— Top Sites —




Partagez | 
 

 I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Sam 28 Jan - 1:53

I'm Glad, I'm Dead.
La quête fût rude, mais enfin elle trouva la trace de la personne qu’elle recherchait.
La rue apprend des choses que beaucoup ignore, on apprend à écouter, on apprend à être discret et à disparaître, on apprend à s’étouffer pour mieux conquérir. Tant de chose que la plèbe ignore, personne ne pensait, que perdue sous des identités hasardeuses, des petits travaux allant du plus classieux au plus miséreux, passant de secrétaire remplaçante à prostituée de mafieux, allant de justicière à criminelle, Selina Kyle parviendrait à retrouver l’homme qu’elle recherchait.

Les choses ne furent pas aussi facile qu’elle y pensait, en fait, elle pensa pendant de longues semaines que cette personne avait littéralement disparue de l’Amérique et bizarrement, ça ne l’aurait pas étonnée. Mais la jeune femme, déterminée et vengeresse était du genre à tenir ses promesses. Elle avait laissé de côté son inquiétude et son idéalisme, pensant que tout redeviendrait comme avant et qu’avec une claque, tout ceci ne se révélerait qu’être cauchemar. C’était terminé. L’attente et les mots de ses proches, de ses nouvelles fréquentations l’avait plongée dans un certain scepticisme général. Comme un manque d’intérêt complet à vouloir réaliser ses rêves secrets de jeune fille, elle avait perdu ce petit côté fou.

Selina Kyle était aujourd’hui une personne qui savait ce qu’elle voulait et qui avait fait un choix radical : la vengeance. Sinistre façon de trouver un but à une vie misérable, Selina avait trouvé dans cette affreuse volonté un certain réconfort, ou peut-être même un certain but à son existence. La lady jadis bienveillante et optimiste était bien plus terre à terre, voir la mort n’est pas une chose qui laisse indifférent.

Après avoir vu des connaissances à terre, après avoir vu un génocide se dérouler sous son regard impuissant, après avoir assisté à une exécution des plus cruelles et, après avoir enterré un grand nombre de ses protégées, l’Ange Gardien de East End était parfaitement consciente de ce qu’est son rôle dans la ville aujourd’hui.

Venger celles qu’elle a promis de protéger en retrouvant les auteurs. Se venger elle même en retrouvant celui qui l’avait trahie et enfin, se venger de tout ceux qui la pensait du côté du Mal. La féline avait pour but de devenir ce qu’elle haïssait le plus, une traîtresse. Pour le bien de tous.

Ainsi, la jeune femme laissa tomber ses sentiments, ses espoirs et sa rencoeur pour elle aussi devenir un outil, mais qui lui servait la justice dans l’ombre d’un grand représentant de cette vague. Travailler pour le Chevalier Noir ne fût pas une chose difficile à gober pour elle, éternelle marginale en désir perpétuel de liberté, voilà que du haut de ses talons haut et armée de son fouet, Catwoman retournait sa chemise vers des choses qu’elle pensait bonnes pour elle.

Même si une touche d’innocence animait encore la femme-chat, elle savait pertinemment les risques qu’elle encourait. La perte d’un être qui lui fût cher, la perte de confiance, la violence et la mort. Mais ne l’avait-elle jamais assez dit ? C’était un agent suicide qui, par une magie étrange pouvait revenir… mais jusqu’à quand et pour quelles conditions à la fin de ce périple ?

La jeune femme, toute vêtue de noir se trouvait assise, jambes croisées et chevelure tirée à quatre épingles sur le canapé, à peine illuminée par une petite lumière sur un guéridon. Sa cigarette, majoritairement laissée de côté entre ses ongles manucurés éclairait parfois ses lèvres vin et sa peau de neige. Ce soir, Selina n’avait pas revêtu sa tenue de Catwoman car cet affrontement ne se voulait pas physique, mais dans le pire des cas, même en talons aiguille vertigineux et en jupe crayon Selina savait se défendre.

Sa grande capeline noire dégoulinait encore de pluie, comme le long trench qu’elle avait laissé à l’entrée. Malgré la fraîcheur de la soirée, la jeune femme n’avait pas froid, son attention était ailleurs. Son chemisier noir rentré dans sa jupe lui donnait un air des plus sérieux mais aussi des plus claquante, son éternel sourire était perdu, laissant place à une mine froide et malfaisante. Une cicatrice entre fraîche barrait sa joue droite, une multitude de plaies refermées truffait ses bras découverts enjolivés par des bijoux de perles.

Ses recherches du mois n’avait pas vraiment servies en réalité et, c’est sur un coup de tête qu’elle décida d’entrer dans un appartement qu’elle avait déjà visité au Bowery. Sans aucune pression, la femme-chat était entrée en braquant la porte avec ses griffes. Avec de la volonté aucune serrure ne lui résistait et encore moins un majordome qui se retrouva rapidement mis à terre et enfermé dans un placard, bâillonné. Selina Kyle ne tuait pas.

Cette entrée volontairement peu délicate, permettant même au majordome de donner l’alerte à son employeur avait un but bien précis : faire venir cette personne. La féline obligea le maître de maison à dire à la personne qu’il contacta qu’il était en extrême danger et que, une personne souhaitait lui parler. L’extrême danger n’était pas vraiment présent, mais si la personne en question ne se présentait pas, c’était le majordome qu’elle apportait en pâture à Batman. Jamais elle ne mentionna ce pseudonyme.

Tirant une énième sur sa cigarette, Selina entendit enfin des pas dans la pièce. Sans même se retourner, elle savait pertinemment de qui il s’agissait.

« J’ai attendu de tes nouvelles. »
Crache t-elle brisant le silence. « Il semblerait qu’il faille que j’emploie les grands moyens pour enfin t’avoir de nouveau face à moi. »

La lady finit par se lever avec délicatesse, se dévoilant grâce à la lumière de la Lune et de sa cigarette.
« Je ne reviens pas pour de grandes retrouvailles en fanfare et encore moins pour te sauter au cou en te disant que ce n’est pas grave, pour l’autre soir. » Sa voix est tranchante, aussi froide d’une lame de rasoir et son visage fatigué malgré sa beauté et le maquillage assurait ce côté dur que Selina montrait enfin. Elle ne brillait plus comme un diamant ce soir, mais plus comme un couteau aiguisé.

« Tu n’as pas tenu une promesse que tu m’as fait il y a environ un an, ici-même. »
Elle ne s’avance pas, restant bien posée, droite sur ses jambes. « Ne pas tuer ceux que je protégeais. Or, à en croire mon budget fleurs du mois dernier… toi et tes petits amis ont massacré plus d’une vingtaine d’innocentes et innocents et, je dirais même ont organisé un génocide des plus cruels et barbares qu’on ai pu voir ces dernières décennies. » Elle esquisse un pseudo rictus, ajoutant : « Techniquement, d’après le type de personnes tuées ce soir là, j’aurais dût faire parti des victimes si je n’avais pas été ta compagne, Tobias. »

Ce rictus s’estompe aussi vite que la fumée de sa cigarette. « Mais je suppose que tu avais une excuse plus que valable pour les odieux crimes que tu as commis ? »
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Tobias Cooper


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Lun 30 Jan - 21:07

09 Septembre 2002

Affronter des conséquences… Tobias se trouvait en train de faire cela un peu trop souvent sans doute, ces derniers temps. Faire face aux choses qui découlaient du Protocole 10, de ses choix, et de ceux faits par la Ligue. Devoir réussir à gérer bien plus de changements que ce que sa famille avait connu au cours des dix dernières décennies. Se rendre compte qu’il est à une croisée des chemins, et que le shinobi devrait faire un choix. Un premier avait été fait récemment : le Corbeau était resté dans la Ligue des Ombres, alors qu’une courte fenêtre s’était ouverte à lui de pouvoir laisser tout cela de côté. Cette idée n’était pas envisageable. A son sens, seule cette entité, conduite par la bonne personne, pourrait guider l’humanité.

Un second choix ensuite s’était imposé à lui, récemment. Qui suivre du père ou de la fille Al Ghul ? Lequel des deux détenait le plus de vérité dans ses actions ? Vers qui penchait sa balance personnelle ? Vers le charisme et la domination écrasante de Ra’s qui imposait son point de vue comme ligne directrice ? Vers l’idée bien plus moderne de Talia de recréer un véritable corps convaincu à la cause et prêt à se donner corps et âme pour leur mission ? Au vu des évènements du 12 Juin 2002, cela n’avait guère était difficile de choisir.

Cette seconde décision l’avait amené à devoir disparaître, même si officiellement Tobias Cooper continuait à devoir travailler de chez lui ou d’ailleurs dans le monde pour sa couverture. Seulement ces deux choix n’étaient pas les plus terribles à affronter, fort qu’il était de ses certitudes. Non, le pire allait seulement arriver. En cette nuit de chaos terrible, Tobias avait décidé de sauver celle qu’il aimait. Pour se faire, l’oiseau de la nuit avait dû révéler clairement face à cette dernière que prendre une vie sans un regard en arrière était une chose qui ne l’effrayait pas. Selina avait beau savoir qu’il était un assassin, jamais avant ce jour elle ne l’avait vu à l’œuvre et cela avait changé sa vision sur lui. Tobias le savait au moment même où tous les deux s’étaient quittés. Il allait maintenant devoir la confronter.

Ces dernières semaines, le ninja avait travaillé à réformer une ligue avec Talia, différente de celle de Ra’s. Puis, suite à ses propres erreurs, venait récemment, quelques jours auparavant, d’être rétrogradé. Cette décision était juste, et l’amenait à devoir revoir ses priorités. Le devoir ou les sentiments ? Y avait-il moyen de concilier les deux ? Seule une confrontation apporterait une réponse à cette question. C’est ainsi que malgré tout, sachant comment certaines personnes lui rapportaient des informations, le trader avait de nouveau laissé des traces prouvant sa présence dans les environs. A tel point que lorsqu’un appel se fit entendre de la part du réceptionniste de l’immeuble où se trouvait l’un de ses appartements privés, cela ne le surprit pas. Ce fut donc en tenue civile que le financier se rendit sur place, et libéra le pauvre Éric en lui demandant sa discrétion avant d’affirmer ta présence.


- Je suis navré de ne pas t’avoir joint avant. Cependant, il s’agissait d’une question de sécurité. Aussi bien pour toi que pour moi.


Le ton était également froid de son côté. Certes, l’agent de la Ligue s’attendait à ce que ses retrouvailles ne se passent pas sous les meilleurs augures… Seulement, là cela semblait même pire que ses prévisions.

- Je me doutais bien qu’il en serait ainsi… Après tout, personne ne peut rester indifférent à ce que tu as vu ce soir-là. Seulement, tu n’en as qu’une vision bien partielle.

Après tout, même lui n’en avait qu’une bien incomplète. Face à la sourde colère de la féline, le Cooper semblait surtout prudent. Lui aussi campé droit sur ses jambes, la regardant en face. La lune avait éclairé leur première rencontre, un combat pour un objet devenu un jeu. Ce soir, aucun d’eux ne jouait, et le combat, au moins verbal était bien présent. L’accusation fuse, aussi cinglante qu’un fouet. Effectivement, nombre des protégés de Selina ont souffert du Protocole 10, faisant partie des trop nombreuses victimes de cette sanglante soirée. Ainsi que des actions de la branche dissidente de la Ligue, celle restée fidèle à son leader historique.


- Tu juges de cela en étant victime de la colère. Je n’ai pas trahi ma parole. Je n’ai tué aucun de tes protégés, que ce soit ce soir-là, ou n’importe quel autre depuis que je t’ai donné ma parole. Je suis un homme d’honneur.


Pourtant, il comprenait sa réaction. Ce génocide avait été décidé par la Ligue. Du moins, par la personne donnant la ligne directrice de l’époque, la tête du démon. Sous une forme horrible.

- Est-ce que je savais ce qu’il risquait de se passer ? J’en avais une idée. C’est pour cela que lorsque je suis parti après t’avoir aidé à te remettre, je t’ai encouragé à quitter cet endroit, avec tes protégés. J’ignorais cependant que cela prendrait la forme d’une unité de mercenaires surarmés tirant et agissant sans aucune distinction. Des personnes n’ayant rien à voir avec notre idéologie et agissant de façon aussi horrible.

Malgré son contrôle sur lui-même, il était impossible à Tobias de ne pas se sentir blessé. Sa mâchoire tressauta, mais cela n’était sans doute pas visible dans le noir.

- Cette nuit-là, je n’ai pas respecté mes ordres. J’ai éliminé les obstacles sur notre route afin de te permettre de vivre. J’ai utilisé jusqu’aux dernières de mes forces pour te sauver. Oui, j’ai tué ce soir-là. Mais uniquement des criminels, les unités TYGER responsables de ce massacre, pour nous protéger. J’ai lutté pour nos vies, tout comme toi. J’ai pris la vie de deux frères d’armes qui avaient perdu de vue notre raison de combattre. Deux personnes qui n’étaient plus que des fous sanguinaires. Puis je me suis assuré que personne ne puisse te faire de mal. J’ai manqué y perdre la vie. A la fois au combat, puis face au jugement de mes pairs. Pourtant, j’étais prêt à l’accepter. J’étais prêt à mourir pour toi, sans hésitation.

Rien n’était plus sincère que ses paroles. Face à Selina, Tobias ne faisait cette fois aucun calcul. Il évoquait les choses comme elles étaient, sans détour.


- Quant au mois dernier, je n’ai tué personne. Tu ignores quelle est la situation actuelle, mais comme précédemment, jamais la Ligue n’aurait agi ainsi. J’ai tué une seule personne ces derniers temps, il y a quelques jours. Mais un véritable criminel, que tu connais aussi. Le responsable de ta deuxième mort, le Music Meister. Je le jure sur ma vie.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Mar 7 Fév - 1:30

I'm Glad, I'm Dead.
Bien que forte et posée comme une statut de cire sur le parquet éclatant de lumière, Selina avait du mal à contenir sa colère, sa tristesse et son dégoût.
Quand on ne la connaît pas bien, Selina passe facilement pour quelqu’un qui se fiche d’à peu près tout, légèrement imbue d’elle-même et terriblement solitaire. Personne ne peut se douter que derrière cette apparence dure et snob, se cache une jeune femme d’une sensibilité omniprésente, rêveuse et idéaliste qui lutte à son échelle pour améliorer le sort de plus démunis. Seulement, après des années à être malmenée, torturée, mise à mal par tout ce qui existe, la brune toute de noire vêtue semblait avoir totalement changé de façon de penser.

Le cynisme, jadis une blague, était bien plus présent dans sa façon de voir les choses. Peut-être parce qu’elle avait vraiment frôlé la mort ? Quoi que, elle ne savait même pas si elle avait de nouveau franchi la barrière lorsqu’elle était à l’hôpital, elle se rappelait juste de brefs souvenirs plutôt macabres, lui laissant quelques doutes. Les douleurs étaient toujours là et, si son corps hurlait de lâcher prise, son mental lui avait déjà chuté dans les tréfonds de la dépression. Elle savait très bien le cacher, mais ce soir, c’était comme si elle libérait toute le dégoût qu’elle avait, tout ce qui l’avait déçue. Son regard rapidement devenu larmoyant toisait avec mépris l’homme qui lui faisait face, elle passait ses nerfs sur sa cigarette qui une fois terminée, fût rapidement remplacée par une deuxième qu’elle colla nerveusement entre ses lèvres.

Écouter ses excuses, si on pouvait dire que c’en était, était l’une des pires tortures simplement car elle ne concevait pas qu’on puisse agir ainsi par le biais d’une autorité. Elle agissait seulement par ses propres règles, parfois en collaboration mais il était rare qu’elle se soumette à quelqu’un, surtout si ce dernier lui demandait de tuer. Tuer était une chose complexe pour elle, car elle sait ce que ça fait, elle sait par quoi on passe, elle connaît ce sentiment de solitude et cette violence que l’ont vit à ce moment. Alors la mort, c’était vraiment pour ceux qui avait commis les pires actes qui la méritait, les autres, qui qu’ils soient, ne méritaient pas une telle barbarie.

Mais voilà qu’on soufflait sur le château de carte qu’elle avait battit pour protéger ceux qui en avait besoin, détruisant tout ce qu’elle avait entreprit.

Selina ne répond pas, écoutant religieusement ce que Tobias lui disait, il lui fallait bien plus pour qu’elle s’énerve même si elle bouillonnait. Rien à ses yeux était une excuse valable, même le fait qu’il insiste sur le fait qu’il l’ai sauvée. Au contraire, ceci ne fait qu’énerver encore plus la jeune femme qui écrabouille toujours un peu plus sa cigarette entre ses doigts. Ses dents grincent, elle entend brièvement le nom de Music Meister, mais, même si cet acte la touche au fond, se traduisant par un regard plus doux qu’avant, Selina ne peut s’empêcher de sombrer dans une colère des plus furieuses envoyant une violente gifle à Tobias, le maquillage jadis parfait dégoulinant à présent sur ses joues blanches.

« J’aurais préféré que tu me laisses mourir ! »
Finis t-elle par cracher. « J’aurais même préféré que tu me tues, encore et encore jusqu’à ce que je ne respire plus. J’aurais préféré mourir avec eux, plutôt que de vivre avec la culpabilité d’être toujours là. » Elle retire sa capeline, libérant sa queue de cheval, recule jusqu’à être dos à dos contre un mur, se laissant glisser lentement jusqu’à pouvoir poser son visage entre ses mains couvertes de noir.

« Tu ne sais pas ce que c’est toi, de voir tout ce que tu as entrepris, tout ce pourquoi tu t’es battu partir en fumée. »
Elle renifle tristement. « Tu ne sais pas ce que de te priver de tout pour que des gens que tu connais à peine puisse juste être sain et sauf. De te prendre les poings qu’un gars voulait mettre à sa copine pour la sauver, de sortir des gamins de la drogue. Tu ne sais pas ce que c’est tout ça, tout ce pour quoi je me bats, tout ces gens que j’ai sauvé… » Elle se relève péniblement, restant distante. « Toi et ceux pour qui tu travailles, vous les avez tous tués juste parce que la société pensait qu’ils étaient mauvais. » Elle soupire longuement. « Si tu ne me connaissais pas, tu m’aurais tuée aussi. »

Son désir de mourir était si fort, Selina se sentait coupable d’être là, coupable de ne pas avoir pu sauver les autres, même pas quelques-uns. Elle aurait dût mourir ce soir là, pensait-elle. « Tu dis ne pas avoir respecté tes ordres, mais si tu ne me connaissais pas, tu les aurais respectés. » Tristement, elle se rappelait ce que lui avais dit Bruce, que le résonner était impossible et inutile. Ce qui fragilisa encore plus la jeune femme.

« Pourquoi ? »
Demande t-elle en un murmure. « Pourquoi est-ce que tu écoutes ces gens qui te disent de tuer alors que tu ne sais même pas à qui tu t’attaques ? » Elle essuie d’un revers de la main sa joue humide. « Je croyais en toi, je t’ai cru quand tu m’as dit que vous ne faisiez rien de mal.. Je te faisais confiance. »

Elle le savait au fond d’elle, la confrontation ne pouvait finir bien, elle s’attendait à tout, elle ne croyait plus en rien. « Tu dis que ce n’est pas toi qui a tué ceux que je protège, mais tu étais avec eux, tu l’es toujours, tu as donc participé à ce massacre. » Délicatement, elle s’arme de ses griffes tranchantes, brillantes à la Lune tout comme les larmes qui perlaient ses yeux verts.

« Je vais me venger, comme tu me l’as appris. Tu iras en prison et, ceux pour qui tu travailles te suivront. »
Elle ne souhaitait pas tuer, même si elle en avait énormément envie, ses principes étaient encore plus fort maintenant. « Quant à toi, je te demande d’agir comme tu l’aurais fait si je n’étais pas ton amie. Car moi, je n’aurais aucun scrupule. » Selina cherchait l’affrontement, elle voulait une justice, au-delà de sa coopération avec le Chevalier Noir, Selina avait juste envie de régler de soucis personnels. Au fond d’elle, elle était persuadée qu’elle n’était pas de taille face à Tobias, surtout dans son état mental actuel. Mais si elle devait définitivement mourir, c’était lui qui devait le faire, comme ça aurait dût être fait.

« Tu aurais pu quitter tout ça, on aurait pu sauver tant de monde toi et moi… on en serait pas là. »
Elle ferme les yeux et avance d’un pas.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Tobias Cooper


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Ven 10 Fév - 10:26

Si Distant… comment cela pouvait-il être possible ? Alors que Tobias avait fait tout ce qu’il pouvait pour l’aider, pour l’amener à comprendre son point de vue, pour lui permettre de se défendre… Elle l’accusait de tous les maux, et cela lui faisait mal. C’était étrange d’ailleurs, de ressentir cette douleur si présente. Sans doute parce que toutes ces paroles venaient de Selina. Cette jeune femme était celle à qui il s’était le plus confié. Leurs histoires similaires, leurs moments partagés l’avaient amené à essayer de lui faire comprendre qui il était, son parcours et ses objectifs. Aujourd’hui, elle semblait bien rejeter tout ça, et lui aussi. A ses yeux, il n’était apparemment plus que l’incarnation du massacre du Protocole 10. Si le shinobi comprenait sa colère, son rejet était bien plus dur à vivre.

Les sentiments sont une chose dangereuse qui ne doit pas se développer… Cette phrase lui avait été répétée des milliers de fois. Malgré tout, il avait essayé de revenir sur quelque chose de plus humain. Le trader s’était ouvert à elle, et voyait aujourd’hui tout cela commencer à pencher du mauvais côté de la balance. Abasourdi par tout cela, il ne réagit pas à la claque et se contente de rester debout, même si c’est de plus en plus difficile. La féline lui lance en pleine tête qu’elle aurait préféré mourir, voire même de sa main, que d’être encore là et de devoir pleurer ses morts.

- Tu penses donc que ta vie à si peu de valeur ? Que personne n’a été sauvé cette nuit-là ? Et tous ceux qui étaient présents dans les égouts ? Certes, ils n’ont pas pu passer par la même sortie que nous, mais une autre n’était pas si loin, et sans nous, cette voie n’aurait jamais été libérée. Bien des gens ont vécu car nous avons combattu, ce soir-là.

La colère commence à se faire sentir aussi, face à des accusations aussi injustes et n’ayant aucun réel point d’appui.


- Crois-tu que je ne me sois jamais privé ? Oui je vis dans un certain luxe maintenant. Mais je n’oublie pas mon passé. Tu sais aussi bien que moi ce que j’ai traversé. J’ai connu la rue, comme toi. Je défends les mêmes personnes que toi ! Encore récemment j’ai empêché des personnes de sombrer dans certains vices. La seule différence, même si elle semble énorme pour toi, c’est que j’élimine ceux à qui profitent ces actions. Pendant que d’un autre côté, j’utilise mes moyens à bon escient.

Il n’était pas un monstre, non. Juste quelqu’un qui savait les sacrifices nécessaires pour que la justice puisse triompher.


- Je sais que tu as envoyé beaucoup de jeunes vers la fondation Protéger l’Avenir qui est dirigée par James Johnson. L’endroit où ta sœur a été hébergé un temps, dirigé par un de mes amis et à laquelle je fais de très larges donations. Crois-tu que ce soit pour éliminer des personnes qui sont victimes de la société Gothamite ? Non, c’est pour les faire s’en sortir !

Les accusations continuent de pleuvoir, et elles font de plus en plus mal. Tobias serre les dents pour ne pas pleurer, mais c’est difficile, et il préfère s’assoir un temps sur la première chaise qu’il trouve.

- Je ne savais pas ce à quoi avait pensé notre leader. Personne ne le savait. Jamais je n’aurai pu penser qu’il ferait appel à des mercenaires de ce type. Je ne t’aurai pas tué, même si tu avais été une inconnue. Tu ne fais pas partie des criminels de cette ville. Tu n’utilises pas la misère des autres pour ta propre situation. Donc non, je ne m’en serais pas pris à toi. De plus au vu de l’action des TYGER, j’aurai lutté contre eux, même sans devoir te défendre. Cela ne représentait pas l’action de la Ligue. Même si je ne peux pas dire qu’elle n’en savait rien.

Sa colère était justifiée. Leurs agents auraient pu empêcher un tel carnage. Seulement, bien trop étaient aveuglés par la vision désormais erronée de Ra’s Al Ghul.

- Je sais à qui je m’attaque. Crois-tu que la justice suffise pour des personnes comme Le Joker, Le Pingouin, Black Mask, Le Sphynx, Jervis Tetch dit le Chapelier Fou et tant d’autres encore ? Toutes ces personnes échappent à notre système judiciaire. Combien de fois Batman les a-t-il arrêtés ? Combien de fois se sont-ils échappés et ont-ils continués à échafauder des plans mettant Gotham en danger ? Crois-tu que le Music Meister en serait resté là s’il avait continué à vivre alors qu’il avait contrôlé la population anglophone du monde ? Non, pour ce genre de personnes, le seul moyen de les arrêter est la mort, aussi dur que cela puisse paraître.

Alors que la demoiselle s’équipe de ses griffes, lui-même se redresse, alors que des larmes commencent à briller dans ses yeux. Était-ce ainsi que tout allait se finir entre eux, malgré le fait qu’il avait osé assumer ses sentiments pour elle au cours de cette effroyable nuit ? Il se doutait par contre de qui avait pu commettre autant d’horreurs, l’autre branche de la Ligue. Celle qui refusait de suivre Talia sur sa voie qui était pourtant profondément plus juste. Il l’observe, blessé des choix de cette dernière.

- Ainsi, voilà tout ce qu’il reste de tes sentiments pour moi ? Le fait que je t’ai déclaré mes sentiments ce soir-là ne semble pas être resté dans ta mémoire. Tu étais celle qui me disait qu’il fallait que je reste humain, et lorsque j’arrive enfin à m’ouvrir, tu écrases tout cela sans remords à cause de la colère provoquée par d’autres ?

Les larmes coulaient franchement cette fois-ci, et la tristesse l’emportait par rapport à son air impassible.


- Je ne me battrais pas contre toi, Selina. Tu veux me condamner, me tuer ? Vas-y, je suis en face de toi. Je ne bougerai pas. Je ne me défendrais pas. Seulement, cela ne ramènera pas ceux que tu as perdus. La Ligue d’ailleurs, du moins, celle à laquelle j’appartiens, n’est pas responsable de tout cela.


Tobias l’observa dans les yeux, alors que tout ce qu’il aurait voulu faire aurait été de lui apporter du réconfort. Il essuya ses larmes d’un geste rapide du bras.


- Il paraît que les condamnés ont toujours droit à une dernière volonté. Voici la mienne, écoute bien ce que je vais te dire, et retiens-le. Puis va voir Bruce Wayne. Il est Batman. Si quelqu’un peut aider à y changer quelque chose, c’est bien lui. Lors du protocole 10, Batman a tué involontairement Ra’s Al Ghul, le leader de la Ligue. Son corps n’a cependant pas été retrouvé. Cela veut dire que l’un de ses suivants a retrouvé le corps, et finira par le ramener à la vie. Le Protocole 10 a amené beaucoup d’entre nous à se poser des questions sur les objectifs et la volonté de cet homme. Sur le culte de sa personnalité qu’il avait amené dans nos rangs. Une personne s’est révoltée contre cet homme, qui ne suivait plus notre objectif initial, et a décidé de changer profondément la Ligue.

Le trader fit une légère pause dans son récit.

- Les personnes présentes ont eu le choix. Suivre ce nouveau leader, qui possède le même état d’esprit que le mien, ou bien retrouver l’homme qui a su reprendre le corps de Ra’s, en attendant que ce dernier revienne à la vie. Beaucoup ont décidé de prendre cette deuxième option. Ce sont ces hommes qui sont responsables de toutes ces morts. Il y a actuellement deux Ligues à Gotham, et la seconde à laquelle je n’appartiens pas, est devenue aussi criminelle que les individus qu’elle poursuivait précédemment en s’ancrant dans le fanatisme.


Alors, certes, ils avaient été formés selon les méthodes shinobis, mais ni lui, ni Talia n’avaient rien à voir avec cela. Au contraire, bien que moins nombreux, eux s’étaient détachés de cette vision biaisée de leurs objectifs et retrouvaient la source de leurs motivations.


- Maintenant, le reste t’appartient Selina. Tu veux te venger sur moi de ce qui s’est passé ? Fais. Assume tes choix. Tu veux m’envoyer en prison ? Je serai mort avant cela. Je ne peux pas partir. Je n’ai pas de vie. Le peu que j’ai pu construire, tu t’apprêtes à me le retirer. Je suis désolé, mais j’ai toujours vécu dans les ténèbres. Je ne peux pas rejoindre la Lumière. Pas dans cette vie.


Ses larmes revenaient… Qu’est-ce que cela lui faisait mal… Les sentiments étaient bien plus dangereux que des armes, finalement.


- Tu sais où viser. Sache cependant que mon amour venait vraiment de Takeshi, et non pas de Tobias. Puisse la vie t’être favorable, Selina et puisses-tu retrouver l'amour, puisque le mien ne convient pas.


L’homme ferma les yeux, attendant le coup final. Qui vivait par les armes, finirait par périr par les armes. Le shinobi le savait. Il ignorait cependant que cela viendrait de la seule personne qu’il aie jamais aimé.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Ven 17 Fév - 1:03

I'm Glad, I'm Dead.
Les yeux toujours clos, Selina écoute attentivement ce que dis Tobias. Sentir ainsi sa profonde tristesse rendant la jeune d’autant plus attristée, les larmes dévalent ses joues et elle les ressent comme des lames de couteau qui se plantent dans sa peau lentement.

Ainsi va la vie de Selina Kyle, toujours revivre pour toujours souffrir. Ses mains se crispent et elle hoquette en larmes, elle souffrant tout autant de ne pas se sentir comprise, de se sentir trahie mais aussi d’avoir à faire ce qu’elle faisait. Biensûr, l’idée de tout pardonner et de repartir comme avant lui avait traversé l’esprit et, cette idée était omniprésente dans son esprit fragile, mais malheureusement, les choix à faire n’étaient plus pour elle maintenant, elle devait les faire pour ceux qu’elle avait sous son aile qui, était aujourd’hui bien plus que les prostitués et les dealeurs, c’était tous les gothamites qu’elle considérait comme ses protégés.

Alors elle avait pesé le pour et le contre. Rester dans la mutinerie et le conflit permanent avec la loi, ainsi pouvoir continuer à fréquenter Tobias et être heureuse ou, suivre les pas de la Justice pour ne plus être que l’Ange Gardien de l’East End, mais celui de Gotham. Ce qui coûtait sa vie sentimentale actuelle et donc, par addition, être bien plus malheureuse. Mourir est un événement lourd, il change sa façon de penser. C’est ainsi qu’au bout d’un moment, après de longs questionnements sur son utilité, qu’on fait un choix : faire le mal et vivre dans une luxure permanente qui favorise la joie à son paroxysme ou se réserver à défendre le bien en devenant un vrai bouc émissaire.

La chose qui intrigue Selina dans les paroles de Tobias, c’est qu’il connaisse l’identité de Batman. Étrange.

« Je ne te tuerai pas. »
Finit-elle par rétorquer essayant de garder son calme. « Je ne suis pas une meurtrière, tu me dis que tu es innocent dans cette histoire et je te crois. Je veux bien te croire. » Elle ravale sa salive, mais jamais son regard humide ne quitte celui de son amant. Elle range ses armes, mais ne s’approche pas. Elle aurait tant aimé le serrer dans ses bras pour lui dire que tout est oublié, mais non. Elle reste ferme et déterminée. « Si j’avais voulut te tuer, ce serait déjà fait et je n’aurais pas pris le temps de parler. » Elle s’arrête un instant.

« Je ne t’enverrai pas en prison car je veux ton bien et, s’il y a une chose que je ne veux pas, c’est ta mort. »
Sa voix est si sérieuse, même si elle peine à être crédible tant les émotions et ses sentiments prennent de la place dans sa tête. « Ça ne veut en aucun cas dire que je te pardonne de faire parti de ce groupuscule car au final c’est tout ce que je te reproche à présent. » Elle soupire longuement, elle ne pouvait pas vivre comme ça.

Lentement, elle s’avance passant près de Tobias pour rejoindre la fenêtre et s’y poster en fixant l’horizon avec une certaine lassitude. Elle colle finalement une cigarette entre ses lèvres, les mains tremblantes d’énervement et d’angoisse.

« Tu sais, je ne trouve pas votre idée mauvaise au bout du compte. Tuer ceux qui font le mal, qui tuent ou je ne sais quoi. C’est sur qu’échapper à Batman ce n’est pas une chose compliqué. »
Elle soupire de nouveau, relève le regard et continue. « Mais au final, qui sommes nous pour juger de la mort d’un autre ? On ne connaît l’histoire de personne, personne ne se connaît et je sais que ce n’est pas une excuse. » Elle prend une grande bouffée et dénoue ses cheveux qui devenait si longs qu’ils en étaient handicapant. Elle n’y avait pas porté d’intérêt depuis qu’elle avait été tuée par le Music Meister.

« Tu veux savoir le problème avec ce genre de façon de faire ? C’est qu’on commence par tuer ceux qui ont fait des délits graves, puis quand il n’y en a plus on s’attaque aux délits mineurs en se disant que le monde serait plus parfait sans eux. Ensuite on fait passer les petits délits à la con, parce qu’ils ont aussi commis une erreur. Jusque là je veux bien te donner raison même si techniquement, j’aurais été tuée au deuxième pallier. » Vols, escroqueries, mise en danger de la vie d’autrui, prostitution, attaque à main armée, Selina avait déjà un bon casier judiciaire.

« Et après on vire dans une connerie incroyable ou tout ce qui n’est pas parfait est tué, car après tout c’est ce que vous prônez ? La perfection du monde. »
Sa voix est maintenant calme, toujours près de la fenêtre. « Seulement la perfection n’existe pas et est impossible, la mort n’est pas une solution valable dans tous les cas et tu te trouveras rapidement face à des gens qui comme moi... » Sa phrase reste en suspens. Des gens comme elle qui voulait mourir. Mais ça ne passe pas ses lèvres.
Finalement la jeune brune se retourne, levant les yeux vers le trader.

« Je peux te suivre pour beaucoup de chose, vraiment. Mais ça, non. J’ai une éthique à laquelle je tiens et… tuer ne fait pas parti des choses que je tolère. Tu ne veux pas changer tes positions, je le respecte, mais je ne changerai pas les miennes. »
Elle prend une grande inspiration, au fond d’elle, c’était la décomposition totale. « Je veux défendre la Justice Tobias, mais pas avec ta façon et, malheureusement un jour nous devrons nous confronter. » Une boule lui bouffait le ventre, une douleur des plus violentes. « Et ce jour là, tu seras avec des gens de la Ligue et moi, je serai votre victime. » Elle bat des cils tristement. « Tu sais très bien que ce jour arrivera. Tu en es conscient ? »

Elle en avait pris conscience et, c’était pour ça que leur relation n’était pas possible.

« Comment veux-tu leur expliquer que la femme que tu aimes est une criminelle ? »
Et comment pouvait-elle être crédible alors que son petit ami est un tueur ? Elle retient ses larmes, peu à peu la sérénité qu’elle avait trouvée avec lui disparaissait. « Ce n’est pas possible… toi et moi, nos directions sont trop différentes. »

S’il savait à quel point dire ça était douloureux, mais c’était pour lui, pour lui éviter bien des soucis. Et voilà que, comme à son habitude, Selina s’inquiétait pour les autres, prenant des responsabilités difficiles pour elle vu son état.
Visiblement gênée et bouleversée, la jeune femme se dirige vers son manteau posé sur le canapé et l’attrape avant de se diriger vers la porte de sortie.

« Je ferai passer le mot à Batman, enfin, si je le croise un jour et qu’il n’est pas déjà déterminé à me mettre en prison. »
Changer de sujet, la main posée sur la poignet de porte.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Tobias Cooper


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Mer 22 Fév - 19:40

Ce moment… Jamais Tobias ne s’était senti dans un tel état… Dans un tel chamboulement. Ses pensées avaient du mal à suivre une ligne directrice, que ce soit dans un sens ou un autre, dû au fait que ses sentiments, bien trop présents, ne lui laissaient aucun répit. Certes, le jeune homme était prêt à affronter la mort. Depuis bien longtemps. Il ne craignait pas celle-ci, parce qu’il savait que cette dernière finirait par arriver, d’une manière ou d’une autre. En tant que soldat de la Ligue, il avait été préparé à devoir affronter cette dernière depuis bien longtemps.

Pourtant, alors qu’il en était si proche, il se rendait compte d’à quel point son cœur battait à tout rompre. Sans doute cela s’expliquait-il par la situation… Offrir sa vie à la personne aimée afin de la protéger. Ce geste serait le plus significatif qu’il ait jamais fait. L’ultime preuve, qu’au moins durant une année, il avait accepté de laisser tomber la logique et la froide détermination, pour vivre, vraiment, avec tous les risques que cela pouvait comprendre. Selina resterait le seul point sensible par lequel on aurait pu l’atteindre, mais c’était mieux que quitte à voir un point final, ce soit elle qui l’apporte. L’attente… Le bruit de ses derniers battements de vie… Finalement, son souffle semble s’apaiser, jusqu’à ce que la féline repousse de quelques mots ce moment terminal.

Ses sentiments étaient toujours-là, apparemment. Seul cela peut expliquer le choix que fait cette dernière de ne pas prendre sa vie. Ses sentiments et ses principes. Il comprend cependant les critiques qu’elle émet à l’intention de son choix. Pour elle, peu importe qu’il y ait une ou deux Ligues. Cette dernière est responsable, et lui est resté sur son choix de continuer à suivre la voie des Shinobis. Il l’observe alors qu’elle se déplace vers la fenêtre, et que seule une silhouette se découpe sur la lumière nocturne.

- J’entends et je comprends ton point de vue, même si je regrette que tu sois si catégorique.


Sa voix encore enrouée, n’arrive pas à retrouver un ton contrôlé et tremble encore. Sans doute par peur de ce qui risque de se dire dans les instants, les minutes à suivre, et qui changerait sans doute leur relation.

- Je sais bien que l’on ne connaît jamais tout de la vie de quelqu’un, même en enquêtant sur ces personnes. Cependant, on peut assez facilement déterminer si quelqu’un semble agir de manière limite pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Les personnes que j’ai citées sont malheureusement déjà bien trop connues pour leurs méfaits. Une justice trop clémente ne fait au final que leur profiter.


Le trader observe sa longue chevelure, qui a sans doute poussée depuis sa mort précédente, sans qu’elle n’ose y toucher. Cette dernière semble magnifique, mais devait commencer à la déranger dans ses sorties nocturnes.

- Je ne suis pas d’accord. Nous ne visons pas la perfection. Nous savons que cette dernière n’existe pas. Nous voulons juste améliorer les choses, en acceptant l’idée qu’il faut parfois sacrifier une vie pour en améliorer ou en sauver des milliers d’autres. Nous ne visons que les grands délits qui sont devenus incontrôlables pour le système régulier, rien d’autre.


Même si la dérive dont elle parlait semblait bien être l’état d’esprit de ceux qui continuerait à suivre Ra’s. Effectivement, ces derniers seraient à stopper à cause de leur obsession devenue bien trop présente, car ils étaient manipulés. Un coup dur est cependant pris à nouveau lorsqu’elle l’accuse de ne pas être du côté de la justice.


- J’ai le même objectif que toi, Selina. La justice. Seulement je me montre moins clément. Tu veux incarner la balance de cette dernière. Pour ma part, j’ai toujours été son glaive.

Se retrouver opposé à elle lors d’une mission. Peut-être que cela arriverait… Il espérait cependant éviter cette situation, à tout prix.

- Je sais que ce risque existe… Je ferai tout cependant pour l’empêcher. Car je ne souhaite, ni te faire du mal, ni causer ta mort. Jamais. Si cela devait se produire, je me trouverai alors entre toi et eux, pour réussir sans te mettre en danger, peu importe les conséquences pour moi.

C’était la plus pure et stricte vérité que le financier énonçait, alors qu’il s’était approché dans son dos, et observait son reflet sur la fenêtre. Il aurait voulu que tout soit plus simple. Qu’ils puissent vivre heureux, ensemble, tous les deux.

- Tu n’es pas une criminelle. Tu es une justicière. Il t’arrive de franchir les limites de la loi, mais c’est pour la bonne cause. Tout comme je suis un soldat, mais d’une guerre qui n’est pas reconnue. Je ne peux pas partir car j’espère pouvoir les changer de l’intérieur. Cette nouvelle direction prise par le nouveau leader est bien moins radicale. Avec un peu de temps, qui sait ce qui pourrait arriver ?

Les mots qui suivent ressemblent à une épée en plein cœur. Des directions trop différentes. La féline marchait vers la lumière la plus visible, alors que lui essayait de traverser les ténèbres pour trouver celle qui justement se trouvait au fond de celles-ci.

- Ne perds pas espoir. Je veux tenter ma chance. Si je n’y arrive pas, je partirai peut-être de là. Alors je viendrais te voir. Je ne te demande pas de m’attendre. Juste de ne pas complètement clore cette possibilité que j’arrive à te rejoindre un jour, dans ton chemin de lumière. Si tu as pu te construire une vie, je te la laisserai, mais si par hasard je peux y revenir sans toutes ses contraintes, promets-moi de nous laisser une seconde chance.


Alors qu’elle a posé la main sur la poignée de la porte, Tobias pose la main sur la sienne, et l’oblige à se retourner. Le nippon ne souhaitait pas la laisser partir, pas comme ça, alors qu’elle semble complètement affligée.

- Il aurait tort de négliger l’aide que tu peux lui apporter. Si besoin est, je te sortirai moi-même de prison.


Puis sans prévenir, Tobias la prend dans ses bras, cherchant à lui apporter un peu de sa chaleur, avant de l’embrasser avec amour.

- Je sais que nos chemins vont devoir se séparer… Au moins temporairement… Mais laisse-moi t’apporter soutien et réconfort, au moins pour ce soir. Si c’est la dernière fois que nous nous voyons sans combattre… Permets-moi pour cette nuit de te montrer à quel point je t’aime, et ce que je conserverai au fond de moi, peu importe ce que l’avenir nous réserve.

Le Corbeau souhaitait passer cette nuit avec elle. Peu importe la suite, la douleur, les larmes, et la possible confrontation à venir. Si aujourd’hui devait être leur dernier moment, qu’ils se séparent plus avec le souvenir de l’amour que de la haine, afin que chacun préserve en son for intérieur une lumière qui pourrait peut-être un jour les réunir. La décision appartenait à la féline cependant.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Selina Kyle


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Mar 28 Fév - 11:44

I'm Glad, I'm Dead.
Les mots pouvaient être aussi rassurants que doux, aussi mielleux que bienveillants, Selina peinait à trouver du réconfort dans les paroles de Tobias. A ce moment même où sa main se pose sur la poignée et qu’elle se tait, seule l’envie de fuir cette pièce l’anime. Elle n’a pas besoin de tout ça, elle souhaite juste se concentrer sur ce qu’elle veut : se battre contre le Mal à sa manière, certes, mais sans morts sur les bras. Malheureusement pour leur histoire d’amour bien courte, Selina avait pris conscience de trop de choses qui pouvaient tout bouleverser. Même si elle a toujours été rêveuse et idéaliste, la jeune femme restait néanmoins quelqu’un de très terre à terre et qui surtout… ne revient jamais sur une décision.

Sa décision était prise, elle était difficile mais c’était trop tard. La femme-chat était prête à de nombreux sacrifices pour parvenir à ses fins et surtout, elle ne donnait jamais de deuxième chance.

Quand le nippon pose sa main sur la sienne, la jeune femme ne fait que fixer ce contact dont elle ne veut pas, tout ce qu’elle souhaite c’est partir et se changer les idées, elle n’a plus le temps pour tout ça, plus le temps pour les remords, les excuses et le réconfort. Il la prend ensuite dans ses bras et pourtant, Selina semble détachée, elle se laisse faire mais ne répond pas, même pas au baiser qui a un goût de tristesse pour elle. Non, c’était sûre, elle n’était pas faite pour être la petite amie d’un assassin génocidaire qui agissait pour un groupuscule terroriste. Elle recule et plonge son regard lourd dans celui de son ancien petit ami, sa capeline enfin vissé sur ses cheveux, mettant dans l’ombre le haut de son visage, couvrant son regard et le milieu de son nez.

« Ne rend pas les choses plus difficiles, Tobias. »
Elle ne se laissera pas amadouer, même si c’était difficile elle gardera à jamais cet arrière-goût de trahison qu’elle ne supporte pas. « Nous devons nous séparer car nous sommes incompatibles. Tu as choisi d’agir pour un groupe aux actions que je ne tolère pas, tandis que ton groupe serait prêt à me tuer tellement mon casier est énorme. » D’autant plus que son lien avec l’occulte et le paranormal pourrait étrangement intéresser ce type de personne, à un moment, elle devait aussi penser à sa sûreté.

Elle finit par s’autoriser un micro contact en posant sa main sur le bras de Tobias avant d’ajouter :
« S’il y a une chose que je peux te conseiller, c’est de m’oublier. Vois moi comme une cambrioleuse, comme une petite activiste tuée l’an dernier. Comme la prostituée que j’ai été. » Les mots pour parler d’elle étaient durs, mais c’était ce qu’elle était aux yeux de la justice. « Vis ta vie, ne t’inquiètes pas pour moi, je sais comment me débrouiller et si il doit m’arriver quelque chose… eh bien tant pis. » La mort n’était pas vraiment un truc qui l’effrayait, au contraire, c’était un désir permanent mais inaccessible. « Tu m’as dit le jour de notre rencontre, que tu n’étais qu’une arme servant une cause. J’en suis une également, agissons comme tel une fois que j’aurais passé cette porte. Les sentiments n’ont pas leur place chez ces gens que nous sommes, l’amour c’est encore plus impossible. Il faut s’y mettre à l’évidence. »

Elle marque un temps de pause, soupire et reprend d’une voix plus apaisée :
« Et si un jour, par hasard tu souhaites tout arrêter pour vivre normalement, fonder une famille, avoir une vie bien rangée… s’il te plait... » Elle s’arrête, ferme les yeux et finit par murmurer, « Ne pense pas à moi. »

Sa main se pose de nouveau sur la poignée. « Je n’aurais jamais de vie bien rangée, ma lutte ne s’arrêtera jamais et surtout, je ne suis pas faite pour vivre une vie sereine et innocente juste par recherche du bonheur. Mon combat m’en procure. » Un nouveau soupire vient couper son flot de parole avant de repartir. « Juste cette malédiction de ne pas pouvoir mourir montre très bien que je ne suis pas vraiment faite pour la sérénité, je ne la trouverais jamais. »

Selina ouvre finalement la porte, se retourne et ajoute froidement :
« A présent, laisse-moi partir et oublie-moi. Je te souhaite de trouver quelqu’un qui saura t’offrir ce dont tu as besoin et d’ouvrir les yeux. Tu n’as pas un mauvais fond, ne te laisse pas devenir celui que tu ne veux pas être. »
Une fois la porte passée, elle se retourne légèrement ajoutant : « Mon choix est fait, n'essaie pas de me faire changer. C'est peine perdue. » Et elle sombre dans l'obscurité du couloir, sans se retourner.
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Je suis
Tobias Cooper


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   Mer 1 Mar - 20:31

Une page était en train de se tourner. Tobias avait toujours su lorsque ce genre de choses se produisait. Toutes les années passées dans la rue, à observer, puis dans la Ligue lui avaient appris à ressentir ce genre de choses. Malgré toute sa sincérité, toute la vérité qui peut se trouver dans ses paroles… Rien ne pourrait retenir Selina. Son langage corporel le laisse déjà percevoir pour elle. Alors qu’il essaie de la convaincre, puis de la persuader, évoquant autant les arguments logiques que ses sentiments, son éloignement se ressent de plus en plus.

La féline jeune femme ne répond plus à ses demandes. Même alors qu’elle est proche de la porte et qu’il essaie de l’interpeller dans un baiser, tout ce qui est donné en réponse est froid, distant. La cambrioleuse est en train de tracer une limite entre eux, qui va devenir un fossé dans les minutes suivantes. Le Cooper reconnaît ce genre de posture, qui indique qu’une décision a été prise, et de que rien ne pourrait la modifier. Son visage porte déjà les différentes marques de la froide détermination. Plus d’expression, un regard perçant, mais déjà dirigé vers le lointain, et une certaine raideur dans le corps, afin d’amener l’interlocuteur à garder ses distances.


- Tu sais très bien que tu es bien plus que cela. Évoquer uniquement ces points, serait rester à se fier aux apparences. Je ne doute pas de ta capacité à rebondir, mais même les meilleurs peuvent parfois être surpris.

L’ironie de la situation ne lui échappe pas… C’est la même personne qui l’année précédente lui a demandé de tenter de s’ouvrir qui aujourd’hui reprend ses propres conseils. Comment ne pas changer alors qu’il va devoir sans aucun doute se refermer, et que ce ne sera pas sous peu qu’il croisera une autre personne capable de l’aider à ne pas oublier son côté humain ?

- Pas les sentiments positifs, apparemment. Je te remercie cependant de ce que nous avons vécu ensemble. C’est bien la première fois que je regrette avoir eu raison, au final.

Oui, les choses allaient revenir à leur base, voir plus bas encore pour eux. C’était étrange de commencer à admettre cela, et de rester stoïque.

- Je ne pense pas que je puisse un jour arrêter de combattre. Je suis un soldat. Ma vie se passera sur des champs de batailles, que je le veuille ou non. Mais ma manière de combattre, ou mes raisons de le faire peuvent, elles, évoluer. Il n’existe pas qu’une cause à défendre dans ce monde, après tout.

Ni une seule manière pour chacune d’elle. Il l’observe franchir la porte, et arriver dans le couloir.


- Je respecte ton choix, même si je ne peux être en accord. Puisse la vie te donner le meilleur, Selina, tu le mérites.


L’assassin observe son profil disparaître rapidement, alors qu’il est debout dans son appartement… Manifestement, c’est ainsi que se finira sa première histoire d’amour. Dans un crash phénoménal et inévitable. Des larmes coulent le long de son visage stoïque, qu’il essuie. Il referme la porte, puis contacte le concierge de l’immeuble. Le trader rassure ce dernier et lui demande de taire l’incident, que ce ne sont que des histoires personnelles et qu’il s’excuse du choc que ce dernier a subi.

L’homme, ayant déjà vécu des faits plus ou moins semblables accepte avec un flegme impressionnant, et retourne à son travail, rassuré de savoir que Tobias n’a rien. Le Corbeau se tourne vers les fenêtres de l’appartement et observe l’extérieur. Les sentiments sont douloureux, et contre-productif. Son lien avec Selina lui avaient valu des difficultés, ces derniers temps. Désormais, il était temps d’aiguiser de nouveau la lame qu’il était, et de retrouver la confiance de ses pairs. La dernière chose qu’il pouvait faire désormais était de garder ses secrets, en guise de cadeau d’adieu. Le ninja s’équipa… Sa mission ancestrale l’attendait. Entre l’amour et le devoir, la féline jeune femme avait déterminé pour lui son choix.

Revenir en haut Aller en bas

Je suis
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm glad, I'm dead. [ft Tobias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» père Tobias
» Mais c'est qui Père Tobias en fait ?
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Red Dead Redemption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Chronicles - RPG BATMAN :: 

 :: Bowery :: Rues du Bowery
-