation de coureur de jupons.

Pas qu'il en était fier ou inversement. Simplement que pour qu'un homme comme lui puisse cacher le fait d'être un justicier, il faudrait nécessairement une vie publique exubérante et toujours sous le feu des projecteurs pour brouiller les pistes. Quand on suppose que Bruce Wayne passe ses nuits avec chaque fois une ou plusieurs filles, on a du mal à imaginer qu'il puisse être aussi le Chevalier Noir et pourtant...

« S'il a tout arrêté ce soir-là, il aura tout de même tué des gens avant ça. Quelle que soit l'issue de tout ça, comprends que tu as à faire à un agent de la Ligue des Ombres. Un assassin. Même revenu à la raison, il aura toujours du sang sur les mains. Beaucoup de sang. Directement ou non d'ailleurs. Qu'il ait changé d'avis pour t'aider ne change rien au fait qu'il ait été complice de ce qui allait arriver. Il savait. »

Le discours est peut-être dur à entendre, mais c'est en fait l'absolue vérité. D'ici, on pouvait en déduire que la seule raison qui avait poussé l'agent à ne pas mener à terme sa mission n'était rien de plus qu'un but égoïste. Sauver sa petite amie. Des remords à tuer, il n'en avait pas. Il en avait juste à voir la jeune femme mourir. En un mot comme en cent : il était coupable au même titre que les autres.

« J'ai poussé quelques enquêtes. » annonce-t-il simplement en venant à son tour s'installer sur l'une des chaises devant l'ordinateur, pianotant rapidement sur le clavier pour ouvrir les dossiers accumulés sur la ligue. Sous les yeux de Catwoman, des dizaines et des dizaines de dossiers s'affichent à présent. Des noms importants de l'organisation. Mais aussi des tas d'enquêtes différentes ainsi que les suppositions des coupables. Un grand nombre concernait d'ailleurs la fameuse Talia qu'il avait mentionné un peu plus tôt. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que son tableau de chasse était plus qu'impressionnant.

« C'est tout ce que j'ai pu trouver sur eux jusqu'à présent. Ce qui est sûr, c'est qu'ils n'agissent plus vraiment à Gotham depuis la fin du Protocole 10. Soit ils ont sérieusement besoin de se reconstruire. Soit ils préparent autre chose... »

Alors oui, Bruce sait vaguement où aller s'il veut se frotter à eux. Mais aller taper dans la fourmilière n'est pas spécialement une grande idée dans l'état actuel des choses. Sans preuve, forcer la ligue à s'activer n'est pas spécialement une bonne chose. Mieux vaut les laisser se tenir à carreau un petit moment et chercher discrètement ce qu'ils manigancent. Les forcer à agir pourrait avoir des conséquences désastreuses.
© Thorfin le Chevalier au Pancréas
[/quote]


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Dim 5 Mar - 20:02

Why do we fall, Bruce ?
Selina avait quitté le manoir de Wayne peu de temps après cette conversation. Tout ce qu’elle avait appris, ça l’avait bouleversée. Elle n’avait plus vraiment de choix, elle allait devoir assurer une ultime confrontation avec son compagnon assassin, elle le redoutait, mais beaucoup de choses reposaient sur elle à présent.


La jeune femme avait filé juste après sa dernière rencontre avec Tobias jusqu’à chez elle afin de se poser un instant et de faire un point sur ce qu’elle avait appris : la Ligue était séparée en deux, une semblerait plus sympa que l’autre -enfin ça, elle avait du mal à y croire mais passons-, il semblerait également que le Protocole 10 était extrêmement secret pour que soi-disant, Tobias n’en savait rien. Puis, il connaît l’identité secrète de Batman. Point que Selina trouve plutôt important étant donnée qu’elle sait qu’à présent, ils ont tous les deux de violents assassins au cul. Sans attendre, la brune file dans l’obscurité, cachée dans un long manteau. Elle prend soin de passer malgré l’heure, dans les quartiers les plus peuplés et les plus vivants, se mêlant à la foule des habitués des bars. Elle savait que maintenant, après avoir tourné le dos à une certaine sécurité, elle allait devoir se faire encore plus discrète. Sortir en tenue de Catwoman aurait été trop visible, rester en civil permettait de se fondre dans la masse mais surtout d’être moins reconnaissable, elle avait d’ailleurs pris soin de changer de tenue. De grandes lunettes noires vissées sur le nez, la foule était si dense que la retrouver serait digne du pur hasard, elle finit par attraper un taxi afin d’être approchée le plus prêt de son lieu de destination.

Quand Selina fût enfin non loin du Manoir Wayne, elle passa discrètement le portail pour filer jusqu’à la porte gigantesque. Pour une fois, elle allait utiliser une porte et ainsi éviter de se faire attaquer par un majordome qui cachait ses capacités physique sous un air de vieillard qui sucre des fraises. Elle regarde l’heure à sa montre. Il est tard, mais elle n’allait pas faire marche arrière. Elle frappe une fois, puis sonne.

A vrai dire elle n’était pas vraiment rassurée, elle lance des regards vifs derrière elle, essayant de capter un semblant d’ombre mais rien ne paraît suspect. On finit par lui ouvrir, encore ce majordome qui la toise d’un air moins fatigué que la dernière fois.

« Vous m’avez vue passer le portail, c’est ça ? »
Finit-elle par rétorquer avant d’entrer retirant tout ce qui était ennuyant entre lunettes et manteau. Une fois déshabillée, la jeune femme se retourne vers le majordome, elle semble autant inquiète qu’angoissée « Il faut que je parle à Bruce, c’est très important... » ajoute t’elle. Visiblement, le majordome constate que le comportement de la jeune femme n’est pas normal, sans trop de questions il l’emmène jusqu’à Wayne.

Selina prend à peine le temps de passer la porte, elle file jusqu’au Chevalier Noir.
« Bruce ! » Une fois arrivée à lui, elle l’attrape par le bras complètement affolée. « Il connaît ton identité… il sait qui tu es. » Son débit de parole était presque incompréhensible si on ajoutait le fait qu’elle haletait d’avoir galoper à travers tout Gotham en faisant tout son possible pour ne pas être facile à suivre. Elle finit par reprendre son souffle et passer sa main dans ses cheveux, elle se pose sur un rebord de table et reprend plus calmement :

« Je reviens de chez l’agent de la Ligue dont je t’ai parlé la dernière fois. Techniquement je n’ai pas été suivie. »
Ses mans tremblaient, en fait elle était bien plus inquiète pour Bruce que pour elle, elle essaie cependant de se rappeler d’absolument tout ce qui pourrait lui être utile. « C’était très étrange, il m’a dit d’aller te voir pour te balancer tout ce qu’il m’a dit… je n’ai pas trop compris. » Elle soupire et continue. « Apparemment, il y a un homme que tu aurais tué, avec un prénom… étrange. Il aurait été ramené à la vie par des fans, un truc du genre, il aurait voulut revenir à la tête de la Ligue mais il y avait des opposants et du coup la Ligue serait séparée en deux en quelques sortes... » Elle relève un regard inquiet vers Bruce et reprend. « A ce que j’ai compris ceux pour qui Tobias bossent rebalance la faute sur l’autre Ligue. » Elle esquisse un sourire cynique. « Soi-disant que y a la gentille Ligue et la méchante Ligue, mais les deux ont participé au Protocole 10… Je t’avoue que je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. »

Mais au final, ce qui l’angoisse plus c’est que cet homme savait qui était Batman et donc, qu’il était dans une position délicate et vulnérable.
« Comment ça se fait qu’il sait qui tu es ? » Elle se relève et va se poster juste en face son interlocuteur toujours avec cet air stressé, posant de nouveau sa main sur le bras du justicier. « C’est dangereux, Bruce. S’il le sait peut-être qu’ils le savent tous et ils attendent je ne sais quoi pour te tomber dessus ... »
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Bruce Wayne


MessageSujet: Re: Why do we fall, Bruce ?    Sam 25 Mar - 13:12

Penché sur l'un des nombreux établis de la ligue, bougeant avec une minutie calculée, Bruce vaquait à ses occupations habituelles lorsqu'il n'avait rien à faire, à savoir : perfectionner son équipement et chercher de nouvelles choses à fabriquer. L'idée était de ne pas surmener Fox qui avait déjà d'autres chats à fouetter.
Et en parlant de chat et de fouet, il avait de la visite.
Avant même qu'il n'ait eut le temps de se redresser, Selina l'avait rejoint, attrapant son bras, qu'elle secoue même un peu. Elle a l'air paniqué, mais étrangement lui aussi n'a pas l'air tout à fait maître de lui même à en juger par son regard surpris, et son air légèrement crispé. Sa main libre vient doucement attraper le poignet de la brune, tirant lentement, très lentement dessus pour lui faire lâcher prise sur son bras, qu'il relève lentement pour présenter entre eux la petite fiole qu'il avait entre les doigts.

« Concentré de nitroglycérine » explique-t-il, justifiant au passage sa crainte momentanée au moment où elle secouait son bras.

Il repose le tout méticuleusement et croise les bras en l'observant. Il connait ton identité avait-elle dit. Ça n'annonçait pas que du bon. Sauf... sauf qu'il est question de la Ligue et finalement, ça n'a rien de si surprenant que ça. Bruce reste simplement à écouter la voleuse en agitant la tête de haut en bas, avant de lancer un regard vers Alfred, resté en retrait à qui il fait un simple petit signe de la tête. Le britannique y répond et tourne les talons afin de le laisser seuls.

« J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi il t'a conseillé de venir me voir... »

C'est le mystère de cette situation. L'élément improbable. Connaissant la Ligue, l'homme avait clairement risqué sa vie en faisant une chose pareille. Il écoute la suite, patient, fronçant un peu plus les sourcils à mesure qu'elle lui explique ce qu'elle a pu entendre. Rien de nouveau, en réalité. Il sait déjà tout ce qu'elle lui récite.

« Ra's Al Ghûl ? » demande-t-il quand elle mentionne le nom de quelqu'un qu'il aurait tué. « Je n'ai pas tué Ra's. Il s'est défenestré en essayant de me tuer. Je doutais qu'il soit réellement mort, en effet mais ramené à la vie... »

Là, il ne s'y attendait vraiment pas. Il réfléchit un court instant, essayant d'additionner les pièces du puzzle avant de tourner le dos à Selina pour approcher des écrans de l'ordinateur. Il pianote et réouvre le dossier de la ligue, fouillant dans les dossiers pour ressortir celui des analyses qu'il avait pu faire avec le sang de la Tête de Démon.

« Il n'y a pas de gentille ligue et de méchante ligue. Il y a deux factions qui se battent, mais qui ont les mêmes buts, avec des méthodes de pensées différentes. Dans tous les cas, ils combattent le crime par le meurtre. À ce que tu me dis, j'en déduis qu'il n'est pas du côté de Ra's, mais de sa fille Talia. Elle est pire, parce qu'elle agite en toute intelligence. Ra's avait perdu la raison, c'est uniquement à cause de sa folie et de ses prises de risques que l'on a pu remonter la piste de la Ligue et empêcher le Protocole 10. Sa fille Talia a les mêmes capacités, les mêmes ambitions, mais elle ne fait pas les mêmes erreurs. Elle est plus dangereuse que son père ne le sera jamais. »

Et par extension, ceux qui sont de son côté ne valent pas mieux.

« Ils savent qui je suis depuis Arkham City. Je me suis rendu à Ra's, pour en savoir plus sur eux. Il voulait que je les rejoigne. Je crois que c'est pour cette raison qu'ils ne s'en prennent pas directement à Bruce Wayne. Ça, et le fait que je détienne trop d'informations qui peuvent les mettre dans l'embarras. Tout est question d'équilibre. S'ils me dévoilent, tous mes secrets tombent. Dans mes secrets se trouvent l'enquête menée sur eux. Ils peuvent tuer Batman, mais pour eux,  Bruce Wayne est intouchable. »

Alfred ne tarde pas à revenir avec un plateau et de quoi servir un thé. Il semble évident que ça fera le plus grand des biens à la cambrioleuse féline.

« Comment peuvent-ils ramener les morts à la vie ? »
© Thorfin le Chevalier au Pancréas
[/quote]


Revenir en haut Aller en bas
 

Why do we fall, Bruce ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Bruce Harper
» [UPTOBOX] La Légende de Bruce Lee [DVDRiP]
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Chronicles - RPG BATMAN :: 

 :: Iles & Périphérie
-